Non, la Suisse n'est pas raciste !

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 09.06.20 - 22.55h

 

Non, non et non, la Suisse n'est pas un pays raciste ! Le seul fait de libeller ainsi les choses est immonde. Il y a certes, dans notre pays, des dérapages, et ils doivent assurément être condamnés. Car tout être humain en vaut un autre, aucun problème avec cela !

Mais venir transposer, par pur opportunisme de manifestants professionnels (les éternels agités, qui guettaient depuis trois mois l'occasion de retrouver cette rue qu'ils adulent), la vraie question du racisme aux États-Unis, vieille comme l'Histoire de ce pays, sur notre Suisse, est un procédé inqualifiable.

Pour ma part, et je me contrefous de mon image auprès des bobos, je n'accepte pas ce procédé. Il me révulse ! J'invite tous les Suisses qui pensent comme moi à se révolter contre cette dictature bruyante de la minorité.

Quant aux éternels agitateurs de la rue, peu importe la cause, pourvu qu'on batte le pavé, ils doivent rendre des comptes à la justice pour les manifestes transgressions de distances, au mépris de toutes les règles, ce soir. Ils sont faciles à trouver : certains, qui remuent la tourbe depuis plus de quarante ans à Genève, appelaient déjà, il y a quelques jours, à la manif des cyclistes. Ces gens-là doivent assumer leurs responsabilités. La République des manifs, la République des gueulards, la République de la rue, c'est non !

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Merci Pascal Décaillet, encore une fois vous osez dire tout haut ce que beaucoup de gens pensent tout bas.

    Pourquoi dans certains cas le fameux "amalgame" est-il encouragé : un policier américain tue un homme lors d'une arrestation, et immédiatement on accuse tous les policiers américains, et même tous les policiers du monde d'être des criminels racistes. D'un autre côté, personne n'a vu de manifestations "European lives matter" après les attaques au couteau en France, ou encore le meurtre des deux jeunes scandinaves au Maroc. Dans ces cas là on insiste bien sur le fait qu'il ne faut pas faire d'amalgame et dire gentiment "vous n'aurez pas ma haine".

    Il n'y a pourtant qu'en Europe et aux Etats-Unis, que ceux qui s'y installent en venant d'ailleurs peuvent jouir des mêmes droits que les autochtones. Partout ailleurs dans le monde les étrangers sont soumis à toutes sortes de restrictions et de discriminations. Ces politiques généreuses ont été instaurées en Occident parce que les Européens sont les descendants des philosophes Lumières qui considéraient que tous les êtres humains devaient être égaux en droits . Mais au lieu d'apprécier cela, unique pourtant dans l'histoire, certains se laissent instrumentaliser et suivent aveuglément ce que la presse leur suggère :

    Un jour il faut réclamer le confinement au nom de la solidarité avec "les plus fragiles", même si personne n'a jamais démontré qu'un confinement généralisé protégeait qui que ce soit, et même si cela a détruit l'économie dont pourtant "les plus fragiles" ont besoin pour avoir un revenu et être soignés. Un autre jour il faut manifester contre le racisme en accusant tous les policiers d'être d'affreux racistes assassins potentiels, et en leur rendant la vie impossible puisqu'ils ne pourront plus arrêter un dealer sans être accusés de racisme. Prochainement il faudra aussi défiler pour la grève des femmes en faisant semblant de croire que tous les hommes sont nos ennemis, que nous les femmes sommes discriminées, et que le voile islamique est un symbole d'émancipation. La naïveté et l'empressement avec lequel tous ces gens se font instrumentaliser est consternante. Ne sont-ils donc pas capable de voir à travers le rideau ? Qui est à la manoeuvre pour manipuler ceux dont l'esprit critique n'a pas été développé ?

  • Exactement !

  • « J’invite tous les Suisses qui pensent comme moi à se révolter contre cette dictature bruyante de la minorité. »

    Je me suis demandé comment faire, dans la mesure où les manifs ne sont pas notre trucs… Comment enrager l’adversaire sans tomber dans les mêmes travers ?

    Apparemment Isabelle Chevalley (verte libérale), a trouvé un truc imparable: produire une image «inconfortable» de l’adversaire en lui confisquant légitimement ce qu’il considère comme «ses forces symboliques» nécessaires à ses causes.

    En effet, la parlementaire fédérale pose sur une photo, bras dessus bras dessous avec une africaine. Elle rappelle par là son engagement sur le continent noir. Mais surtout, elle sort les crocs en déclarant cette affiche de campagne: «Nos multinationales sont responsables et génèrent des millions d’emplois en Afrique qui font vivre autant de familles. Combien d’emplois ont créé les ONG?»

    Ça na pas manqué, toute la bien-pensance de gauche s’est étranglée jusqu’à émouvoir dans ses plus hautes sphères…

    Pourtant, cette affiche ne ment pas, elle expose juste la réalité, qui fait mal à dire…

Les commentaires sont fermés.