Gisèle Halimi : la classe et la grâce

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 28.07.20 - 16.00h

 

Gisèle Halimi (1927-2020) a été une très grande dame. L'une de celles qui entraînent adhésion et admiration. D'abord, par le courage de son engagement, tout au long de sa vie. Mais aussi, l'immense classe qui l'habitait. La qualité de son élocution, la douceur ciselée des mots, la précision du verbe, la très haute sérénité de sa tenue, face aux causes les plus enflammées. Je pense, notamment, à son combat pour les gens du FLN, dans les dernières années de la Guerre d'Algérie. Rappelons que nombre d'entre eux, combattants politiques, furent guillotinés par la République française. Et qu'un certain Garde des Sceaux, sous Guy Mollet, recommandait au Président Coty que la justice suivît son cours.

Habitée d'un feu intérieur, Gisèle Halimi plaidait ses causes avec un calme impressionnant. Cette femme d'exception, par l'universalisme de son engagement, qui allait de la défense des femmes opprimées à celle des peuples se libérant du joug (la Tunisie, l'Algérie), était le contraire même d'une sectaire. Chacune de ses paroles, chacune de ses phrases, respirait l'humanisme. Celui qui abolit les frontières entre les genres, entre les peuples.

Au-dessus des causes, des combats, des décombres, demeure chez cette femme l'une des qualités les plus rares, le feu d'une vie forgeant la précision du verbe. Cette alchimie, sans crise ni psychodrame : juste la mise en place, à la fois rationnelle et passionnée, du combat.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires

Commentaires

  • La classe et la grâce, certes, mais… il n’empêche que « cette femme d’exception », de gauche et féministe, a participé à la montée d’un féminisme outrancier et à l’expansion continue, dans tous les rouages de la société, de l’emprise de la gauche.
    Gisèle Halimi, peut-être à son corps défendant, a contribué aux « sanglots de l’homme blanc » et à la décadence de l’Occident judéo-chrétien.

  • Très bel Hommage rendu à une Grande Dame !

    Je me souviens du procès de Bobigny : la défense de cette ado enceinte à la suite d'un viol qui ne pouvait pas avorter puisque la France (pays des Droits de l'Homme) l'interdisait. Mme Simone de Beauvoir l'avait accompagnée ainsi que d'autres personnalités dont des actrices de cinéma.

  • Grande avocate, féministe de la première heure et intellectuelle de premier plan, sans doute. Reste l'ombre, peu explicable , de son opposition à l'état d'Israël et son soutien inconditionnel aux terroristes, palestiniens entre autres.Elle a toujours eu une liberté d'esprit qu'elle n'a pas renié dans l'action politique, c'est une qualité rare.

  • Un esprit libre, libéré des postulats religieux, j'aime.

  • Je dirais, chapeau pour le verbe.
    Je dirais, chapeau pour être arrivée à faire comprendre qu'un avortement après un viol, c'est dur mais bien normal.
    En revanche, avoir réussi à banaliser cet acte, pour moi c'est non, non et non.

  • Que des éloges vraiment ? Le regard de Pierre mérite aussi d'être vu Cassen via
    www.youtube.com/watch?v=3S9K9iP3TuE

Les commentaires sont fermés.