Série Allemagne - No 25 - Ernst von Salomon, le Réprouvé !

Imprimer

AVT_Ernst-von-Salomon_4714.jpg 

L'Histoire allemande en 144 tableaux - No 25 – Si la complexité de l’Allemagne des années 1918/19, celle de la Révolution, des combats acharnés entre Corps francs et Spartakistes, ne vous fait pas peur, alors lisez à tour prix « Les Réprouvés » (1930) : ce récit autobiographique, saisissant, est un chef d’œuvre.

 

Dimanche 12.07.20 - 16.45h.

 

 

Lorsque j’ai lu « Les Réprouvés » (Die Geächteten), en 1980, ce livre a produit sur moi l’effet d’un choc. Je n’avais jamais entendu parler d’Ernst von Salomon, je ne connaissais guère la Révolution allemande du 9 novembre 1918, encore moins les combats féroces de 1919 entre les Spartakistes et les Freikorps (Corps francs). J’étais pourtant, depuis de longues années déjà, un passionné d’Histoire allemande. Mais ces épisodes-là, pourtant capitaux, je les ignorais.

 

Il faut dire que nul n’en parlait ! L’historiographie de l’époque évoquait largement le nazisme (1933-1945), la Grande Guerre (1914-1918), et même la République de Weimar (1919-1933), mais étrangement, la Révolution allemande, pourtant si génialement décrite dans le roman « November 1918 » d’Alfred Döblin (première parution en 1935, puis publication intégrale après la guerre), n’intéressait que quelques universitaires dans l’univers germanophone, et… quasiment aucun dans le monde francophone !

 

Rien que cette carence historiographique mériterait un épisode entier : on a l’impression que, dans les décennies d’après la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de forces s’étant déployées en 1918/19, des communistes aux sociaux-démocrates, et aussi les nationalistes, avaient intérêt à ce qu’on ne remue pas trop cette période trouble, et pourtant essentielle. Ce mouvement de recul était sensible tant en DDR (où les communistes étaient au pouvoir, dont certains survivants de 1919) qu’à l’Ouest. Alors, pour un jeune passionné de 22 ans, en 1980, on accédait plus facilement à la Révolution allemande par le roman (Döblin), ou le récit biographique (Ernst von Salomon) que par les livres d’Histoire. Cette lacune, depuis, a été comblée, notamment par l’éblouissante « Révolution allemande, 1918-1923 », du Britannique Chris Harman (La Fabrique éditions, 2015). J’y reviendrai.

 

Né à Kiel, port de la Baltique, le 25 septembre 1902, et mort à Winsen (Basse-Saxe) le 9 août 1972, Ernst von Salomon est un personnage fascinant. Il fut membre des Corps francs, prôna la Révolution conservatrice, ne fut pas nazi (bien que souvent confondu avec eux), se tint à l’écart de la politique sous le Troisième Reich, et aussi après la guerre, jusqu’à sa mort. Il publie « Die Geächteten » en 1930, immédiatement traduit en français, sous le titre « Les Réprouvés » en 1931. Deux ans avant l’avènement du Troisième Reich ! Et puis, il publie en 1951 un véritable best-seller, « Der Fragebogen » (Le Questionnaire), à lire absolument, où il prend le parti de la dérision face aux interrogatoires de dénazification.

 

Pourquoi faut-il lire « Les Réprouvés » ? Parce que ce récit autobiographique a valeur de chemin de défrichement dans une forêt historique qui longtemps n’apparut sur aucune carte. Compliqué, aujourd’hui, d’expliquer au grand public qu’on pouvait être, au lendemain de la défaite du 11 novembre 1918, puis du Traité de Versailles (1919), un conservateur nationaliste allemand, sans être pour autant un nazi ! A vrai dire, Ernst von Salomon, entré à l’âge de 12 ans dans le Corps royal des Cadets de Karlsruhe, puis 16 ans lors de la défaite, a engagé son destin dans une galaxie, celle des Corps francs, d’où le nazisme protohistorique est lui aussi né (en Bavière), mais avec lequel notre homme, comme des dizaines de milliers de ces combattants nationalistes, ne se confondra pas !

 

Lire « Les Réprouvés », c’est donc accepter une école historique de la nuance. Ne pas mettre tous les nationalistes, tous les déçus de l’Armistice de novembre 1918, tous les écorchés du Traité de Versailles, dans le même panier. Certains devinrent des nazis, d’autres pas. Je raconterai un jour, dans cette Série, l’Histoire d’une famille de la noblesse militaire bavaroise, de très haut rang, fort connue de moi, qui avait refusé Versailles, défendu les thèses nationalistes, et… profondément rejeté le Troisième Reich, allant jusqu’à refuser de pavoiser sa maison lors du passage d’Hitler se rendant à Nuremberg. Une famille qui s’engagera dans le complot du 20 juillet 1944, et dont certains membres le payeront, le soir-même, de leur vie. Eh oui, l’Histoire allemande, c’est compliqué !

 

La lecture des « Réprouvés » vous emmènera sur des chemins totalement inconnus du grand public, dont plus personne ne parle aujourd’hui ! En 1919, âgé de 17 ans, ulcéré par la défaite et par Versailles, notre jeune adhérent aux Corps francs quitte Weimar pour aller se battre du côté de la Lettonie, contre les communistes du Régiment Liebknecht. Puis, il trempe dans l’Organisation Consul (nationaliste, férocement opposée à la République de Weimar), se trouve lié à l’assassinat du ministre des Affaires étrangères, Walther Rathenau, le 24 juin 1922, puis fait de la prison. Bref, un véritable paria nationaliste dans une Allemagne en pleine effervescence, qui ne se calmera qu’avec le rebond économique du milieu des années vingt, avant de sombrer à nouveau dans le chaos après la Crise de 29. Mais cette Histoire-là, qui nous mènera droit au 30 janvier 1933, n’est déjà plus celle d’Ernst von Salomon. Sa première jeunesse est passée. La suite de sa vie, il la consacrera à l’écriture.

 

Restent deux livres, au premier chef. Le Questionnaire, et Les Réprouvés. Incroyable témoignage humain d’un jeune Allemand qui refuse la défaite et ne rêve que d’action. Son action la plus éclatante, pourtant, sera d’écrire. Lisez « Les Réprouvés » : ce récit élargira, dans l’Histoire allemande, le champ de votre conscience.

 

Pascal Décaillet

 

*** L'Histoire allemande en 144 tableaux – Une Série racontant le destin allemand, de 1522 (traduction de la Bible par Luther) jusqu’à nos jours. Les 24 premiers épisodes ont été publiés en 2015, et peuvent être lus directement en consultant ma précédente chronique, parue hier ici même. La Série n’est pas chronologique, elle suit mes coups de cœur, mes envies, mes lectures. Lorsqu’elle sera achevée, une version rétablissant la chronologie vous sera proposée.

 

 

 

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • L'écrivain fut surveillé durant tout le IIIe Reich par la police d'Himmler. Sa compagne Ille Gotthelft était juive. Il fut emprisonné durant une période assez brève au début du régime hitlérien. Comme l'a écrit Yves Courrière, "un jour ou l'autre, tous les régimes fichent au trou un Ernst von Salomon."
    Sa lecture fut un éblouissement.

Les commentaires sont fermés.