Sociétards totalement décalés !

Imprimer

 
Sur le vif - Mardi 13.10.20 - 16.00h
 
 
Les députés qui inondent le Parlement de sujets "de société", liés notamment au sexe, au genre, ou encore au mode vestimentaire, alors que Genève est devant la pire crise économique depuis la guerre, portent une lourde responsabilité face à l'Histoire.
 
Leur décalage total, par rapport aux VRAIES SOUFFRANCES de la population, ruine non seulement leur crédit à eux, mais aussi celui du législatif dans son ensemble, comme institution de la République. Plus globalement encore, celui des élus, face au peuple.
 
S'il faut un cabinet de guerre pour redresser l'économie du Canton (je plaide dans ce sens dans GHI, à paraître demain), on espère aussi un Parlement de guerre, responsable et sélectif dans la hiérarchie de ses priorités.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Monsieur le huitième Conseiller d'Etat,

    Gouvernement de guerre, certes. Mais il est entravé par le rejet incompréhensible par certains d'une mesure que d'autres prétendent odieuses : limiter les réunions festives d'intérieur.

    Pourtant, elles n'entravent nullement l'économie et devraient être efficaces puisque les 3/4 des contagions y ont lieu.

    Pourtant, le Code de procédure pénal ne permet guère à la police de pénétrer en votre domicile au motif d'une contravention, même prévue par le droit fédéral, sauf si vous lui ouvrez la porte.

    Ces mesures sont nécessaires en urgence, la circulation du virus explose depuis 6 jours à Genève et croît rapidment en Suisse. Les lits genevois prévus à l'origine pour le covid-19 sont sur le point d'être pleins s'il ne le sont pas déjà. Des lits supplémentaires doivent être attribués au covid-19 avec du personnel soignant.

    Cela sera fait si ce n'est déjà fait, mais il va falloir déprogrammer. La qualité des soins va baisser.

    Tout ça pour une bouffe en intérieur !

    Monsieur le 8ème Conseiller d'Etat et Chef du département de la critique, je vous fait part de ma plus profonde amertume et espère que la population malade et souffrante de notre canton, n'aura pas à souffrir d'une décisions indigente de ses Conseillers d'Etat.

Les commentaires sont fermés.