Mai-juin 40 : un livre, un seul !

Imprimer

Etrange Défaite.JPG

 

Sur le vif - Mardi 16.06.20 - 09.05h

 

Les six semaines de guerre-éclair de l'Allemagne contre la France, la victoire totale de la première contre la seconde, l'ampleur historique - et, à mes yeux, irrémédiable - de la défaite française, constituent, depuis au moins 45 ans, l'une de mes plus grandes passions historiques.

Au moment où nous commémorons le 80ème anniversaire de cette offensive foudroyante, l'une des percées les plus réussies, les plus décisives, de l'Histoire militaire, je voudrais, sur des centaines de livres ou articles spécialisés que j'ai lus, vous en recommander un seul : "L'Etrange Défaite".

Marc Bloch, 54 ans au moment des faits, est un homme immense. Historien, fondateur (avec Lucien Febvre) de l'Ecole des Annales en 1929, il a participé comme officier à toute la Grande Guerre (qu'il a terminée comme capitaine). En 1939, il a demandé à reprendre du service, et a vécu les terribles événements de mai-juin 40 comme officier d'état-major.

Sous ses yeux, il a vu la France s'écrouler. Défaite militaire. Défaite intellectuelle. Défaite spirituelle. Défaite morale. La plus grande catastrophe de toute l'Histoire de France. Elle ne s'en remettra pas. À lire le livre, on a presque l'impression que les Allemands sont une sorte de personnage secondaire, juste le catalyseur d'une liquéfaction française qui ne demandait qu'un agent externe pour s'opérer.

Ce livre est tout simplement saisissant. C'est un traité sur la pétrification des esprits, dans la pensée stratégique française, depuis 1918. Alors qu'en face, il y a le risque, l'audace, la surprise, le mouvement. Bref, le plan Manstein. Et le génie de Rommel pour passer la Meuse. Il y a, surtout, une ivresse dionysiaque de l'action, celle dont parle Nietzsche.

Résistant, arrêté puis torturé par la Gestapo, Marc Bloch sera fusillé, au bord d'un champ, à Saint-Didier-de-Formans, le 16 juin 1944.

Il m'arrive, en date du 16 juin, de penser à lui. On occupe sa mémoire comme on peut.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Excellent commentaires sur un livre admirable, d'un auteur qui pourrait bien être prophétique pour notre temps, notre pays et, à nouveau, pour notre voisine, la France…
    En ce qui concerne la Suisse, face à l'hostilité continue de la gauche à une armée crédible et surtout au futur renouvellement des avions de chasse de nos forces aériennes, ma lecture récente de "L'Étrange défaite" m'inspire les réflexions suivantes.
    S’il faut certes soutenir les nouveaux rôles de l’armée, voire en développer certains, n’abandonnons surtout pas sa mission première, la défense du territoire national.
    Qu’en sera-t-il des possibles menaces sur la Suisse d’ici une, deux ou trois décennies ?
    En caricaturant un peu, que pourrait faire une armée désarmée, c’est à dire sans aviation, chars et autres moyens complémentaires aux armes légères, face à ce que certains estiment impensable aujourd’hui, par exemple une France islamisée incontrôlable, une Russie impériale en expansion ou même une Allemagne surpuissante voulant s’imposer ?
    Y aura-t-il alors un nouveau "Marc Bloch", Suisse cette fois, pour écrire une nouvelle “Étrange défaite” ?

  • Une armée droguée ... ça aide !!!

    En 1939, la pervitine n’est plus délivrée, en théorie, que sur ordonnance, mais certaines pharmacies n’appliquent pas cette interdiction. En 1940, la pervitine est intégrée à l’équipement sanitaire des soldats. La Wehrmacht et la Luftwaffe en commandent 35 millions de doses. Pendant la Blitzkrieg, le général Guderian ordonne : « J’exige de vous que vous ne dormiez pas pendant 3 jours et 3 nuits si cela est nécessaire ». La méthamphétamine contribue à l’effet de surprise ainsi qu’à la diffusion du mythe d’une Wehrmacht invincible.

    Elle revient à la mode pour la simple raison qu'elle tient éveillée ... jusqu'à 72 heures. Des soldats allemands sont décédés sans avoir reçu une balle ...

  • L'excellente collection "Quarto" chez Gallimard a édité en 2006 sous la direction de Annette Becker un volume remarquable rassemblant tous les textes de Marc Bloch sous le titre "L'Histoire, la Guerre, la Résistance". "L'Etrange défaite" y figure en bonne place, bien sûr. Ce recueil contient également les notes et les photos prises par l'historien durant la guerre de 1914-1918 ainsi que les textes de conférences ou encore "Apologie pour l'histoire ou Métier d'historien". Le volume est toujours disponible.

Les commentaires sont fermés.