LA DDR, une Histoire allemande

Imprimer

 

Sur le vif - Samedi 20.06.20 - 11.22h

 

J'ai toujours eu un faible pour la DDR, depuis près d'un demi-siècle, en tout cas depuis 1972. En 1978, j'avais écrit à l'Université d'Iéna, pour aller passer un semestre chez eux. Ils m'avaient répondu, très gentiment, qu'ils étaient infiniment sensibles à l'intérêt que pouvait leur porter un jeune étudiant en Germanistik, quelque part à l'Occident, mais qu'hélas, "pour des raisons de logistique" (je me demande bien lesquelles !), la chose ne serait "pas tout de suite possible". Bref, mon rêve d'aller lire Hölderlin et Brecht dans cette Allemagne orientale à laquelle me rattachaient tant de sentiments puissants, ne s'est pas concrétisé. J'ai retrouvé la DDR plus tard, autrement.

Rien que sur la DDR, je pourrais écrire plusieurs livres. Tout d'abord, l'inutilité de cette appellation : il y a la Prusse, il y a la Saxe, il y a la Thuringe. Aucune idéologie, jamais (et Dieu sait si elles furent coercitives, entre 1933 et 1989), n'a pu avoir raison de ces puissantes identités nationales, ancrées dans des siècles d'Histoire, au sein de la pluralité naturelle des Allemagnes.

Et puis, il y a la culture. Dès l'âge de vingt ans, j'ai lu les auteurs de la DDR. J'y ai immédiatement trouvé autre chose que de simples chantres du communisme, ce qui eût été un peu court pour capter les appétits littéraires du jeune homme que j'étais. Plus tard, j'ai découvert Christa Wolf, Heiner Müller, et tant d'autres. Nous sommes loin de la DDR ramenée (par la propagande occidentale) à la seule image de la Stasi, la redoutable police politique, en effet détestable.

Pour ma part, je n'ai jamais jugé un peuple à l'aune de son idéologie dominante du moment. D'autres facteurs, innombrables, le définissent : le rapport à la langue, l'organisation mentale des représentations, les questions confessionnelles, spirituelles, culturelles, et bien sûr économiques et sociales. Je ne crois pas aux "parenthèses" en Histoire : ni pour la période 1933-1945 en Allemagne, ni pour la période 1945-1989 en DDR, ni pour la période 1940-1944 en France, ni pour la période 1922-1943 (ou 45) en Italie. Chacune d'entre elles appartient à la continuité historique de son pays. Il convient dès lors de tenter de comprendre comment elles ont pu exister, en vertu de quelles chaînes de causes et de conséquences. Lire Kraus, Thomas Mann, Heinrich Mann, Klaus Mann.

La DDR me touche, au plus profond. Parce que les trois grandes nations allemandes, la Prusse, la Saxe, la Thuringe, qui par le sort des armes furent dévolues à l'occupation soviétique (et non américaine, britannique, ou française), avec obligation d'installer un régime communiste, ont bien dû "faire avec". Eh bien, ils ont fait ! Et franchement, vu les conditions, ils ne s'en sont pas si mal sortis ! C'était un régime sans liberté politique, il faut le dire. Mais ils ont fait beaucoup pour le social, pour l'égalité des chances, pour l'accès à la culture, aux sciences. La vie associative, culturelle, sportive, était remarquable. Tout cela, dès la fin de l'enfance, ou le début de l'adolescence, je l'avais perçu.

Voilà pourquoi, que cela vous plaise ou non, que cela plaise ou non aux anticommunistes viscéraux (dont je n'ai jamais fait partie), nous ne m'avez jamais entendu, vous ne m'entendrez jamais dire du mal de cette partie des Allemagnes qui, du 8 mai 1945 au 9 novembre 1989, a fait ce qu'elle a pu. Son génie est une partie du génie allemand. Son Histoire, son destin, sont ceux de l'Allemagne. Il n'y a pas de parenthèse. Il y a un texte, dans la continuité d'un plus grand texte. La DDR, c'est une Histoire allemande. C'est tout.

 

Pascal Décaillet

 
Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Est-ce intentionnellement, que dans la famille Mann vous omettez Golo?
    C'est dommage. Il est intéressant aussi.

  • Prusse, Saxe et Thuringe sentent bon le deuxième Reich!
    La RDA a gardé de nombreux "signes extérieurs" de la vieille Allemagne:
    - la compagnie ferroviaire était la Reichsbahn,
    - la compagnie des wagons-lits et wagons-restaurant s'appelait la Mitropa,
    - la Volksarmee marchait au pas de l'oie, il est vrai sans casque à pointe!
    J'en oublie certainement!

Les commentaires sont fermés.