Puisque leur cause est celle du Bien !

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 09.06.20 - 13.51h

 

Il existe, à Genève, une toute petite portion de la population, flirtant avec l'infinitésimal, qui descend dans la rue. Toujours les mêmes. Tandis que l'écrasante majorité, à l'instar de votre serviteur, ne manifeste jamais. Je dis bien : jamais.

Ces tonitruants minoritaires, combien sont-ils ? Quelques centaines. Disons même quelques milliers. Seraient-ils, toutes causes confondues, un réservoir total de vingt-mille (et là, je suis généreux dans l'estimation !), qu'il demeurerait tout de même, dans le Canton, quelque 480'000 personnes pour ne JAMAIS manifester. Je dis bien : JAMAIS.

Sur la masse de la République, nos manifestants professionnels sont donc une poignée ! Toujours des gens de gauche. C'est normal, cette famille politique squatte, accapare, monopolise la rue, depuis 1945. Trois quarts de siècle de banderoles rouges, de postillons dans les haut-parleurs, ça crée des habitudes, on s'installe, on est chez soi. Pour un peu, on descendrait dans la rue en pantoufles, traîner ses savates et, dans la foulée, son blues.

Les générations passent. Dans les familles de gauche comme dans la noblesse de robe, sous l'Ancien Régime, on se transmet la charge. Comme dans les paroisses, à l'ombre des clochers. La manifestation n'est-elle pas une procession ? Pas de Vierge noire, mais la marée rouge des slogans. Sinon, même litanie. Même liturgie. Dans la rue, tu jouis, tu communies, tu exploses du bonheur terrestre et charnel de la présence.

A partir de là, les causes pourraient presque (à un esprit chagrin) ressembler à des prétextes. Un jour, les gentils Kurdes. Un autre jour, les gentils Arméniens. Ou encore, les gentils Tibétains. Le nucléaire. L'anti-militarisme. Le climat. Le féminisme. Ah ben tiens, le racisme en Suisse, pourquoi pas : on surfe sur l'affaire Floyd, on se dit qu'on pourrait exporter la question - bien réelle, et pertinente - du racisme aux États-Unis.

Alors, d'un coup de baguette, on helvétise la cause, pourquoi se gêner ! Et hop, on descend dans la rue, à l'heure de pointe ! Et on se sanctifie d'emmerder le bon bourgeois bosseur, le cochon de payeur d'impôts et de taxes, qui a le mauvais goût de rentrer de son travail, via le centre-ville, à ce moment-là. On lui en aura fait voir, à ce gros porc ! On lui aura ouvert les yeux sur ces plaies de la Suisse que, de son auge aveugle, il est incapable d'entrevoir. Eh oui, Robert, la Suisse est raciste, tu refuses de le voir, nous t'abreuvons de lumière.

Chaque fois que Genève manifeste, c'est une certaine famille qui descend dans la rue. Avec ses rites, ses couleurs, ses canons de conventions. Le Ciel est avec eux, avec tous ses archanges et tous ses séraphins. Puisque leur cause, comme l'éternelle blancheur de leurs consciences, est celle du Bien.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 15 commentaires

Commentaires

  • A Neuchâtel aussi, la cause du Bien se mobilise, s'agite et veut réécrire l'Histoire selon des paramètres partisans, les siens, pardi !
    https://www.rts.ch/info/regions/neuchatel/11387027-mobilisation-a-neuchatel-pour-deboulonner-la-statue-de-david-de-pury.html
    Les historiens vont-ils laisser opérer encore longtemps ces descentes de police idéologiques dans leur discipline ? Bientôt, ils ne pourront plus travailler sans devoir rendre des comptes aux kapos du politiquement correct. Tous les domaines de la culture sont menacés par le phénomène de ré-appropriation "racialiste" importé des Etats-Unis.

  • Il y a un côté positif : à s'occuper de génuflexions pour un Noir américain, ils en ont oublié leur sacro-saint climat et leur sainte Greta. Reste pour nous de combattre les députés sous influence qui veulent nous taxer climatique...

  • Bien, mais alors vraiment bien dit :-)

  • Et voilà, c'est fait ! A Genève comme dans toute ville qui se respecte, le racisme anti-blanc, manipulé par la gauche, a pris ses marques.

  • "Chaque fois que Genève manifeste, c'est une certaine famille qui descend dans la rue."


    Hmmmmm ... ... Hmmmmmmmmmmm !

    Laissez moi deviner ... Hmmmmmmmmmmmm !

    Celle qui affirme que ... "La Suisse n'existe pas".

  • Excellent article et tellement vrai ! Tout est dit...Bravo !!
    Pour le surplus, étant un (gros) contribuable dans ce canton, je commence à être pour le moins excédé par cette politique chaotique et de plus en plus gauchisante (appliquée également par une droite à des fins électoralistes). Excédé également par une qualité de vie qui se dégrade au quotidien, à ces Genferei quasi quotidiennes, tant au niveau du canton, que de la ville, à une gestion chaotique. Cela pour une fiscalisation qui est la plus élevée de Suisse pour moi, tant au niveau du revenu que sur la fortune..bien maigre résultat. Pensant de plus en plus à une délocalisation, que je le reconnais en grande partie fiscale, ne serait-ce que de vouloir financer ces fait précités et à l’aube d’une retraite méritée. Né à Genève, études et vie professionnelle en grande partie dans ce canton. Je le dis, n’en déplaise au socialiste et les plus à gauche, continuez comme cela, il restera certainement, à terme, bien peu de contributeur à cet effort social tant nécessaire et demandé.

  • tout à fait d'accord !
    l'art d'essayer de nous faire sentir coupable pour toutes les fautes du monde

  • Par le biais d’un ami qui me transmet souvent vos prises de position, que j’apprécie le plus souvent, je suis entièrement d’accord pour exprimer mon incompréhension à tous ces mouvements de
    protestation et qui veulent faire croire que « Le Suisse » serait raciste. INFRAROUGE de ce soir m’a aussi laissé un arrière goût dans la gorge. Le policier n’a pas beaucoup eu la parole et, comme toujours, on ose pas donner les statistiques sur l’origine de la délinquance et les difficultés de la police lors de ses interventions,
    D. Volper

  • Le 9 juin, je n’étais pas bloqué dans ma voiture à pester, mais présent dans la manif, une fois n’est pas coutume. Ceci me donne une légitimité pour ne pas en rester au niveau de l’humeur, mais des faits. Les manifestants n’étaient pas venus parce qu’ils étaient « de gauche », mais pour exprimer un ras-le-bol du racisme en général, en Suisse comme ailleurs. La plupart ne se posaient certainement pas la question de savoir s’ils étaient de gauche ou de droite et probablement participaient pour la première fois à ce genre d’évènement. Pas de banderoles rouges. Les organisateurs ont précisé dans leur tract qu’ils ne voulaient pas de récupération politique et ils ont réussi. La Suisse raciste ? Le système juridique Suisse n’est en effet pas raciste, il comporte de nombreuses normes qui devraient y faire obstacle. Pas besoin de faire une initiative contre le racisme, il n’est pas dans les lois, mais dans les cœurs et les têtes. Malgré notre ordre juridique, des milliers de gens le subissent quotidiennement, çà va de petites vexations partant même parfois de bonnes intentions : « madame ici c’est la première classe, la deuxième c’est à côté », (madame est noire, donc ne peut se payer la première et on ne voudrait pas qu’elle se fasse verbaliser) jusqu’à de la violence et des insultes. Les éternels agités et les manifestants professionnels que vous mentionnez étaient absents. Les fleurs de la Corraterrie sont intactes après le passage de 10 à 12000 manifestants. Aucune interpellation, pas de violence.
    Emmerder le bourgeois cochon, même le porte-parole de la police a décrit l’ambiance comme bon enfant. Des djembés, une kora, des gens qui dansent. Rien à voir avec monter une communauté l’une contre l’autre, tout le contraire.
    Pourquoi manifester maintenant en période COVID 19 ? Il avait été demandé aux manifestants de porter un masque et de se munir de gel, les organisateurs en avaient mis à disposition de ceux qui en faisaient la demande. Les manifestants ont été séparés en groupes de 300. J’admets qu’il était difficile de maintenir la distance règlementaire entre participants. Malgré ces précautions fallait-il repousser cet évènement ? Les tragiques incidents des Etats-Unis suivis des manifestations qui ont gagné la planète ont, qu’on le veuille ou non, créé un Momentum qui fait que si on veut faire avancer la lutte contre la pandémie du racisme, c’est maintenant et pas dans deux semaines. Je pense que vous êtes bien d’accord qu’il faut lutter contre le racisme où qu’il se trouve et de manière efficace. Ce n’est pas non plus en luttant contre le racisme qu’on péjore la situation des retraités, de plus la situation des retraités se règle plus efficacement dans les urnes ou sous la coupole que dans la rue, contrairement au racisme.
    Enfin je profite pour féliciter la police genevoise. J’aurais pu compter les policiers aperçus sur les doigts de mes deux mains. Leur discrétion a certainement contribué au bon déroulement de ce grand moment pour bien des Genevois de toutes les couleurs.
    La manifestation à laquelle j’ai participé n’avait rien à voir avec celle que vous avez décrite. Ah les préjugés, attention, c’est dangereux, on en a tous, mais çà peut mener certains au racisme.
    Un vieux Genevois blanc et protestant qui n’a aucun lien avec les organisateurs.

  • Que pensez-vous de l'analyse de Michel Onfray sur les manifestations en France ? En Suisse aussi ces manifestants qui ont la mansuétude du gouvernement ne remettent pas en cause la société neo-liberale, tiens, tiens.. .. : "
    "Ces gens qui défilent en affirmant qu’ils détestent la police ne remettent pas en cause le régime macronien, l’État maastrichtien, l’ordre mondial américain, comment dès lors Castaner & Macron ne leurs feraient-ils pas le baiser mafieux? Le président de feu la République peut bien continuer à ruiner le pays, à détruire la France, à travailler à la paupérisation généralisée, à confiner et ficher les citoyens pour mieux les contrôler: ceux qui manifestent sont les idiots utiles de ce monde comme il va. Comment, sinon, expliquer la formidable mansuétude d’État dont ils profitent?" In le site Front populaire

  • J'ai été plutôt irrité par l'émission Infrarouge. Comme toujours en Suisse c'était en mode mineur, en demi-teinte, donc c'est un moindre mal, si on compare avec les pays comme la France où l'idéologie est toujours poussée au paroxysme. Alexis Favre a du talent comme modérateur. Il est cent fois meilleur que la sèche et cassante Esther Mammarbachi. Il est amène, souriant, il sait mettre du liant. Mais force est de constater que le choix des invités est biaisé. Le brave Kevin Grangier était très bon. Il passe bien à la télé avec sa gentillesse, son bon sens et son expression peuple. Mais il était seul contre tous. C'était excessivement déséquilibré. Mme Brunschwig-Graf est toujours lénifiante, avec un petit côté maîtresse d'école gnangnan. Ce n'est pas une excitée, rendons lui cette justice. Mais le Tijiane Diouwara n'a aucune espèce de légitimité. Pourquoi a-t-il été invité? Heureusement qu'il ne sait pas utiliser Skype. L'avocat Ntah, faiblard, disons le. Lui non plus pas méchant. J'ai assez apprécié le député biennois Touareg, sympa. Le niveau était au ras des pâquerettes. C'est tant mieux sans doute. Mais c'était quand-même une émission politiquement correcte de culpabilisation du bon Suisse. Le tout pour singer des débats américains, qui ne nous concernent pas. C'était agaçant.

  • Qu'est-ce que ça fait du bien de lire de tels propos! J'ai écrit tout récemment dans une plateforme "courrier des lecteurs" dans un journal de Suisse Centrale, un commentaire sur ce "racisme" en Suisse - sous le titre "Un nouveau Virus: la bêtise globalisée". J'ai parlé de ce rassisme à l'envers, culpabilisant toute une population, condamnée à vérifier chaque mot avant de parler... Puis, j'ai mentionné l'histoire du Mohrenkopf, pâtisserie ô combien appréciée des enfants (et des adultes!), retirée des rayons de la Migros et de Manor. Le fabricant suisse s'en moque et a depuis lors presque doublé sa production.... MA LETTRE N'A PAS PU ÊTRE PUBLIéE, "à cause des propos "inappropriés". Je vais y insister.
    Bref: merci infiniment, Pascal Décaillet, et à tous les lecteurs qui ont laissé leurs commentaires ! Ils m'encouragent à me battre ici pour que le silence d'une grande partie de la population, ne soit interprété comme approbation de tels agissements néfastes.
    Brigitte Matteuzzi-Weber, 6006

  • La seule manif genevoise qui n'intéressait pas la gauche c'est lorsque il y a eu une manif contre l'intervention de l'Armée Rouge en Hongrie en 1956 ! Cette manif s'est déroulée sans aucun gauchiste car le Parti du Travail et le Parti Socialiste soutenait l'intervention soviétique en Hongrie ! C'était logique car ils avaient peur de perdre les rentrées d'argent qui leur parvenait régulièrement de Moscou !

  • C'est un fait divers malheureux il est vrai, car la mort d'un homme est un acte bien triste, d'ailleurs même Staline Petit Père des peuples, spécialiste en la matière, le mentionnait, évidemment, ensuite lui, il rajoutait
    que 100 000 victimes, cela devenait une statistique...
    Je ne sais pas qui organise ce type d'action, mais cela ne peut être spontané, il est vrai qu'avec internet c'est facile... lire et relire l'histoire afin de se souvenir que
    celui qui sert la foule a le plus
    mauvais maître.

  • @M. André Picot et à tous les gentils manifestants pensant qu'il est juste de lutter contre le racisme où qu'il se trouve.
    La cause est honorable, à condition que l'on combatte tous les racismes, y compris le racisme anti-Blancs qui monte en Occident.
    Il vous faudrait penser plus loin et plus large, pour ne pas contribuer, malgré vous et vos bonnes intentions, à l'effondrement du monde blanc occidental, assailli de toutes parts et de plus en plus rapidement.
    Un vieux Vaudois blanc et protestant, au bon sens perspicace et aux yeux décillés.

Les commentaires sont fermés.