Le marbre, pas la mélasse !

Imprimer

 

Sur le vif - Vendredi 11.09.20 - 16.09h

 

"Co-vivre ensemble" : mais d'où sort ce slogan, plouc et gnangnan à souhait, adossé depuis quelque temps aux documents officiels de nos autorités ?

D'où sort-il ? De quel "collectif", de quelle "coordination" de gauche (pardonnez le pléonasme) ? De quelle officine associative ? De quelle chapelle ? De quelle liturgie, où l'extase du Bien le disputerait à la sirupeuse fraternité planétaire ?

Las ! L'horreur phonétique et sémantique de ces quatre syllabes doucereuses doit disparaître au plus vite. Elles peuvent orner, s'ils y tiennent, les messes basses des extatiques en sandales. Elles n'ont rien à faire avec l'Etat, qui implique verticalité, rigueur, crédibilité. Le marbre, pas la mélasse.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • co-vivre, c'est vivre en commun, et en ajoutant "ensemble", je m'y perds!

    D'un côté on fait disparaître des mots pour le politiquement correcte et de l'autre on invente un nouveau langage pour être tendance, pour montrer qu'un nouveau monde va naître.

    "Savoir vivre ensemble" est-ce le sens ? Je préférerais un slogan en anglais, russe ou espagnol, au moins avec un traducteur on saurait ce que les auteurs veulent dire.

    Il n'y a pas de hasard à l'utilisation d'un langage bobo. Le "co" (covoiturage, coworking, ....) semble vouloir être monopoliser par une gauche pour en faire un marqueur identitaire. Il n'y a pas de reproche, c'est de la stratégie politique.
    Mais, les dérives comme "co-vivre ensemble", autant que ça reste entre bobo.

  • Espérons que le DIP n'y est pour rien.
    Mais il y a manifestement des classes d'appui qui n'ont servi à rien.

  • "D'où sort-il ? De quel "collectif", de quelle "coordination" de gauche (pardonnez le pléonasme) ? De quelle officine associative ? De quelle chapelle ? De quelle liturgie, où l'extase du Bien le disputerait à la sirupeuse fraternité planétaire ?"

    Excellent billet, je m'étais posé exactement la même question. Ces derniers temps les "collectifs" fleurissent partout, surtout avant chaque votation.

    Ci-dessous, voici l'exemple d'une de ces associations d'extrême gauche financée par l'argent des contribuables genevois pour lutter contre le capitalisme! Rien que ça! Lisez:

    De même que l'action de l'équipage des folles du Louise Michel dit clairement que son action n'est pas humanitaire mais politique et d'extrême gauche:

    https://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2020/08/30/migrants-en-mediterranee-le-louise-michel-ou-la-nef-des-foll-308636.html

    figurez-vous que l'Association bidon l'Escouade, qui est derrière le changement des noms des rues de Genève le dit tout aussi clairement de leur action qui vise a lutter contre le capitalisme, le patriarcat, le racisme, le sexisme etc. Bref , comme Homme Libre le dit si bien:

    "C’est le grand amalgame, le grand vrac victimaire, dans lequel les Folles de la Nef refusent aux hommes le droit à la parole".

    Voici comment "L'Escouade" se présente sur leur site:

    https://100elles.ch/lescouade/association/

    "L’Escouade est un collectif féministe basé à Genève qui s’est créé en novembre 2017.

    Nous partons du constat selon lequel le capitalisme, le sexisme et le racisme produisent des oppressions systémiques qui régissent encore aujourd’hui nos sociétés. Ces oppressions se co-construisant de manière interdépendante, nous agissons d’une manière intersectionnelle afin de contribuer à leur destruction. Lutter pour l’égalité doit se faire en pensant à des alternatives au système intrinsèquement capitaliste, patriarcal et raciste dans lequel nous vivons."

    Au moins ça a le mérite d'être clair, mais curieusement ni le gouvernement genevois, ni les médias, ni l'université qui les soutiennent ne mettent l'accent sur ce point. Il ne faudrait certes pas effrayer le bon peuple qui s'imagine avoir affaire à gentilles féministes alors qu'en fait il s'agit de viragos communistes qui aimeraient pouvoir envoyer au goulag tous ceux qui ne pensent pas commes elles.

    Et tout comme les excitées de la Nef de folles, l'Escouade refuse aussi de donner la parole aux hommes. Je cite:

    "Nous souhaitons que le noyau du collectif soit réservé aux personnes susceptibles de subir des discriminations sexistes. Nous envisageons donc la non-mixité comme un outil de lutte, permettant de nous organiser et de partager des expériences communes dans un espace débarrassé des sources potentielles d’oppressions."

    De plus elle prétendent fonctionner de manière horizontale:

    "Nous nous organisons afin de créer un espace bienveillant dans lequel nous pouvons partager et nous entraider. L’Escouade fonctionne de manière horizontale et consensuelle."

    Cependant si vous lisez leurs statuts (téléchargeables sur leur site), par exemple l'article 14, vous apprendrez que:

    "Le Comité directeur peut prononcer l'exclusion d'un.e.x membre.x sans indications de motif"

    Cela me semble bien peu horizontal, mais plutôt d'une verticalité extrême, qui fleure bon le KGB et la STASI.

    Bref, comme on pouvait s'y attendre cette association est également un cheval de Troie, mais le problème c'est que ce cheval-là est soutenu par le gouvernement genevois et l'université avec de l'argent publique et personne ne dit rien!

    Et si vous n'êtes pas encore convaincu, lisez les profils de ses membres, et essayez de ne pas rire quand vous verrez la grande photo où chacune tente désespérément de se rendre intéressante:

    https://100elles.ch/lescouade/equipe/

  • À M. Arthur, à propos de votre très percutant commentaire sur l'Escouade.
    J'ai visité leur site et me suis permis de leur écrire ; résultat : ces dames vont peut-être porter plainte pénale…
    Ci-dessous, nos messages courriel échangés :
    Sous le sujet "féministes dévoyées, payées par les contribuables", je leur ai envoyé la copie de votre susdit excellent commentaire, avec comme adresse "À vous les faux nez du marxisme destructeur"
    Leur réponse :

    "Cher Monsieur,
    Merci pour votre message. Ces propos sont à tout le moins diffamatoires (art. 173 CP), voire calomnieux (art. 174 CP), et nous nous réservons le droit de déposer plainte pénale.
    Avec nos meilleures salutations,
    L’Escouade"

    Et ma réponse :

    "Mesdames,
    Êtes-vous des adeptes de la "culture de l'effacement", de "l'annulation", (la "cancel culture" pour ceux que la langue française écorche) ?
    Voulez-vous faire taire vos contradicteurs par le recours à la justice ?
    Avez-vous peur du débat démocratique ? En tous les cas vous vous prenez bien trop au sérieux et l'humour ne vous étouffe vraiment pas !
    Quant à nous les hommes, gare à Marx la menace…
    Bien à vous.
    Pierre-Alain Tissot"

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel