Le figurant de proue

Imprimer

 

Sur le vif - Vendredi 19.06.20 - 09.18h

 

Les guerres balkaniques des années 1990, telles que je les ai vécues dans le combat intellectuel féroce auquel j'ai pris part, n'étaient absolument pas un conflit entre partisans de telle ou telle ethnie.

Non, c'était un antagonisme violent entre ceux qui prennent le temps d'ouvrir des livres d'Histoire, remonter aux antécédents, établir des chaînes - souvent complexes - de causes et d'effets, restituer les événements dans leurs contextes politiques, linguistiques, confessionnels, culturels.

Et, de l'autre côté, les autres. Compensant leur inculture historique par la morale. Désignant immédiatement des bons et des méchants. Diabolisant un camp pour sanctifier l'autre. Bref, la démarche des salons parisiens. Avec, comme figurant de proue, le globe-trotter de luxe en chemise blanche. Immaculée. Sans la moindre tache, le moindre pli, jamais.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Oui sans la moindre tache et d’un blanc pur! Ce qui lui donne la tâche facile !

  • Des peuples se sont unis pour se rendre plus fort, et se sont séparés lorsque leurs intérêts divergeait. La Croatie, Slovénie retrouve l'Ouest, et la Serbie orthodoxe reste avec la Russie.
    La notion "Nation" a divisé l'alliance du passé.
    Pouvait t'il en être autrement dans une "guerre" d'influence Est-Ouest ? La Croatie, la Slovénie sont retournée à l'Ouest, comme ils l'ont toujours été dans le passé, non soumis à l'Empire ottoman.

    Dans une Europe unie avec la Russie, cette guerre n'aurait jamais eu lieu, et la Yougoslavie, toujours existante. La nation Europe avec la Russie a un sens pour préserver la paix dans les nations européennes, je pense aux problèmes des minorités.

    L'explosion de la Yougoslavie était inévitable, la guerre évitable sans les nationalismes exacerbés. Il ne reste plus qu'à attendre un président russe europhile pour le bien de tous.

  • M. Motus, vous voyez juste sur la Slovénie et la Croatie, catholiques, retrouvant l’Ouest tandis que la Serbie orthodoxe penche du côté de la Russie.
    Je suis très sceptique sur une nation Europe unie avec la Russie préservant la paix… Une paix de soumission, une nouvelle Pax Russiana aurait ainsi remplacé l’ancienne Pax Americana ? Dieu nous en garde !
    Même si un président europhile arrivait au pouvoir à Moscou, la Grande Russie resterait un empire et les empires ont pour vocation de s’agrandir et soumettre leurs petits voisins.

Les commentaires sont fermés.