Le PDC : à lui seul, une Odyssée

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 06.09.20 - 10.01h

 

Où est-elle, la mémoire ? Où est-elle, la culture ? Où s'est-il envolé, le sens de l'Histoire, vers quels rivages ?

Prenez le PDC. Laissons l'affaire du nom, c'est leur problème : un parti a tous les droits, y compris celui d'organiser son suicide, plus ou moins assisté. Il a le droit de se fonder, celui d'exister, celui de disparaître. Nul n'est d'ailleurs éternel : que reste-t-il, aujourd'hui en France, du parti radical, fierté de la Troisième République, celle des hussards noirs, des Loges, des Équilibres ?

Le PDC a tous les droits. Naître, mourir, changer de nom. La vie interne des partis ne devrait que distraitement nous intéresser : je plaide, vous le savez, pour une démocratie suisse totale, surgie du peuple, avec une démocratie directe renforcée, des comités ciblés d'initiatives, musclés, bosseurs, motivés, des unités mobiles avec objectifs précis, ce qui nous change sacrément de la machine à comités, assemblées, placement de petits copains, cléricature de notables, que constitue le parti traditionnel.

Mais j'en reviens à la mémoire. S'il est, en Suisse, à côté du parti radical, une formation politique dont l'Histoire, depuis 1848, est totalement passionnante, par sa diversité, sa complexité cantonale, ses mille sources philosophiques, la puissance de ses références (je pense évidemment à Léon XIII, et son Encyclique de 1891, Rerum Novarum), c'est bien ce qu'on appelle (au niveau fédéral, depuis 1971) le PDC.

Je me suis passionné pour cette Histoire, canton par canton. Je l'ai racontée maintes fois, à la radio. J'ai écrit des textes. La période d'opposition, 1848-1891, quand les sept conseillers fédéraux étaient radicaux, a emporté le maximum de mon attention : les conservateurs catholiques, à ce moment-là, ont condamné le progrès industriel trop rapide, le capitalisme financier, la captation des biens par des possesseurs extérieurs, les atteintes au Patrimoine, et même le saccage de la Nature. Ils étaient Verts et sociaux, avant la lettre. Ils défendaient la dimension humaine, la famille, la communauté d'appartenance, le lien à la terre.

Où est-elle, la mémoire ? Il m'est égal que le PDC change de nom. Mais je déteste avoir, face à moi, un(e) responsable de ce parti qui n'ait pas dans ses fibres le minimum de passion pour son Histoire. Dans toute sa diversité cantonale. Car ceux qui, se croyant spirituels, se contentent de répondre "Je n'étais pas né à cette époque-là", quand on les interroge sur l'Histoire de leur parti, nous jettent le plus glaçant visage du jeunisme et de l'ignorance. Rien de durable ne se fonde sans une connaissance en profondeur du passé.

S'il est, en Suisse, un parti où cet appel à la mémoire, à l'Histoire et à la philosophie vaut le voyage intellectuel et spirituel, c'est bien le PDC. Il est, à lui-seul, une Odyssée.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Cher Monsieur,

    Je me permets de recommander à l'homme éclairé que vous êtes un petit livre de 7 Euros, furieusement d'actualité et INDISPENSABLE de nos jours, qui je le pense devrait beaucoup vous plaire, ainsi qu'à vos amis et collègues, et peut-être même vous inspirer un billet, car cet ouvrage mérite d'être connu en cette époque où la bienpensance étouffe tous ceux qui osent encore lever la voix:

    "Manuel de lutte contre la diabolisation"

    très bien présenté dans la courte vidéo suivante:

    https://www.youtube.com/watch?v=R6G2zalPsj8

    Un parfait petit cadeau de Noël! En vente:

    https://www.amazon.fr/gp/product/2491446189/ref=dbs_a_def_rwt_bibl_vppi_i1

  • Progressisme ou conservatisme ?
    Il ne peut y avoir un choix définitif. Les conditions d'une époque, décide ce qui est le mieux, et pas forcément de manière absolu.

    Actuellement, face aux défis (écologiques, énergie,...), la société doit évoluer. Mais face à l'IA, la manipulation génétique, la société doit être conservatrice pour éviter les dérives.
    La qualité de vie de l'humain dépend à la fois d'un conservatisme et d'un progressisme. L'excès des uns et des autres est terriblement négatifs.

    Le PDC, ne doit pas faire le choix du conservatisme, mais de l'intérêt de l'humain dans sa vie de tous les jours, bref sa qualité de vie. L'économie, le libéralisme doit être dans l'intérêt du citoyen pas d'une vague notion telle Economie/Suisse.

    PDC comme parti du citoyen, conservateur et progressiste selon les impactes sur l'humains, serait le prolongement de la notion de chrétien.

  • Changer de nom me paraît stupide. Dites-moi par exemple quelle est la différence entre l'humanisme et le christianisme ? Aucune, sauf peut-être que certains humanistes ne croient pas en Dieu, sinon c'est du copier-coller. On est dans une culture hyper-chrétienne sans le savoir, même le mariage pour tous dans un sens est une analyse du Nouveau Testament (aimer son prochain comme soi-même, la "loi d'or").

    En Allemagne, la puissante Allemagne, le C de CDU signifie quoi ? Est-ce que les Allemands ont hontes d'être Chrétiens ? Non. Je n'ai pas honte d'être chrétien. Jusqu'à ma mort je suis fier d'être Chrétien, je suis 100% libre, c'est cela être suisse. Chacun croit en ce qu'il veut, mais moi je défend mes valeurs.

    Cela dit, peut-être que nous, citoyens suisses pouvons ou pourrons créer un nouveau parti qui fédère les catholiques, évangéliques et protestants (toujours bien majoritaires en Suisse). Le PEV aura peut-être aussi une jolie croissance grâce à cette bêtise du PDC.

    Je vous explique, le président du PDC est quelqu'un de trop gentil, il a tourné sa veste sans aucune raison, peut-être qu'il n'est pas fait pour la politique qui est souvent violente...

    Bon ok, le nom n'est que le nom. Les catholiques et évangéliques américains savent que le parti Républicain peut-être les défend plus que les Démocrates. Mais quand-même, comme conservateur je n'aime pas un changement de nom.

    Pensez-vous qu'un jour Nestlé change de nom ? Non (ou nom?), si Nestlé va mal, on appelle un CEO allemand, et vous voyez, Nestlé va bien maintenant.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel