C'est LA VILLE ALLEMANDE qu'on a anéantie !

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 21.06.20 - 15.07h

 

Entre 1943 et 1945, ça n'est pas l'Allemagne que les Anglo-américains ont détruite. Non, c'est la VILLE ALLEMANDE. J'avais déjà écrit sur ce sujet en 2015, c'est un thème que j'étudie de près, depuis des décennies. Il me fascine littéralement, depuis en tout cas 1968 (première traversée complète Sud-Nord, puis Nord-Sud, des Allemagnes, en famille, avec de nombreuses étapes, souvenirs d'édifices luthériens encore marqués par les obus, au bord de la Baltique).

En 1648, l'Allemagne est détruite. Toutes les Allemagnes, presque, villes et villages. Principalement par les Suédois, mais pas seulement. Pour prendre la mesure de cette horreur, lire absolument le "Simplicius Simplicissimus", de Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen, 1668. C'est un très grand livre, un chef d’œuvre. Il faudra un siècle au monde allemand pour s'en remettre. Il faudra l'immense Roi de Prusse Frédéric II (1740-1786), l'homme qui a relevé la puissance allemande en Europe.

En 1945, les villes allemandes (pas toutes, mais un nombre immense d'entre elles) sont détruites. Les pires carnages : Hambourg, été 1943, les Anglais ; Dresde, 13 et 14 février 1945, les Anglais). Berlin, Munich, Nuremberg, et tant d'autres, rasées, ou presque. En revanche, en ce même mai 1945, au moment où les armes se taisent, une majorité de villages allemands sont intacts, ou très peu touchés. Il y eut, bien sûr, des villages détruits, mais là c'était (pour une fois !) dans la foulée d'opérations stratégiques ciblées, parce qu'il y avait un objectif militaire - ou économique - à atteindre, à proximité. Lignes ferroviaires, usines, etc.

En mai 1945, la campagne allemande est peu touchée, en matière de destructions du patrimoine. Le sous-sol n'est absolument pas atteint. Le charbon, l'acier allemand, l'aluminium allemand sont intacts. On s'en avisera très vite, notamment dès qu'on commencera (dès 49) à envisager une "mise en commun" du charbon et de l'acier. C'est cela, l'origine de l'Europe communautaire !

La campagne n'est pas touchée, mais les villes sont anéanties. Et ça n'est pas pour rien ! Il y avait, chez les Alliés, NOTAMMENT BRITANNIQUES, une volonté absolument délibérée de détruire non pas "les villes allemandes", mais LA VILLE ALLEMANDE, en tant que telle. Pas seulement pour venger Coventry ! Non, on s'en est pris à dessein à la ville allemande, comme univers de représentation depuis le Moyen Âge. On s'est acharné sur des bijoux comme Nuremberg, Würzburg, et tant d'autres, parce qu'on savait parfaitement la valeur inestimable, dans le façonnement de l'identité nationale germanique, de ce qu'on réduisait en cendres. L'agent de cette destruction systématique fut, côté anglais, le fameux Maréchal de l'Air Harris, surnommé "le Boucher". Mais la tête pensante, pétrie d'Histoire et de culture, qui d'autre pouvait-elle être que Winston Churchill lui-même ? Tout biographe un peu sérieux du Vieux Lion connaît l'immensité de ces zones d'ombre.

Il appartient encore aux historiens d'établir exactement les raisons politiques et stratégiques de chaque raid : Hambourg et Dresde, évidemment, que nul Tribunal international n'a jamais jugé, mais une bonne centaine d'autres, aussi. On y trouvera parfois des objectifs militaires, et alors nous voudrons bien admettre qu'on ne "fait pas d'omelette sans casser des œufs". Il y aura des zones de doutes. Et puis, il y aura clairement les raids où aucun objectif militaire ne justifiait la destruction totale d'une ville, avec des dizaines de milliers de victimes civiles.

Tant que ce travail de clarification n'aura pas été fait, exhaustivement, et publié, des pans entiers de la Seconde Guerre mondiale, hélas, demeureront hors de la connaissance du public. Et l'historiographie triomphante des vainqueurs continuera, seule, d'occuper le terrain.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Cher Monsieur, les nazis ne furent pas en reste avec le bombardement de Coventry https://encyclopedia.ushmm.org/content/fr/film/germans-bomb-coventry
    Bonne soirée

  • La destruction de la ville de Dresde prend une place essentielle dans le romand de l'auteur américain Kurt Vonnegut intitulé "Abattoir 5 ou la croisade des enfants" (Slaughterhouse 5 or the Children's Crusade", paru en 1969. Mêlant souvenirs de guerre réels et reconstitués à des réflexions sur le sens de l'existence et des visions de science-fiction, c'est une dénonciation féroce de la guerre, des destruction et massacres insensés (au sens premier) qu'elle a entraînés, notamment lors du bombardement de ce chef d'oeuvre.

  • Merveilleux Kurt Vonnegut, visionnaire à écouter à travers le temps décrire le futur des USA en rappelant la République de Weimar :

    https://www.youtube.com/watch?v=m5Few-ZOGXk

Les commentaires sont fermés.