C'est une guerre culturelle !

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 14.06.20 - 16.54h

 

C'est la guerre. De partout, on nous envahit de questions sociétâââles, on nous presse de pesanteur morale, on nous culpabilise de ce que nous sommes, on nous brandit le péché de l'Histoire, on éradique nos valeurs, on déboulonne, on arrache.

Et nous ? Nous devrions contempler le carnage en nous taisant ? Nous serions gouvernés par la peur ? Il faudrait se plier face à la première meute venue, juste parce qu'elle génère un boucan d'enfer ?

A tout cela, nous devons répondre NON. C'est une guerre qui nous est déclarée. Et c'est une guerre culturelle. Celle de l'ignorance face à la connaissance historique. Celle de la perception brute face à la mise en contexte. Celle de l'immédiat face à la diachronie.

C'est une guerre culturelle. Il s'agit donc, pour chacun de nous, de lui donner des réponses culturelles. Ne surtout pas paniquer. Ne se laisser faire en aucun cas. Laisser gueuler les gueulards. Leur opposer la connaissance. La capacité à mettre en contexte, tirer des liens, établir (comme nous le propose Thucydide) des chaînes de causes à effets. Leur opposer la culture. Leur opposer notre passion pour la langue, l'Histoire des mots, les singularités nationales, et au fond l'Histoire tout court.

Car ces furibards ont un point faible : leur inculture crasse. Ils déboulent, juste pour déboulonner. Ils veulent marcher sur Rome, sans rien connaître ni de Romulus, ni de Remus, ni du miracle matriciel de la Louve, ni du temps des Rois, ni de la République, ni de l'Empire.

Si nous abdiquons nos valeurs, ils auront gagné. Si nous demeurons calmes, argumentés, fiers de nos héritages, y compris dans leurs dimensions rebelles, contradictoires, conflictuelles, alors nous les remettrons à leur place. Le personnage principal de cette guerre culturelle, celui dont tout dépend, ça n'est pas eux. C'est nous.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires

Commentaires

  • "Le bus de la peur" sur youtube pour bien comprendre la démarche!

  • Il ne sera pas simple de définir ce "nous", dans une société individualiste assaillie par des revendications communautaires. Ce "nous", il me semble qu'il faudra le placer dans la quête de beauté, de justice et de vérité qui est au coeur de l'Occident classique, et, en cela, déjà rejetée par l'immense majorité de nos concitoyens qui suivent depuis des siècles des courants "modernes". Seule cette quête pourrait nous réconcilier de l'intérieur et avec l'extérieur. Mais il va falloir oser ouvrir les yeux sur ce qu'est l'histoire de la modernité, notamment sa dramatique histoire de la pensée. La guerre culturelle se présente comme une implosion, où le vide de la modernité est en train de céder sous nos pieds. Et ce vide, "nous" l'avons construit nous-mêmes.

  • Et une guerre a laquelle personne n’échappera, parce qu'ils ont quand même atteint un nouveau paroxysme en déclarant que ceux qui ne manifeste pas contre le "racisme" ou ne se mettent pas a genoux en mémoire du criminel multirécidiviste Floayd sont des "racistes passifs", donc 99.9% de la population vu que ces manifs n'ont réuni que quelques milliers de personnes. Mais bon, si la réalité des chiffres les intéressait ça se saurait.

  • C'est une guerre contre la culture, comme dans chaque tyrannie qui veut dicter sa morale pour s'accorder avec l'idéologie.

    Les anciennes générations se sont battus contre la censure, et une partie de la nouvelle s'active à la remettre. Ce qui est grave, c'est l'approbation de partis qui à leur époque, ont lutté contre toutes censures.

    Conclusion, le combat pour la démocratie et sa liberté, est un combat de toujours. Il faut être intransigeant face à cette nouvelle génération de censeurs, surtout lorsqu'il y a des politiciens peu courageux pour s'y opposer.

  • ""Le bus de la peur" sur youtube pour bien comprendre la démarche!"



    C'est beau la croissance ... de l'immigration ... et la privatisation ... des intérêts publics.

  • Une fois de plus cher chuck@ je ne comprends pas le rapport entre cette vidéo terrifiante, et vos propos!*

  • Et à Dijon c'est la guerre tout court!

Les commentaires sont fermés.