Mobilité : Pierre Maudet a raison !

Imprimer

 
 
Sur le vif - Mardi 30.06.20 - 08.13h
 
 
Il y a des gens qui détestent Pierre Maudet, et deviennent cinglés dès qu'on prononce son nom. Il y en a, au contraire, qui le suivraient "jusqu'à la mort". Je ne fais partie ni des uns, ni des autres. Je ne regarde que les intérêts supérieurs de l'Etat. Il m'est parfaitement indifférent de savoir si, intrinsèquement, Pierre Maudet est un gentil ou un méchant. La morale, en politique, ne m'intéresse pas. Je me pose une seule question : tel ministre en place (élu pour cinq), quels services peut-il rendre à la République ?
 
Dans cette optique, il m'apparaît parfaitement légitime que Pierre Maudet, conseiller d'Etat chargé des questions économiques, affiche son désaccord face aux errances de son collègue Serge Dal Busco en matière de circulation. Voilà un ministre des Transports qui, dans le catimini de la nuit, a envoyé ses sbires peinturlurer nos rues. Il a, sans la moindre concertation, pris des options rompant gravement la paix fragile établie par son prédécesseur. Il a donné un gage à un camp contre un autre. Il a cédé aux sirènes de la mode, du pouvoir d'un moment. Il a donné à la doxa le baiser aux lépreux. Il a laissé tomber ceux qui l'ont porté au pouvoir. Il est passé à l'Est, avec armes et bagages.
 
Il m'est parfaitement égal que Pierre Maudet se serve de cette affaire comme contre-feu à ses propres déboires judiciaires, ce que laisse entendre le Président du Conseil d'Etat. Nous, les citoyennes et citoyens, laissons cette clique à ses tactiques internes, ne regardons que l'intérêt supérieur. Et là, il faut le dire, Pierre Maudet a parfaitement raison de dénoncer toute la part d'ombre du passage de son collègue dans l'autre camp.
 
Nous, les citoyennes et citoyens, la "collégialité" n'a pas à nous occuper particulièrement. Elle est une affaire interne au collège exécutif. Ce sacro-saint principe n'intéresse d'ailleurs, en Suisse, que la classe politique et les journalistes proches du pouvoir. Le quidam, dans la rue, coincé dans un bouchon par exemple, se contrefout de la "collégialité" ! Ce qu'il veut, c'est circuler. Livrer sa marchandise. Passer sa vie autrement qu'à ronger son frein, en contemplant, à la droite de sa congestion, une piste cyclable vide, juste là comme blason à une idéologie.
 
Oublions tout. Oublions nos propres sentiments pour Maudet. Oublions la morale. Oublions le petit jeu de la route de Chancy. En cet été de grâce, penchons-nous sur des correspondances un peu plus vivifiantes que celles entre MM Brandt et Maudet. Ne regardons que l'Etat, l'intérêt supérieur. Vu comme cela, le coup de gueule de Pierre Maudet contre le peintre nocturne était juste. Et légitime.
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 11 commentaires

Commentaires

  • Vous avez parfaitement raison. Et sur les échanges entre Brandt et Maudet, il convient de rappeler que la messagerie du premier semble avoir été manipulée par la Police comme mentionné dans le GHI il y a quelques semaines. Curieux que le Temps n'en parle pas https://www.ghi.ch/le-journal/la-une/simon-brandt-je-veux-que-justice-me-soit-rendue

  • Les menteurs ont parfois raison...et souvent tort. Monsieur Maudet a peut-être raison sur le fond mais sur la forme, son "coup de gueule" ne sert que ses petits intérêts dont il est si friand.

  • Il fallait le dire. Vous l'avez fait. Merci.

  • Eloge de l'opportunisme!

  • "l y a des gens qui détestent Pierre Maudet, et deviennent cinglés dès qu'on prononce son nom. Il y en a, au contraire, qui le suivraient "jusqu'à la mort". "


    Mouaip.

    Pierre, Jésus, ... trop vertueux pour être vrais.

    Et trop *uniques*, trop *investis*, pour être fiablement, commodément ... remplaçables.

    En anglais: "expendable".

    Mais en allemand ? "entbehrlich" ?


    Aux suivants !


    Sérieusement, Monsieur Décaillet, il n'y a plus de concurrence au PLR genevois à force de trop miser sur le même cheval.

    Pour des économies de misère ensuite dilapidées à l'étranger.

  • D'accord avec vous M. Decaillet.

  • Une cause pour être entendue à souvent besoin de coups d'éclats.
    Mais lorsque cette cause a été entendue, les coups d'éclats deviennent clivants et se retournent contre la cause. A ce moment là, il faut être rassembleur.

    L'écologie maintenant doit rassembler, et malheureusement, on voit des personnes utiliser la cause pour leurs intérêts personnels, comme SDB.
    La gauche idéologique, ne peut s'empêcher d'aller dans le spectacle, et qu'importe si l'écologie en souffre.

    Les mesures écologiques efficaces ont besoin d'un soutien populaire. En clivant comme l'a fait SDB, il divise la population.

    Lorsque l'on voit ce qui va se passer aux Vernets, on peut se poser la question, pourquoi l'obsession vélo, alors qu'un "drame" s'y prépare: Une pseudo écologie qui va créer de la délinquance et abaisser la qualité de vie.

    La population doit être aidée, pas divisée ou traitée comme un numéro pour être "entassée" dans du béton.

  • Maudet est une nuisance. Pour le bien de la patrie il faut espérer que sa carrière soit terminée et ne reparte jamais. Ainsi il n'aura plus l'occasion de nuire à la Suisse avec ses ambitions d'euroturbo ridicule. Sur la petite polémique actuelle en matiere de circulation, ce qu'il dit est juste. Quelle importance? Il tente de marquer quelques points sur cette question mineure, en prenant, pour une fois, une position de bon sens. Mais ce n'est pas une raison pour oublier que ce remuant grimpion est dangereux pour l'indépendance de notre pays. En plus il n'a aucune espèce de capacité. Aucune formation réelle. Il n'a pas de métier. Il ne sait rien faire. Heureusement pour lui, il s'est accroché assez longtemps pourvoir une pension à vie. C'est scandaleux, mais si c'est le prix pour être débarrassés de lui, ce n'est pas cher payé en comparaison avec tout le dommage qu'il causerait s'il restait en selle. On espère l'oublier le plus vite possible et définitivement. Bye bye Maudet!

  • L'amoralité n'empêche pas l'honnêteté. Et dans le cas de cette multicolore bisbille concernant les pistes de nos routes, la seconde n'est pas au service de la première. Toutes officines rassemblées.

  • Maudet ne cherche qu'à détourner l'attention de ses déboires juridiques en tapant sur une action tout à fait légale de son collègue Conseiller d'État, qui n'a pas de compte à lui rendre. lSi tous les Genevois (cols blancs inclus) réalisant des trajets relativement courts et qui n'ont pas de matériel à transporter lâchaient enfin leur volant, ces nouvelles voies cyclables seraient une bénédiction pour eux, et il n'y aurait plus d'embouteillages.

    Le PLR genevois devrait le virer une fois pour toutes, et Maudet démissionner du Conseil d'État. Son agrippement au pouvoir est une honte et a assez duré. On n'a en outre pas besoin de beaux parleurs professionnels qui n'ont jamais travaillé de leur vie dans l'économie réelle.

  • Bon maintenant il nous faut trouver qui sera d'accord pour fouetter le père fouettard. On n'est pas sortis de l'auberge...

Les commentaires sont fermés.