Des citoyens - Rien d'autre !

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 15.09.20 - 13.04h

 

Dans notre démocratie suisse, il n'y a que des citoyennes et des citoyens. Chacun en vaut un autre. Chacun, lors du vote, porte une voix, certes infinitésimale, mais indivisible.

La voix d'un professeur de droit constitutionnel, qui pioche le sujet depuis trente ans, a exactement le même poids que la voix d'un parfait ignare de notre système. Et c'est très bien ainsi.

La voix du plus pauvre, du plus démuni, pèse autant que celle du plus riche.

Dans un débat, en vue d'une votation, la seule, l'unique qualité dont nous ayons, nous les hommes et les femmes suisses de plus de 18 ans, à nous prévaloir, est celle de citoyenne, ou de citoyen.

Tout autre qualificatif serait de nature censitaire. Soit par la fortune, comme sous l'odieuse Restauration. Soit par l'appartenance à une cléricature.

Je plaide pour une démocratie suisse totale, avec un recours au suffrage universel plus fréquent qu'aujourd'hui. Avec des comités d'initiative ciblés, musclés, mobiles, centrés sur l'objectif, et non sur l'appareil interne d'un parti. Avec beaucoup moins d'importance accordée au choix des gens (élections). Et beaucoup plus aux thèmes, brassés dans l'ensemble de la nation, en attendant le dimanche du verdict.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Cher Pascal Décaillet, contre le système censitaire je suis bien d'accord avec vous. Je vous recommande là dessus un passage très spirituel de Golo Mann dans son histoire de l'Allemagne, critiquant le Dreiklassenwahlrecht de l'ère Bismarck. Il disait que l'inconvénient était que "ein erfolgreicher Bordellbesitzer hatte mehr Stimmrechte als ein Unversitätsprofessor".

    Mais sur l'égalité essentielle de tous les citoyens, vous êtes quand même un peu dans l'illusion. Croyez-vous vraiment que Michaël Ringier, propriétaire du plus grand groupe privé d'édition de journaux du pays, de tendance progressiste, européiste, mondialiste, etc. avec une armada de journalistes à son service, qui pour conserver leur gagne-pain sont obligés de se conformer à cette ligne politique, pèse du même poids qu'un ouvrier, un paysan, ou une caissière à la Migros ? Bien sûr que non, pourtant Michaël Ringier a le même nombre de droits de vote que tous les autres citoyens: un seul.

    Et vous-même, vous n'êtes pas aussi riche que Michaël Ringier et votre petite PME emploie moins de personnel que les éditions Ringier, mais votre influence dépasse énormément votre seul droit de vote.

  • Le problème est que le plus pauvre ne va pas voter! Il est résigné!

  • Malheureusement, Monsieur Décaillet La démocratie au sens étymologique, à savoir : « régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l'ensemble des citoyens », est à jamais utopique. En effet, qui dit pouvoir sous entend : autorité, puissance que détient une personne, moyens d'actions de quelqu'un sur un autre ou sur quelque chose. Nul besoin de s’attarder en ces lignes pour démontrer que la démocratie telle que définie par les dictionnaires est une vue de l’esprit. Même en Suisse où s’exerce régulièrement la démocratie directe, un régime politique dans lequel les citoyens exerceraient directement le pouvoir sans l'intermédiaire de représentants est une utopie. Et même les autorités ne peuvent, pour des raisons pratiques, tout soumettre au vote. De plus, si un sujet est soumis à votation, la volonté du peuple n’est pas toujours respectée si le Parlement ou le Conseil Fédéral la juge problématique (voir le refus en votation de l’heure d’été).

  • Oui, mais une condition nécessaire (non suffisante) est que la presse mainstream soit diverse, ce qui n'est absolument pas le cas actuellement, surtout en suisse romande.
    Quant à la RTS, n'en parlons pas, tant elle est orientée internationalo-mondialiste et socialo-vert sur le plan "sociétâââl" !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel