L'immigration, c'est notre affaire !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 03.06.20

 

Insupportable, la manière dont d’Office fédéral de la statistique nous présentait, fin mai, les prévisions démographiques pour la Suisse ! Il nous annonçait que notre pays, doté aujourd’hui de 8,5 millions d’habitants, passerait à 9,4 en 2030, puis 10,4 en 2050. Trois quarts de cette croissance provenant de l’immigration ! L’OFS nous balance ces chiffres, comme un fait accompli. Les médias les reproduisent tels quels, sans le moindre discours critique sur ce qu’ils représentent, en termes notamment de pression migratoire benoîtement acceptée. Comme si cette dernière était inéluctable. Comme si le peuple suisse, autorité suprême de notre pays, n’y pouvait rien. Comme s’il devait rester là, sur le bord de la route, à voir débarquer les flux de la migration. Comme si l’explosion des chiffres relevait d’une obligation de destin, que nous, citoyennes et citoyens libres d’un pays souverain, devrions accepter, tête basse, les yeux fixés vers le sol, échine courbée. Comme si nous étions des sujets, alors que nous sommes le souverain !

 

Alors, il est temps de rappeler une chose : nous ne sommes pas des sujets ! Nous ne sommes pas des jouets du destin. Nous sommes des hommes et des femmes libres. Citoyens, nous façonnons nous-mêmes, par le suffrage universel, l’avenir de notre pays. Les grandes orientations, c’est le peuple, en Suisse, qui les détermine. Le peuple, et certainement pas les seuls élus, encore moins les fonctionnaires de l’Office fédéral de la statistique. Il en va ainsi de tous les domaines de notre politique, et la question de l’immigration ne fait pas exception. La Suisse est un pays souverain. C’est elle qui gère ses flux migratoires. Elle qui fixe les quotas de ce que nous voulons accepter. Au plus haut niveau, comme arbitre ultime de ces décisions, c’est le peuple. Entendez par ce mot, « peuple », les citoyennes et citoyens suisses âgés de 18 ans et plus, ce qui fait quand même pas mal de monde.

 

Les flux migratoires ne doivent en aucun cas nous être présentés comme une fatalité, comme le fait l’OFS, en nous plaçant devant un fait accompli. Ils doivent être, au contraire, le résultat d’une politique, donc d’un choix citoyen, démocratique, opéré par le suffrage universel, au terme d’un vaste débat, dans tout le pays, où chacun peut s’exprimer. Au final, le peuple souverain vote, et c’est cela, la voix de la Suisse. Car c’est lui, le patron. La démocratie, ça n’est pas l’absence de décision, loin de là. Ce sont, au contraire, des décisions fermes et précises, simplement elles sont celles du peuple, et non celles d’une nomenclature. C’est plutôt génial, non ? Alors, faisons-le vivre, ce système, donnons-lui corps et âme ! Car il dépend de nous, de nos énergies citoyennes, de notre passion pour la politique et pour notre pays. Ainsi, sur la question migratoire, évidemment essentielle, c’est le peuple qui décide. Nous aurons, par exemple, l’occasion de le faire le 27 septembre prochain. Nous y reviendrons bientôt. Excellente semaine à tous !

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires

Commentaires

  • Et si l'on commençait par appliquer les lois qui existent ?

  • @CEDH
    Voilà le problème. Les lois américaines, par exemple, sont totalement exemptes de racisme. Et pourtant ...

Les commentaires sont fermés.