Respectez le Parlement, M. Maudet !

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 07.06.20 - 14.40h

 

Monsieur Maudet, un Conseiller d'Etat ne peut se contenter de qualifier "d'élucubrations" les propos des députés Buchs (PDC) et Bläsi (UDC) sur vos liens avec Manotel.

Vous êtes membre de l'exécutif. Ces deux Messieurs sont des élus du peuple, membres du premier pouvoir, le Parlement, qui a pour mission de contrôler l'activité du gouvernement et de l'administration. Nombre de leurs collègues, hélas, ne l'assument pas, cette mission. Ces deux-là, parmi quelques autres, si.

S'il vous interpellent, vous devez leur fournir des réponses précises et circonstanciées. Au surplus, je ne sache pas que vous ayez à qualifier - encore moins à disqualifier - les questions légitimes qu'au nom du peuple, ces deux excellents députés se posent sur votre gestion.

Monsieur Maudet, je vous ai souvent défendu, et continuerai de le faire pour que vous gardiez votre place au Conseil d'Etat, et que vous retrouviez un Département avec ampleur et marge de manœuvre. Mais vous ne pouvez rejeter ainsi, d'un revers de la main, les questions de la représentation populaire de notre Canton.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Monsieur Buchs a été élu par le peuple député au Grand Conseil et nommé pas ses honorables petits copain membre d'une commission, le rendant commissaire du pouvoir politique. Monsieur Maudet a été élu par le peuple au Conseil d'Etat et largement écarté de cette fonction par les petits copains, notamment ceux de Buchs.

    Monsieur Buchs fait un procès d'intention à Monsieur Maudet. Pourquoi pas puisqu'il est policiticien ?

    Monsieur le commissaire politique Buchs fait un procès d'intention à un Conseiller d'état, est-ce raisonnable ?

    Rappelons que l'un est présumé innocent d'infractions qu'il nie avoir commises.
    Alors que l'autre, le commissaire politique et médecin Buchs, a avoué sur son blog avoir commis des faux dans les titres en faveur de ses patients : il faisait émettre des factures qui ne reflétaient le montant réel de la facture. A sa décharge il avait alors proclamé qu'il ne savait pas qu'il agissait mal. Innocent pour ne pas avoir su distinguer le bien du mal.

    A-t'il fait des progrès ? Sait-il aujourd'hui distinguer le bien du mal ? Drôle de commissaire politique.

  • C'est ça la grosse tête ...

  • « C'est ça la grosse tête ... »

    Je dirais plutôt: C'est ça la forte tête

    ... et je pense aussi, que Maudet: va trop vite, pense trop vite, cogite trop vite, agit trop vite... même pour des Genevois.

Les commentaires sont fermés.