Mais nous y sommes très heureux !

Imprimer

 
Publié sur mon site FB - Samedi 10.10.20 - 09.12h
 
 
"Comment sortir de l'emprise des réseaux sociaux ?", demande à l'instant, du haut de sa chaire, la RSR.
 
Notre réponse : nous sommes très heureux, ici, sur un réseau social. Depuis des années, nous en avons fait, tous ensemble, un outil efficace et rapide de lien entre les humains, de communication de nos intérêts profonds.
 
Analyses, commentaires, humeurs, réactions à chaud, confrontations d'idées, informations originales. Émergence de belles plumes, insoupçonnées, chez des gens dont nous n'avions jamais entendu parler. Tout à coup, le peuple s'exprime. L'inconnu au bataillon.
 
Non seulement, nous n'avons aucune envie de "nous sortir" de ce réseau social, sur lequel nous sommes ici, mais nous voulons y ancrer plus que jamais notre présence. Nous aimons passionnément l'Histoire, les livres, les langues, nous voulons creuser les connaissances, échanger ce que nous savons, nous laisser surprendre par des gens que nous ne connaissons pas. Nous sommes des chercheurs d'âmes.
 
Ici, pas de porte-parole. Pas de voix autorisée. Pas d'officiel. Chacun a sa chance. Chacun s'exprime. Chacun est libre.
 
Nous aimons la connaissance. Nous voulons partager nos passions intellectuelles, littéraires, musicales. Nous détestons le pouvoir. Tout pouvoir, d'où qu'il vienne. Nous sommes des hommes et des femmes libres, heureux d'être sur ce réseau.
 
En revanche, si par hasard quelqu'un connaît un moyen de se sortir de la SSR, de ses obligations d'adhésion, de son arrogance monopolistique, de ses directives ecclésiales, de ses positions de missionnaires, nous lui serons très reconnaissants de bien vouloir nous l'indiquer.
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • La SSR bien pensante, politiquement correcte, c'est son "droit". Mais pas avec notre argent. Cependant c'est le souverain qui l'a voulu. No Billag a été rejetée. Les biais de la SSR existaient déjà.

    Les réseaux sociaux sont dangereux. Pas les engueulade sur blogs. Ce qui est dangereux ce sont les algorithmes qui formatent et orientent l'opinion de l'utilisateur créant une chaîne paramétrée individuellement. Facebook, Youtube ou Google. Pour Youtube et Google il suffit de nettoyer la cache et de ne pas s'identifier.

  • Waouw, quelle chute ! Merci pour la bonne surprise.

  • Quand il s'agissait du Printemps arabe, que l'on a appelé aussi la "révolution Facebook", ou la "révolution 2.0" (en référence à l'usage que faisaient les jeunes tunisiens et égyptiens des nouveaux moyens de communication), je crois me souvenir que notre radio-télévision d'Etat trouvait cela merveilleux.

  • "Ce qui est dangereux ce sont les algorithmes qui formatent et orientent l'opinion de l'utilisateur créant une chaîne paramétrée individuellement. Facebook, Youtube ou Google. Pour Youtube et Google il suffit de nettoyer la cache et de ne pas s'identifier."

    Non CEDH, ça c'est la pointe de l'iceberg. Ce qui est dangereux c'est le filtre et la censure. Ces réseaux sont devenus des extensions des médias main stream pour véhiculer la pensée unique et officielle.
    Mais, dans une logique imparable de retour de balancier, la censure systématique de tout discours discordant sur la gestion de la crise sanitaire et la 5G met ces groupes sous les projecteurs et le peuple réalise d'un coup l'ampleur de la manipulation.

Les commentaires sont fermés.