L'Europe de Macron : l'opium des élites

Imprimer

 

Sur le vif - Vendredi 24.07.20 - 11.45h

 

Entre frugaux et dévoreurs, on s'est bagarré sur quoi, à Bruxelles ? Sur un grand projet d'identité continentale ? Sur un socle de valeurs ? Sur la place de Rousseau, Goethe, Hölderlin, Paul Celan, Kafka, Dante, Pétrarque, Pessoa, Séféris, Odysséas Elytis, ou alors Dvorak, Sibélius, Bela Bartok, dans ce qui serait un Panthéon commun ?

Pas du tout ! On s'est déchiré sur une affaire de croupiers. Une sombre et visqueuse cause d'arrangement du débiteur avec la banque du casino. Les plus puissants, les flambeurs, les mauvais garçons, les bluffeurs et les crâneurs, bref les Macron et séides, ont exigé de leurs camarades d'infortune qu'on fasse sauter la banque. "Nous sommes endettés ? Aucun problème ! Multiplions la dette !".

Ça n'est plus l'Europe. Ça n'est plus la politique. Ça n'est plus Colbert, ni Kant. Adieu, la Raison ! Adieu, la responsabilité ! Adieu, l'appel à la Lumière ! Adieu, toute espérance de lucidité ! Adieu, le "Mehr Licht" de Goethe expirant ! En lieu et place, le pouvoir aux usuriers, le culte du Veau d'or, le chemin étoilé de la facilité, le renoncement au sacrifice.

Et il est des naïfs pour s'en féliciter ! Tendres âmes ! Où le sureau tient lieu de clairvoyance. Sirupeuses errances. Dans le grand jardin du renoncement, elles étendront leur doux feuillage.

La réalité du monde d'aujourd'hui, c'est encore celle des nations. Chacune d'entre elles, souveraine. Responsable de sa survie. De sa sécurité. De ses frontières. Garante de ses lois, démocratiquement votées. Soucieuse de sa cohésion sociale. Là est le concret. Le réel. Le palpable. Le vrai souci des peuples. Aux élites, laissons l'oisiveté. Et l'opium.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • La réalité, c'est le pragmatisme avant même la souveraineté. Tout simplement, parce que l'autarcie n'existe pas.

    L'Allemagne, de l'idéologie, a basculé dans le pragmatisme parce que ses intérêts n'étaient plus en phase avec son mantra, d'où l'accord. La limite au pragmatisme, c'est une atteinte à la souveraineté estimé intolérable, pour autant que la survie du pays n'est pas en jeu.

  • De toute façon ce plan corona est un pet dans l'eau: trop peu trop tard. Ce n'est absolument pas un plan Mashall. Ca ne servira à rien. Ca sera très impopulaire et ça leur reviendra en pleine figure comme un boomerang.

  • La planche à billets comme planche de salut !

  • Votre dernier paragraphe résume très bien la situation financière de l'UE actuellement ou plus exactement vider les poches des Etats sachant gérer les deniers publics ...

    On comprend mieux pourquoi la CEE s'appelle désormais l'Union Européenne ...

  • Vous êtes dur avec les élites en général.

    On vous pardonne car nous vivons dans une époque où nous sommes dirigés par des fausses élites. Ca fausse la perspective.

    Le propre d'une élite est d'être l'aristocratie d'un peuple. Aristocratie de l'esprit, du travail, du succès, parfois même de la naissance. Pourquoi pas? À partir du moment où la naissance va avec un sens de l'appartenance à un peuple, une nation, et le sentiment du devoir de défendre les intérêts de ce peuple et de cette nation, dont on est issu.

    Vous même, vous appartenez à l'élite. Il n'y a aucun doute là dessus. A la force de votre poignet vous avez forgé une baronie journalistique indépendante qui vous vaut le respect de tous et l'adhésion de beaucoup de gens. Vos avis comptent. Vous êtes un leader.

    Les élites ne devraient pas être une bande de jeanfoutres oisifs qui fument de l'opium dans le luxe et la débauche. La noblesse autrefois était composée de guerriers qui commandaient la troupe et mouraient bravement pour la patrie. Evidemment, à force de posséder le pouvoir depuis X générations, on finissait parfois par s'y habituer et il pouvait arriver qu'un rejeton d'une grande famille se laisse aller à ne jouir que des avantages de sa position, sans rien apporter à la communauté. Mais il s'agissait là d'une dérive. Cela n'est pas la nature même d'une véritable élite.

    Malheureusement, aujourd'hui, il existe une fausse élite, mondialiste, qui travaille non à la défense des intérêts de son peuple, mais bien à la destruction de son peuple et de sa nation, ainsi que de tous les peuples et toutes les nations, pour faire advenir l'utopie inhumaine du "village global" et de la "gouvernance mondiale". Ce sont donc des gens nuisibles, car leur action a pour effet de détruire nos sociétés.

    Les représentants de cette fausse élite là, ceux que nous voyons à la télé, les professionnels de la politique, les Macron, les Berset, les Sommaruga, les Maudet, ne sont pas les vrais détenteurs du pouvoir. Ils ne sont que des marionnettes et des instruments des vrais maîtres du jeu, qui les payent et se servent d'eux, les laissant même froidement tomber, s'ils s'emmêlent les pinceaux dans le tapis comme c'est arrivé à Maudet. Maudet c'était Sganarelle, un serviteur, pas un maitre. Ses maîtres le laisseront tomber car il ne leur sert plus à rien depuis qu'il s'est lui-même grillé.

    Evidemment, si l'idée qu'on se fait de l'élite ce sont ces marionnettes, ou leurs maîtres tapis dans l'ombre, alors il est normal qu'on soit anti-élites. Mais il faudrait remettre les choses à l'endroit. Ce dont on parle ici ce n'est pas une élite, c'est une anti élite. C'est à dire le contraire d'une véritable élite.

    Nous aspirons à être dirigés par une vraie élite, patriote, composées de gens comme vous et quelques autres, qui aiment leur pays et non "l'Humanité", ni l'argent qu'on leur paye pour trahir leurs peuples et leurs nations.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel