Le règne sans partage de la barbichette !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.05.20

 

A quoi sert un Parlement ? A deux choses : faire des lois, et contrôler l’activité du gouvernement. La seconde tâche n’est absolument pas une option, comme un allume-cigare quand on achète une voiture. Non, elle est fondamentale, tout autant que la première. Elle est inhérente à la nature même de l’institution parlementaire. Elle est chargée d’Histoire, depuis les premiers Parlements britanniques jusqu’à nos jours, en passant par Montesquieu et son Esprit des lois (publié à Genève en 1748), par les épisodes successifs de la Révolution française, par le Printemps des peuples de 1848, par notre admirable démocratie suisse, constituée d’équilibres, où aucune institution (peuple, Parlement, gouvernement) ne doit écraser les autres. C’est l’une des clefs de notre réussite.

 

Hélas, à Genève, cette mission de contrôle ne fonctionne pas comme elle devrait. Il y a bien quelques députés teigneux, des Thomas Bläsi, des Cyril Aellen, des Jean Burgermeister, des Jocelyne Haller, et d’autres qui me pardonneront de ne pas les citer. Oui, quelques-uns à ne pas s’en laisser conter, à exiger des réponses précises du Conseil d’Etat lorsqu’ils l’interpellent. Mais à côté, combien de dociles, de gentils, de tout inféodés aux conseillers d’Etat de leur parti, de surtout pas contrariants dès que vient poindre l’odeur de la poudre. Des députés de consensus, tiens par exemple ceux qui rêvent d’une carrière au Perchoir, en passant par cette ineffable couveuse à ambitions qui s’appelle le Bureau. On se tutoie, on est copains, on mange ensemble, on se retrouve en Commission, tu m’épargnes mon magistrat, je t’épargne le tien, je te tiens, tu me tiens, par la barbichette. Désolé, mais c’est cela, l’institution législative. Peut-être pas celle dont rêvaient Montesquieu ou Mirabeau, mais celle qui EST.

 

Un exemple ? La session du Grand Conseil genevois, les 11 et 12 mai derniers. A l’ordre du jour, il s’agissait d’analyser sans concessions la gestion de la crise sanitaire par le Conseil d’Etat, ces deux derniers mois. Il y aurait eu tant à dire : foules à l’aéroport dans les premiers temps de la crise, impéritie dans la planification, navigation à vue concernant la fermeture des chantiers. Bien pire : mise en avant d’un expert, certes compétent (nous ne saurions envisager l’hypothèse contraire), mais tout-puissant, et donnant l’impression d’agir en roue libre, sans contrôle politique. Ces choses-là, pour le moins, méritaient un débriefing solide au Parlement. Hélas, elles tombaient le même jour que l’élection d’un nouveau Président, ainsi que d’un nouveau Bureau, missions consensuelles par excellence. Hélas, on a laissé les magistrats exécutifs se trouver finalement fort bons. Hélas, on s’est assoupi dans sa vigueur de contrôle. Hélas, on a laissé faire. Hélas, la catharsis, faute de crainte et faute de pitié, s’est achevée en queue de poisson. Notre démocratie a vécu de plus glorieux moments. Excellente semaine à tous !

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel