Enseignez l'Histoire, pas la morale !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 09.09.20

 

Il faut tout changer, dès les premières années d’école. Tout reprendre à zéro. Il faut virer les gentils propagandistes du Bien, et enseigner aux élèves, dès leur plus jeune âge, la réalité du monde, tel qu’il est. Le monde, dans toute sa noirceur. Dans toute sa dimension tragique. Il faut enseigner ce qui est. Et de même, ce qui fut. Il faut enseigner l’Histoire, en constatant ce qui s’est passé, de façon clinique, analytique, sans s’époumoner sur le Bien et le Mal. Il faut raconter aux élèves, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, l’Histoire des guerres, leurs vraies causes (souvent économiques). Il faut leur dire que l’Histoire des hommes et des peuples fut marquée, et au fond l’est toujours, du sceau de la violence et du tragique. Il faut leur raconter ces guerres, puis les Traités, les alliances, comment les nations se sont formées, ont évolué, défendu leurs intérêts, asservi leurs rivaux, fait couler le sang. Tout cela, sans leur asséner des jugements moraux. Mais en prenant acte du réel.

 

Trop de profs, aujourd’hui, enseignent l’Histoire, ou d’autres branches, en fonction de leurs désirs personnels de cheminer vers un monde meilleur. Alors, ils y introduisent la morale. Il y aurait le Bien, il y aurait le Mal, les guerriers de jadis auraient fait tout faux, il s’agirait d’établir un monde meilleur, délivré de nos pulsions de domination. Mais ces profs-là, parbleu, qu’ils enseignent le catéchisme, pas l’Histoire ! L’ascèse de cette dernière – je parle de l’Histoire politique – exige une parfaite froideur dans l’approche du réel. On lit des textes, ceux des vainqueurs, ceux des vaincus, ceux des bourreaux, ceux des victimes, on les analyse, on en met en perspective la part de propagande. On fait de la linguistique, on décortique le discours, les élèves en sont parfaitement capables, et sont les premiers demandeurs de cette distance critique. Bref, on ne milite pas ! On ne fait pas de la morale ! On cherche à comprendre !

 

Pourquoi ce virage intellectuel est-il urgent ? Parce qu’on est en train, tout doucement, de formater une génération d’enfants du Bien, tétanisés par l’idée que puissent exister, sur cette planète sacrée, des nations, puissamment rivales, avec des soucis de sécurité, de survie, des armées, des avions de combat. Tout cela, dans leur tête, serait caduc, dépassé. Universalistes, cosmopolites, formatés par leurs maîtres à penser « planète » plutôt que « local », ces agneaux de la Béatitude sous-estiment gravement l’immanente noirceur de la nature humaine, avec ses pulsions de mort et de domination. Une étude analytique de l’Histoire, dégagée de préceptes moraux, attachée à comprendre les chaînes de causes et de conséquences, leur aurait offert une autre vision, moins bienheureuse, mais plus réaliste.

 

Nous devons reprendre à zéro l’enseignement de l’Histoire. Il passe par une totalité dans la connaissance d’une époque (politique, économique, linguistique, culturelle). Par une élévation constante du niveau des connaissances. Et non par des cours de morale, sur le Bien et le Mal.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires

Commentaires

  • L'enseignement de l'histoire constitue toujours un enjeu politique majeur.

  • Une fois de plus je vous adresse un immense merci pour cet article. Ancien professeur de grec, latin et d'histoire, je ne peux que vous approuver. Ignorer les événements du passé, c'est passer à côté de ceux du présent ! Par ailleurs, expérience(s) faite(s), les enfants, pré-adolescents, adolescents, jeunes adultes et adultes aiment les histoires qui sont à la base de l'Histoire; ce sont elles qui leur donne de goût d'en savoir davantage et ce sont les bases indispensables d'un esprit critique. Il suffit de reconnaître le succès des documentaires historiques pour justifier l'enseignement de l'histoire... La morale, c'est tout autre chose !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel