Toutes les manifs - Sauf une !

Imprimer

 

Sur le vif - Samedi 30.05.20 - 17.19h

 

Je suis ennemi viscéral de toute manifestation. Jamais participé à aucune, de toute ma vie. Je rejette absolument cette culture de la foule. Tout comme j'abhorre le monopole de la gauche sur la rue, depuis 75 ans. Aucune sympathie pour les défilés du 1er Mai, et je ne sache pas qu'on puisse me qualifier d'ennemi du travail. Jamais aimé les banderoles, encore moins les vociférations.

Pour moi, le peuple, c'est le démos, le corps des citoyens qui font institution, par le suffrage universel. Et ça n'est certainement pas le pléthos, celui qui hurle dans le désordre de la rue.

Des manifestations, il en est en pourtant une - UNE SEULE - à laquelle j'aurais aimé participer. Elle s'est déroulée il y a jour pour jour 52 ans, sur les Champs-Élysées. C'était pour soutenir Charles de Gaulle. Montrer - sans la moindre ambiguïté - où était la vraie majorité en France. Remettre à leur place les bourgeois libertaires du Quartier Latin. Mettre fin à la petite plaisanterie de Mai 68, qui demeure pour moi une verrue dans l'Histoire de la France au vingtième siècle.

Je me souviens comme si c'était hier du 30 mai 1968. J'allais sur mes dix ans. Je terminais mon avant-dernière année d'école primaire. J'adorais l'école. Je ne comprenais absolument pas ce que mes aînés reprochaient à un système de transmission des connaissances qui, pour ma part, me convenait fort bien.

Vous n'imaginez pas ce que cette école-là a fait pour moi, à quel point elle m'a ouvert l'âme, aiguisé l'esprit. A quel point j'ai aimé, dès l'âge de sept ans, l'Histoire avec ses dates et ses Traités, la géographie avec ses fleuves et leurs affluents. La musique, avec un prof génial - j'étais dans sa chorale - qui est devenu chef d'orchestre. Et, avant toute chose, le miracle de la langue. Les dictées. Les poèmes à apprendre par coeur : Paul Fort, Emile Verhaeren, Albert Samain. Oui, j'ai passionnément aimé mon école primaire, entre septembre 1965 et juin 1969. Et j'ai, déjà sur le moment, haï - je pèse mes mots - l'esprit de Mai 68. A commencer pas son leader.

Alors voilà, j'exècre toutes les manifestations. Sauf une. Ca doit être comme dans la grammaire latine : il y a toujours une exception. Et on tombe sous son charme.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Je ne crois pas que l'infâme Mai 68 soit une "plaisanterie" : il s'agit d'une révolution, version light, de type bolchévique qui a conduit la France à la situation épouvantable - la pire de son histoire - dans laquelle elle se trouve aujour'dhui.

  • M. Pascal Décaillet,

    Vous avez parfaitement le droit d être un ennemi viscéral de toute manifestation...

    Néanmoins, quand les gens (le peuple) commencent à en baver, ils DOIVENT descendre dans la Rue, ils en sont obligés, pas le choix, si tu ne descendes pas tu crèves. Les gilets jaunes sont partis à cause du prix d essence et beaucoup de ces G.J. sont morts, ou blessés, ou amputés d un membre ou éborgnés...les enquêtes nous disent ils sont toujours en route...

    Ce qui se passe aux USA est le même scénario à cause de la lutte de 2 pouvoirs (démocrate et Rep.) et Trump peut mettre le feu volontairement ou par maladroitesse n importe où pourvu qu il soit élu.

    Il est arrivé à un stade qu il annexe à tour de bras (Jolan, Cis Jordanie, bientôt l Iran ou la Chine ou Vénézuela et pourquoi pas la Russie tant qu on y est! ...Même il va agrandir le G7 afin d inviter la Russie, bientôt Israel, la Saoudie, Qatar tant qu on y est ou la Hongrie voire même Erdogan....

    Bien à Vous.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.