Contrôle démocratique, vite !

Imprimer

 
Sur le vif - Samedi 17.10.20 - 06.49h
 
 
On ne peut plus laisser le gouvernement genevois cracher, l'une après l'autre, ses directives sanitaires, comme aux pires heures de ce printemps, avec un pouvoir absolu du "médecin cantonal" (qui n'est rien d'autre qu'un fonctionnaire), et de son ministre de tutelle, ivre de puissance.
 
Les choses ne peuvent pas continuer ainsi. La Suisse est une démocratie. Le patron, c'est le peuple. Le personnage principal, c'est le citoyen, pas l'élu. Et encore moins le fonctionnaire !
 
La démocratie doit reprendre la main. Contrôle du gouvernement par le Parlement. Et, s'il le faut, par le suffrage universel, qui est le souverain.
 
Marre de ces conférences de presse, à n'en plus finir. On nous balance des chiffres, des "nombres de cas", des "évolutions en 72 heures". Marre de ces liturgies de la révélation par le chiffre.
 
Ça fait penser aux topos du service de presse de l'armée américaine, en janvier 91, lors de la Guerre du Golfe. Le pouvoir qui se met en scène, pérore en majesté, sans la moindre contradiction en face, et le bon peuple qui gobe.
 
Contrôle démocratique, vite !
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 9 commentaires

Commentaires

  • Cher Monsieur, vous écrivez : "Marre de ces liturgies de la révélation par le chiffre", alors selon vous, si je comprends bien, il faudrait les taire au peuple, alors où la démocratie ? Par ailleurs, vous savez parfaitement que ceux qui nous gouvernent et qui ont été démocratiquement élus, doivent prendre à l'heure où le virus reprend de plus belle, des décisions dans l'urgence. Imaginez le temps que prendrait l’organisation d'un vote sur la question. Bonne journée

  • Monsieur Décaillet,

    Qui est compétent pour prononcer les directives fondées sur la loi sur les épidémies ? Le médecin cantonal (art. 40 de la loi fédérales sur les épidémies). Qui a décidé que tel serait le cas ? Le parlement cantonal (art. 127 de la loi sur la santé). Vous voulez vraiment faire confiance à ce parlement, qui de toute façon a capitulé en rase campagne ?

    Le Conseil d'Etat a évoqué l'affaire à lui, comme la loi lui en donne la possibilité. Bonne idée. Le gouvernement a décidé. Poggia, c'est un Conseiller d'Etat sur six. Quels sont donc les trois (au moins) autres Conseillers qui ont voté en faveur de l'arrêté ? Qui a fait savoir qu'il avait fait inscrire au PV son désaccord ?

    Et puis il est certain que l'hôpital se remplit. Hier, presque cent cas covid actifs à l'hôpital cantonal. Ce qui a supposé l'activation du plan covid 1. Semaine prochaine : activation du plan 2 et réquisition douce de l'hôpital privé de la rive droite. Et même avec un grand coup de frein on passera au plan 3.

    Déprogrammation. Perte de chance.

    Effondrement de l'économie car en une telle situation de contamination démontrée par les faits, la population se protège d'elle même, il suffit de se tourner vers la Suède. Laisser courir l'épidémie pour protéger l'économie est un leurre.

    Le peuple pour décider des pronostics et des moyens, pourtant vous dites ne rien y connaître.
    Mais oui pour les objectifs :
    - Nombre de morts admissibles ?
    - Nombre d'hospitalisation admissibles ?

    De toutes les manières, des mesures fédérales fort semblables à celles arrêtées tardivement vont entrer en vigueur, c'est dire que vous menez un combat d'arrière garde.

    Moi aussi, Longeole, qui a la circonstance d'avoir été obnubilé par l'HCQ, qui si elle est efficace (qu'en sais-je) est indisponible, a triomphé et des morts de trop vont surgir.

    Un sursaut ? Respectons les règles barrières, mettons fin aux bouffes, sauteries, festivités, orgies et soirée mondaines.

    Un sursaut ? Dénonçons les tricheurs professionnels au 117 (touche pas urgent, il n'y aura pas de sanction mais un rappel des règles) et militons pour un couvre-feu.

    Un sursaut ? Courage fuyons. Mais cela ce n'est pas possible pour les classes moyennes.

    Vous ne serez pas d'accord. Je le sais. Cela ne sera pas fait. Je le sais. La situation actuelle c'est une détérioration sanitaire et automatiquement, comme en Suède, une détérioration économique.

    Le compromis doucereux. Le ni-ni. La pire des solutions ont perd sur les deux tableaux.

  • La France manque cruellement de personnel soignant!

  • Mais oui Pascal! Nous sommes en guerre.
    Les états ont décidé de livrer la guerre à leurs peuples respectifs.
    Les questions que je me suis posées sur l'intérêt des dirigeants à avoir détruit leur économie nationale deviennent de plus en plus lancinantes. Quel intérêt et à qui profite cette destruction et ces crimes massifs?

    Comment les gens peuvent ils encore assimiler cas positifs - interprétation toutefois tendancieuse à partir des tests PCR qui n'identifient pas le virus "vivant" du "covid-19" - à des malades qui ne souffrent pourtant d'aucun symptôme du d'aucun malaise.
    Si vraiment ces positifs sont dangereux, il faudrait construire des camps d'hôpitaux de campagne pour les y interner. Je crois que le délire totalitaire a basculé dans la voie de non retour et il va tout droit vers l'impasse.

    La question de qui va devoir payer la reconstruction du pays demeure entière. Je ne crois pas que ceux qui ont eu le pouvoir de détruire l'économie et la vie des gens en soient capables. Ils le savent peut-être déjà. Ils jouent à pile ou face.
    Nous assistons en ce moment à la dégénérescence et à la décomposition du pouvoir étatique parce que ceux qui le détiennent réellement par leur influence sont psychiatriquement malades et ceux qui ont troqué sa maitrise contre sa concession sont de dangereux amateurs, même s'ils ont consacré toute leur vie à bâtir leur carrière politique. Les organisations mondiales qui ont pris les rennes du leadership leur permet ainsi de se déresponsabiliser.
    Alors il ne reste plus qu'un seul consensus: endetter (enchaîner) les populations éternellement (esclavage définitif).

    https://les7duquebec.net/archives/258903

  • Concernant le Covid-19, la seule information fiable et significative est le graphe du nombre total de morts en Suisse (source : admin.ch) :
    https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/sante/etat-sante/mortalite-causes-deces.htm
    Et il montre à l'évidence que rien de dramatique ne se passe en ce moment.

    Maintenant, pour ceux qui veulent savoir quel avenir nous attend, faites un mix entre l'agenda 2030 de l'ONU et le Grand Reset annoncé par Klaus Schwab du WEF (en compagnie de Guttierrez et du Prince Charles !). Evidemment, consultez plusieurs souces à ce sujet et non pas seulement les versions officielles bisounours. Parce que la réalité est plus proche de l'Enfer que de l'univers bisounours...

  • Monsieur Karry Mullis est l'inventeur du principe des tests PCR et est décédé en 1999 après avoir fait (un peu) la fortune de Novartis. Depuis lors de l'eau a coulé sous les ponts. Il s'agit d'ailleurs en le cas d'espèce d'un test RT-PCR.

    Un test ne signifie pas qu'une personne soit malade, ni même que l'on ait détecté la présence de l'ARN recherché puisqu'aussi bien un test ne donne jamais aucune indication et ce même si l'on en connaît les deux paramètres du test que sont la sensibilité et spécificité.

    L'indication clinique d'intérêt est la VPP (valeur prédictive positive) en cas de test positif et la VPN en cas de test négatif. En effet, ce qui nous intéresse est
    - la probabilité d'être malade sachant que le test est positif et non,
    - la probabilité pour le test d'être positif sachant que l'on est malade, et c'est cette dernière probabilité qui est donné par les paramètres du test.

    Pour passer des paramètres du test à la VPP, il faut un calcul fondé sur le théorème de Bayes, et, pour ce faire, il faut disposer d'un paramètre de plus, à savoir l'évaluation de la probabilité d'être malade sans tenir compte du résultat du test. Ce paramètre doit être fourni par un médecin dans un cas clinique ou, en cas d'étude épidémiologique, par la prévalence de la maladie.

    Cela étant rappelé, il est vrai que si l'on augmente le nombre de cycles d'amplification on augmente la sensibilité et diminue la spécificité du test. Ce qui conduit a augmenter la VPP qui nous intéresse. Ce qui montre bien qu'à un test avec ses sensibilité et spécificité correspond un nombre, déterminé par le fabriquant, de cycles d'amplification. On ne peut pas modifier le nombre de cycles sans que la sensibilité et la spécificité du test ne doivent être modifiées en conséquence.

    Quels marques et types de tests sont utilisés à l' hôpital cantonal ? Combien de cycles d'amplification sont prescrits et sont utilisés. Cela a-t'il évolué au cours des semaines ? Voilà qui est du ressort d'un député, questions urgentes aidant, ou de Mme Dupraz, LIPAD aidant.

    Mais il est vrai que cette dernière semble préférer le colportage d'informations, qu'elles soient réelles ou fausses lui important peu dès lors que cela lui sert à détruire ses ennemis : le capitalisme et la social-démocratie sous toutes ses formes.

    Je lui dédie cette chanson, qu'elle connaît bien, en une version d'actualité :

    https://youtu.be/X9pGTOlhRvs?t=14

  • Les arguments de Frenkel et CEDH ne tiennent pas.

    On est en présence d'une dictature larvée et hypocrite, basée sur le mensonge, les conflits d'intérêts, et la propagande massive pour entretenir la peur et nous contraindre à accepter une société de surveillance généralisée.

    Ca doit cesser!

    De telles choses ne peuvent pas être tolérées dans une démocratie comme la Suisse.

    Frenkel et CEDH ne vous faites pas les porte-paroles du pire. Ce que vous approuvez là est le rêve du nazisme. C'est la Gestapo post moderne high tech, la délation institutionnalisée, le flicage électronique, le viol des consciences par la propagande politique, l'abolition de la vie privée.

    Hitler en avait rêvé: l'OMS et l'OFSP l'ont fait.

    En plus, la destruction de l'économie que cela cause ne peut manquer de favoriser l'émergence de mouvements extrémistes qui rapidement deviendront antisémites. On dirait vraiment que c'est ça que vous voulez. Pourquoi?

    Ca laisse songeur.

    Un salut à mon amie Marlène Dupraz, qui a tout compris.

  • @ John Che Gevara

    Reductio ad hilterum. Cela ne mérite aucune réponse.

    Vous avez certainement besoin d'un grand réconfort au vu du malheur personnel qui vous frappe. Aussi, je pense que devenu révolutionnaire de gauche, une petite réduction ad che guevara devrait vous faire du bien :

    https://youtu.be/kTqwy6ay1HQ?t=44

  • @ Herr Bus

    Vous conduisez en regardant le rétroviseur ?

Les commentaires sont fermés.