Le vélo oui, la pensée unique non !

Imprimer

 

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.05.20

 

Je suis le premier à le reconnaître : le vélo, c’est sympa. Un mode de locomotion doux, silencieux, accessible à tous, absolument pas polluant. Les cyclistes doivent se déplacer en milieu urbain en toute sécurité, en se mélangeant le moins possible (voire pas du tout) à la circulation automobile. D’où les pistes cyclables, dont je reconnais qu’elles pourraient être plus nombreuses, et surtout plus sûres, sans ces ruptures de continuité qui constituent un danger inouï.

 

Seulement voilà : le vélo, c’est un mode de locomotion, et ça n’est que cela. Comme le scooter, comme la moto, comme la voiture. Un moyen, parmi d’autres, de se mouvoir ! Le problème, c’est qu’il est devenu une idéologie. Il y a, parmi les cyclistes en milieu urbain, certains Croisés qui nous assomment avec leur prosélytisme. Sous prétexte qu’ils ont choisi ce mode-là, qui semble avoir transfiguré leur vie (les pires étant comme souvent les néo-convertis), il faudrait que le monde entier s’y mette. Ces extrémistes n’ont qu’un but : à petits pas, quartier par quartier, rue par rue, ils veulent éradiquer tout trafic motorisé privé de l’espace urbain. Ils poursuivent cet objectif depuis de longues années, font la morale à la terre entière, insultent scootéristes, motards et automobilistes, qualifient de ringarde toute personne ne partageant pas leur folie extatique de la petite reine.

 

A ces ultras, qui rendent en passant un bien mauvais service à leur propre cause, il faut dire non. Ce sont eux – et nul autre – qui ont déclenché la guerre des transports à Genève, eux qui ont participé à la manifestation totalement illégale du lundi 18 mai, eux qui vomissent sur les automobilistes, eux qui les prennent à partie en les insultant, et cela – bel exemple de courage – dès qu’ils manifestent en groupe. A eux, nous devons dire non. D’ailleurs, qui sont-ils ? De quel droit, de quelle légitimité, se camouflant derrière d’improbables « collectifs » ou « associations », revendiquent-ils la posture de parler au nom de tous les cyclistes ? Dans ce domaine comme dans d’autres (oh, oui j’ai des exemples !), toute discussion respectueuse entre humains, où la seule force réside dans la qualité des arguments, a laissé la place à une liturgie des imprécations : on s’abrite derrière le groupe, on s’invente la raison sociale d’un « collectif » bidon, et on tente de flanquer la trouille à toute la République.

 

Le plus fou, c’est que ça marche ! Ils étaient deux mille (estimations maximales) à la manif illégale du 18 mai, nous sommes un demi-million à Genève, leur proportion est donc fort minoritaire, mais l’imprécation, ça marche ! Jusqu’à faire peur au ministre de la Mobilité, qui est passé avec armes et bagages dans leur camp, comme d’autres passent à l’Est, dans les romans d’espionnage de la Guerre froide. A ces quelques idéologues extrémistes, il faut dire non. Oui au vélo, oui à des pistes cyclables. Oui au respect mutuel sur la chaussée. Mais non au prosélytisme furibard des ayatollahs.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 1 commentaire

Commentaires

  • Il faut lire, ou relire le rapport "Mobilité 2030" de Mme Künzler que nous ne pouvons soupçonner de collusion avec les milieux de la bagnole pour comprendre qui sont ces cyclistes.
    A la page 26 nous trouvons des diagrammes qui font état de la proportion en pourcentage des différents modes utilisés au centre et à la périphérie. Le vélo occupait respectivement en 2009 7% et 2% et la projection est la même pour 2030.
    Si nous évacuons de ces chiffres tous ceux qui comme moi circulent à vélo sans en faire une idéologie, nous devrions atteindre à peu près le chiffre des manifestants qui étaient présents ce jour. Le retour de bâton va être violent et ils n'auront que la monnaie de leur pièce.
    Quant à Dal Busco, il portera la responsabilité du déterrement de la hache de guerre et probablement le début de la fin du consensus obtenu avec la LMCE.

Les commentaires sont fermés.