Manif illégale : que font les députés ?

Imprimer

 

Sur le vif - Lundi 25.05.20 - 10.23h

 

Le lundi 18 mai dernier, s'est déroulée à Plainpalais une manifestation de cyclistes, totalement illégale. Ils se targuaient eux-mêmes, juste après, d'avoir été 1500, voire 2000 : la limite maximale des rassemblements autorisés est de 5 personnes.

Le Conseil d'Etat a mis 48 heures à réagir, et encore il a fallu la pression éditoriale. Pire : le Président du gouvernement, garant de l'ordre républicain, menace de rompre la collégialité si des sanctions trop méchantes à ses yeux sont prises contre les incitateurs. Car incitateurs il y a ! Pas besoin d'être officier de renseignements, ni d'avoir l'âme d'un Fouché, pour remonter la chaîne.

Au nom des 498'000 Genevoises et Genevois qui n'ont pas participé à cette action illégale, et qui s'efforcent depuis des mois de respecter consignes et directives, l'ordre républicain, qui est notre ciment, doit s'imposer. On n'applique pas la loi avec flou : on l'applique, ou on la transgresse. Sinon, à quoi bon faire des lois, ou émettre des directives ?

Si nos autorités ne veulent pas que les 498'000 se fassent entendre, le jour venu, avec une autre puissance que celle des gentils cyclistes du 18 mai, alors elles doivent entrer en action, et cesser de fermer les yeux. Premier concerné : le Parlement. Il est organe de contrôle ? Fort bien ! Alors, qu'il contrôle !

Comment une transgression manifeste de l'ordre légal a-t-elle pu être commise sur la chaussée publique, le 18 mai, sans la moindre intervention des forces de police ? Que foutait là une société de sécurité privée, antithèse même du monopole régalien de l'Etat ? D'où vient l'étrange silence de la route de Chancy ? Qui a décidé quoi, qui a laissé faire quoi, qui a fermé les yeux sur quoi ?

Parlementaires, c'est à vous d'agir. Dans le cas contraire, le peuple s'en chargera. Non par la voie immonde de la tourbe qui s'épanche dans la rue. Mais par celle du démos. Par exemple, en utilisant la démocratie directe.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Je ne suis pas surpris, on a vraiment une politique même en Suisse à angle très variable, qui frôle avec la corruption et le copinage. Par exemple, on a été capable en Suisse de faire régner l'ordre pour le Covid-19, mais pourquoi la police n'est-elle pas capable de faire régner l'ordre concernant le trafic de drogue et la prostitution illégale ? Car la police reçoit des pressions d'en haut des politiciens - pas faire de vague, par omission surtout ou corruption. Oui la Suisse est corrompue, dire le contraire est un mensonge, sinon il n'y aurait plus de cocaïne à Lausanne ou Genève. C'est l'avantage du Brésil, presque tout le monde pense que tous les politiciens sont corrompus, peut-être exagéré. C'est très mauvais pour un pays ce manque de confiance, pour certains (The Economist) à l'origine de la grave crise de Covid-19 actuelle au Brésil.
    Mais en Suisse on est dans une logique inverse et malsaine, on pense que nos politiciens (le pouvoir suprême, avec la justice) sont parfaits ou presque et pas corrompus, grave erreur d'analyse. Moi comme scientifique je regarde les faits, si je vois de la cocaïne à Genève, je pense immédiatement à de la corruption dans les plus hautes sphères de l'état, CQFD. Le seul pays au monde qui passe mon test est l'Islande, même si pas parfait bien sûr.
    Oui, parmi les pays de plus d'un million d'habitant la Suisse est l'un des "meilleurs" pays, mais imaginez une classe d'école, tout le monde est mauvais, le premier reste mauvais, c'est juste le moins mauvais de la classe, voici ma vision de la Suisse. C'est du pessimisme, mais j'assume, je développe ces théories depuis des années et personne ne m'écoute (mais quand je raconte cela tout le monde dit que j'ai raison)...cela dérange bien sûr beaucoup trop de monde.

  • Raisonnement par l'absurde :
    J'aimerais encore donner un témoignage exclusif ici sur ce blog.
    Comme vous savez (ceux qui me lisent), j'habite entre la Suisse où je paye mes impôts à titre privé et entreprises et le Brésil à Sao Paulo.
    La semaine dernière dans les beaux quartiers de Sao Paulo je vais à la petite Migros du coin (Pão de Azucar), et là quand j'arrive 2 jeeps super blindées noires parquées devant ce supermarché attendaient un client, en 10 ans au Brésil c'est la première fois que je vois cela. Il y avait dans les 2 véhicules 5 ou 6 hommes sur-armés de mitraillettes bien visibles. Tel un film d'Hollywood.
    Selon mes informations, c'était probablement un juge. Au Brésil 100 juges sont actuellement surprotégés de gardes du corps 24 h sur 24, certains ont bien sûr déjà été tués.
    Vous voyez, parfois le Brésil fait mieux que la Suisse dans la lutte contre le trafic de drogue. Est-ce qu'il y a en Suisse un juge avec 10 gardes du corps ? Même M. Lauber, selon moi l'homme le plus puissant du pays (et de loin) - peut-être une raison de l'abattre - semble se balader presque tranquillement en Suisse. Cela veut dire plus ou moins qu'aucun juge suisse veut vraiment faire du tort aux mafias globales. Si personne ne veut vous tuer, vous n'êtes pas dangereux, raisonnement par l'absurde.
    Donc oui, il y a plein de choses qui ne vont pas en Suisse concernant la lutte contre le trafic de drogue et l'application de la loi. Comprenne celui qui pourra...
    ps. vous voyez aussi qu'après c'est facile de critiquer Bolsonaro qui oui est très vulgaire mais qui n'est pas impliqué dans du trafic de drogue selon moi, que font les Suisses au pouvoir contre le trafic de drogue, ces pauvres suisses qui meurent d'overdose à Lausanne ou Genève. Soyons un peu sérieux SVP.

  • Est ce que les juges brésiliens sont plus intègres que les nôtre?

Les commentaires sont fermés.