Le Conseil d'Etat nous rejoue les Procès de Moscou

Imprimer

 
Sur le vif - Mercredi 28.10.20 - 13.44h
 
 
La cabale de six membres du Conseil d'Etat contre Pierre Maudet, avec certains minois couleur traître, est indigne d'un gouvernement républicain. On se saisit d'un prétexte (que nous ne jugerons pas ici) pour régler sournoisement, lâchement, en catimini, le cas d'un collègue dont on veut voir férocement les talons depuis deux ans. Personne n'est dupe !
 
On vient à sept. On prend de grands airs. On organise une humiliation publique de l'intéressé qui, toutes totalités certes différenciées, n'est pas loin de rappeler, sur le fond, les Procès de Moscou.
 
Le pestiféré, seul contre tous, a totalement raison de ne pas accepter ce putsch interne. Le comportement du Conseil d'Etat est tout simplement dégueulasse.
 
On ne s'acharne pas ainsi contre un homme seul. Un homme abandonné de tous, depuis deux ans. La ficelle est trop voyante : la récupération politique d'un malaise RH est flagrante. La trahison se voit trop, jusqu'à certains visages que nous avions encore voulu croire, jusqu'à ce début d'après-midi, incapables d'un tel lynchage.
 
Ce que j'écris ici déplaira aux anti-Maudet. Cela m'est parfaitement égal. La question n'est absolument pas d'être pour ou contre ce magistrat en immense difficulté. J'ai été le premier à attaquer frontalement Pierre Maudet, du temps de sa splendeur, du temps de sa superbe, du temps de son omnipotence. J'ai dénoncé violemment sa politique des fusibles. Et à l'époque, d'autres, si virulents aujourd'hui à réclamer sa tête, lui ciraient les bottes. Les courageux justiciers de la vingt-cinquième heure !
 
Non, il ne s'agit pas d'être pour ou contre Maudet. Il s'agit de garder des tonalités d'hommes et de femmes d'honneur, dans une jungle politique où le pire est désormais permis. Contre la main suintante de la trahison, même la potion magique du Bon Docteur Pittet ne peut hélas rien.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 14 commentaires

Commentaires

  • "On ne s'acharne pas ainsi contre un homme seul. Un homme abandonné de tous, depuis deux ans."

    Il l'a cherché en s'accrochant à son poste pour avoir sa rente à vie car il sait rien faire d'autres que de la politique

  • On devra tout de même accepter lidée que la solitude de Pierre Maudet est complètement de son propre fait. Son entêtement au mensonge, son aveugle persévérance à vouloir se maintenir en poste... Son incapacité apparente à conduire une équipe de 22 équilavents plein-temps... Je persiste à penser que "l'humiliation" subie aujourd'hui n'est que l'ultime conséquence de son attitude.

  • Oh, mais qu'est-ce que je suis parfaitement d'accord avec vous ! C'est infâme ce qui se passe... Parce qu'on peut retourner ce dossier dans tous les sens, gratter les choses qui sont derrière les choses... ce qui se passe a une nauséabonde odeur de complot.

    Et à tous ceux qui ne sont pas d'accord avec moi, je leur dédie cette jolie chanson:
    [ https://youtu.be/zMALuEYxK6U ]
    pom... pom... pom... pom... ... ...

  • Priver de tout portefeuille un Conseiller d'Eat constitue une violation des droits politiques de tout les électeurs du canton. Qu'ils saisissent la justice. Il existe un précédent dans un autre canton.

  • Prétexte où bras de levier pour forcer à la démission un élu devenu sans parti qui ne veut pas quitter ledit collège ?

    La goute de trop qui vient faire déborder le pot de patience du pouvoir exécutif face à une fierté considérée comme déplacée.

    La goute qui touche à l’humain et à la santé des personnels, la goute qui sonne le glas d’une carrière politique.

    Une personnalité et un management qui ont déjà laissé des traces crasses, dont la peur et la soumission, en Ville de Genève ou dans le département précédant.

    Au delà des réformes de l’Elu il faut regarder la manière de leurs mise en forme et les bilans de celles-ci.

    Crier au génie, au surdoué de la politique ne vaut rien face aux appels au secours que nous ne pouvons plus ignorer.

    Reste l’honneur, mais visiblement la fierté est bien mauvaise conseillère dans ce cas.

    WS

  • Ce monsieur doit partir et ce depuis deux ans

    Avec son salaire injustifié on paierait sans problème 4 infirmière qui seraient largement plus utile.

    Il est grillé cramé depuis deux et par sa seule faute vanité et cupidité

    Meilleures salutations

  • On ne sait pas grand' chose, pour l'instant, sur ce qui lui est reproché. Une question se pose, néanmoins: comment un homme présenté comme à ce point dénué de qualités, jugé incapable de conduire un département de la taille d'une section, a-t-il pu être l'homme que tant de grands, dans notre canton et au-delà, ont porté aux nues, louant plus que tout ses qualités de visionnaire, de locomotive, de meneur? Le contraste est frappant, non?

  • Tous les moyens sont-ils bons pour faire tomber un Conseiller d'Etat ?
    Y compris l'hypocrisie et le déshonneur ?
    Honte à ce Conseil d'Etat !

  • Je suis anti Maudet mais là je suis d'accord avec Pascal Décaillet. Cette mise en scène de l'humiliation, c'est odieux. C'est vraiment trop de mesquinerie.

    La seule chose qu'on pourrait dire, mais cela n'excuse pas le procédé de ses collègues, c'est que si Maudet avait eu la dignité de démissionner il n'en serait pas là. La démission d'un chef qui a commis des boulettes, c'est, aussi, une manière de se prémunir des coups de pieds de l'âne que les autres ne manqueront pas de vous donner si on s'accroche. Démissionner, c'est aussi s'éviter de boire jusqu'à la lie la coupe des humiliations.

    Nota bene: en plus, pour une fois, je suis d'accord avec CEDH. Ca n'arrive pas souvent. On ne peut pas congédier un élu du peuple comme un employé. Et c'est vrai: il y a eu un précédent: celui de Legris, conseiller municipal UDC à la Chaux-de-Fonds, sauf erreur, accusé de mobbing, mis à pied par ses collegues, qui avait été réintégré par la justice

  • "Il s'agit de garder des tonalités d'hommes et de femmes d'honneur"

    Le premier à avoir perdu tout honneur est Maudet lui-même.

    Il n'est pas une victime. Les victimes sont de l'autre côté.

  • Maudet est tombé à raison de l'acharnement des syndicats policiers, outrés de se voir imposer démocratiquement une loi qui ne leur plaisait pas. La moitié des préventions contre Maudet sont d'ores et déjà tombées, on attend la suite judiciaire.

    Le scandale des pâquis consistant en des abus sexuels commis par des policiers cantonaux sur des prostituées n'a pas été enterré par Maudet et ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase,.Poggia, réaliste ou lâche, s'est dépêché de minimiser et d'enterrer l'affaire de ces graves abus commis par certains policiers.

    Walter Schlechten est ancien syndicaliste et, dit-on, ancien policier. Si cela est avéré pourquoi n'est-il plus policier ? Il nous avait fait savoir sur son blog que le Conseil d'Etat lui avait opposé un refus. Refus de quoi ? Il nous avait aussi exposé le rêve qu'il faisait qu'une victime d'un accident de la circulation lui pardonne. Qu'en est-il de ce pardon ?

    Quant à ceux qui allèguent que Maudet s'accroche pour une retraite à vie c'est idiot, s'il démissionnait aujourd'hui il la toucherait à vie alors qu'à attendre il pourrait s'en voir privé en suite d'une modification de la loi.

  • CEDH, vous m’interpellez, comme souvent sans courage. Aucun souci mais sortez de votre anonymat crasse et rencontrons-nous pour un café, je répondrai alors à vos questions même si je ne pense pas que ma petite personne mérite autant d’intérêt !

    PS : Je suis rentier depuis peu et pour ce qui est de mes écrits, sur plus de 400 textes déposés sur blog.tdg, dont des fictions je vous le rappelle, je ne vois pas où j’ai demandé pardon dans ceux-ci (vous me rafraîchirez la mémoire).

    Bien à vous.

    WS

  • L'affaire des pâquis ce sont des policiers cantonaux qui ont acceptés des faveurs sexuelles en échange d'avantages octroyés aux prostituées, c'est de la corruption passive pour le policier et de la corruption active pour la prostituée.

    Certains policiers ont accepté des faveurs sexuelles propre à faciliter d'une manière générale les relations avec la police. Cela s'appelle octroi d'un avantage illicite, pour la prostituée, et acceptation d'un avantage illcite pour le policier.

    C'est là l'infraction que le libéral Procureur reproche à Maudet.

    Non pas pour les 100'000 francs de manotels reçus pour sa campagne électorale parce que cela voudrait dire poursuivre les donateurs, des libéraux bien établis. Par contre, une acceptation d'un voyage payé par personne, puisque n'ayant rien coûté au popriétaire de la compagnie d'aviation et de l'hôtel, et obtenu par un libanais qui a servi d'intermédiaire pour une rencontre au sommet, là on peut taper.

    Ce n'est qu'un libanais. Et Maudet un radical, pas un libéral.

  • Monsieur W.S.,

    Tiens je ne me doutais pas que vous aviez atteint l'âge de 65 ans.

    Au bénéfice d'une rente dont le montant ne peut être modifié quelque soit le sort de vos concitoyens. Que le contribuable abondera de ses deniers. Qu'il est beau le droit fédéral (LPP) qui protège les rentiers, même les plus nantis.

    Je ne sais pas si vous êtes nanti, d'ailleurs c'est votre affaire personnelle, qui ne nous regarde pas, mais vu votre âge prenez bien soin de vous.

Les commentaires sont fermés.