Les réseaux ? Mais ils vivront !

Imprimer

 
Publié sur mon site FB - Lundi 12.10.20 - 16.02h
 
 
Le Temps peut nous la fredonner, la chansonnette, tant qu'il veut. Mais les réseaux sociaux sont aujourd'hui, ne lui déplaise, le lieu de partage des connaissances , en Suisse et dans le monde. Le lieu le plus vivant, le plus réactif, le plus interactif.
 
Vous savez la passion qui m'anime pour ce mode de communication. J'y suis depuis des années, tout en pratiquant en parallèle d'autres formes d'expression : presse écrite traditionnelle, blog, télévision. Et tout en demeurant, jusqu'au fond de mon âme, un homme de radio.
 
Je fais tout cela, oui. Et parmi mes vecteurs, il y a ce réseau social, sur lequel vous êtes (petit coquin !) en train de me lire, ici et maintenant.
 
Continuons ! Ne racontons pas nos vies privées ! Encore moins celle des autres. Respectons les humains, la part en eux d'intouchable, je crois en cela, cette pudeur dans l'approche de tout autre. Je déteste moi-même qu'on la transgresse à mon égard.
 
Respectons les humains. Mais soyons féroces, courageux, intraitables, dans la défense de nos idées. Soyons des fauves, assoiffés de connaissance ! Soyons des combattants. N'ayons pas peur. Ce qu'il adviendra du Temps, je l'ignore. Mais les réseaux sociaux, eux, vivront.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • Le Temps, il peut disparaître, je ne verserai pas la moindre larme! Car il a trahi! Je me souviens du Journal de Genève, notamment de ses cahiers culturels (Le samedi littéraire, resté inégalé) et de ses séries d'été, entre autres bien sûr! En vacances au Tessin, mon père ou moi allions chaque jour l'acheter au bourg le plus proche, au kiosque de la gare! Je ne ferais plus ça pour le Temps, aujourd'hui!

  • S'agissant du journal Le Temps, si on laissait faire le marché il devrait disparaître à brève échéance comme L'Hebdo, puisque le public ne le lit plus, tellement les gens en ont marre de cette ligne rédactionnelle de propagande euro turbo et mondialiste qui va à rebours de l'opinion.

    Mais d'après ce qu'on entend dire ce journal devrait échapper à ce triste sort, puisqu'il serait sur le point d'être racheté par une discrète fondation liée à la fortune des héritiers de Hoffmann Laroche.

    Voilà qui laisse peu d'espoir à ceux qui espéreraient un traitement impartial de la crise covid par ce journal de révérence.

  • Oui, Monsieur Décaillet, entièrement d'accord avec vous concernant le journal Le Temps. Mais tout à fait entre nous, et ne le répétez pas à haute voix, quid des journaux appartenant au groupe Tamedia ? Leurs informations et leurs articles paraissant dans la rubrique "Monde" n’obéissent-ils pas eux aussi à la ligne éditoriale dictée par cette bien-pensance de gauche qui fait actuellement florès dans le monde des médias mainstream ? Poser la question c'est peut-être amener les journaux appartenant à Tamedia à se concentrer sur l'information de proximité, sur la culture, sur le quotidien des gens dont on n'entend guère parler, sur le sport, bref sur tout ce qui n'est pas formaté par les agences AFP et ATS et dont les rédacteurs en chef se plaisent à faire des copier-coller. A l'heure des autoroutes de l'information, il conviendrait de faire circuler celle-ci sur d'autres rails, sur les rails personnels de chaque journaliste. Cela étant dit, rendons grâce à la TDG et à 24H d'avoir mis à disposition de ceux qui en ont envie ces blogs qui permettent à chacun de s'exprimer librement. Oui, vive les réseaux sociaux !

  • Oui, Monsieur Décaillet, entièrement d'accord avec vous concernant le journal Le Temps. Mais quid des journaux appartenant au groupe Tamedia ? Leurs informations et leurs articles paraissant dans la rubrique "Monde" n’obéissent-ils pas aussi à la ligne éditoriale dictée par cette bien-pensance de gauche qui fait actuellement florès dans le monde des médias mainstream ? Poser la question c'est peut-être amener les journaux appartenant à Tamedia de se concentrer sur l'information de proximité, sur la culture, sur le quotidien des gens dont on n'entend guère parler, sur le sport, bref sur tout ce qui n'est pas formaté par les agences AFP et ATS et dont les rédacteurs en chef se plaisent à faire des copier-coller. A l'heure des autoroutes de l'information, il conviendrait de faire circuler celle-ci sur d'autres rails, sur les rails personnels de chaque journaliste. Cela étant dit, rendons grâce à la TDG et à 24H d'avoir mis à disposition de ceux qui en ont envie ces blogs qui permettent à chacun de s'exprimer librement. Oui, vive les réseaux sociaux !

  • Il me paraît que votre vision des réseaux sociaux en général et de Facebook en particulier ne s'attache qu'à leurs aspects positifs - qui sont bien ceux que vous décrivez.

    Vous passez par contre sous silence leurs aspects négatifs pourant nombreux: manipulations algorithmiques, absence de tout contrôle sur les groupes et discours haineux, incroyable perméabilité aux influences de l'extérieur...

    Pour qu'une communauté fonctionne bien elle doit être saine. Tel n'est malheureusement pas le cas de Facebook dont l'objectif prioritaire reste d'enrichir son fondateur, Mark Zuckerberg.

    Je vous conseille vivement de regarder le documentaire "The Social Dilemma", disponible sur Netflix, fort instructif.

Les commentaires sont fermés.