Toussaint sanglante pour l'économie genevoise

Imprimer

 
Sur le vif - Dimanche 01.11.20 - 15.22h
 
 
Un triste sextuor, aux ordres de la Nomenclature sanitaire, vient donc de nous annoncer, un dimanche de la Toussaint à 15 heures, que nous allions repartir comme en quarante. Confinement, et qu'on nous épargne le ridicule "semi", fermeture des magasins, des coiffeurs, fermeture d'à peu près tout. L'économie genevoise, déjà à bout de souffle depuis ce printemps, ne s'en remettra pas. Elle est flinguée, liquidée, d'en haut, par l'autorité exécutive du Canton.
 
Nous ne sommes pas des sujets. Nous sommes des citoyennes et des citoyens. Des hommes et des femmes libres, adultes, responsables. Nous sommes dans une démocratie, avec un Parlement, un droit d'initiative et de référendum. Nous ne pouvons plus supporter cette mise en scène du pouvoir exécutif, depuis ce printemps, ces ukases jetés en direct, sans la moindre réaction contradictoire en face, ce monopole de la parole ministérielle, qui s'adresse à nous comme à des enfants.
 
Ces six ministres, ils ont le salaire qui tombe à la fin du mois, et il est cossu ! Les indépendants, les artisans, les petits entrepreneurs de Genève n'ont pas cette chance. Leur bout de gras, ils se lèvent le matin, et triment comme des cinglés pour aller le conquérir. Ce petit monde, je le fréquente de très près : l'un d'entre eux me disait il y a deux semaines : "Un nouveau confinement, et je mets la clef sous le paillasson". Vous pouvez multiplier son cas par des milliers et des milliers d'autres. Ce dimanche est une Toussaint sanglante pour l'économie genevoise.
 
Nous ne contestons pas ici la gravité sanitaire actuelle. Mais il faudra, très vite, identifier le chemin de panique instillé par une certaine Nomenclature médicale d'Etat, et déposé comme un pistolet sur la tempe du sextuor. Ce travail de radiographie est urgent, et nécessite absolument une Commission d'enquête parlementaire. Si le Parlement se refuse à une telle décision, alors le peuple devra très vite se mobiliser.
 
Et nous ne supportons plus les tonalités faussement calmes et gentilles de certains - ET DE CERTAINES - qui, d'une voix de velours, nous annoncent à nouveau le déblocage de fonds, comme si l'argent de l'Etat était illimité ! Notre argent à tous, qui payons des impôts, beaucoup trop d'ailleurs, et qui se voit dilapidé, avec une incroyable légèreté, alors qu'il est le fruit de notre sueur, pour nos réserves.
 
Le triste sextuor ne gouverne plus. Il applique les consignes d'une hiérarchie sanitaire de l'ombre, dépourvue de toute légitimité démocratique. Cela fut le cas ce printemps. Cet été, aucune leçon n'en a été tirée. Cet automne, ça recommence ! Cette fois, les citoyennes et citoyens que nous sommes doivent dire NON.
 
Le triste sextuor n'est pas à la hauteur.
 
 
Pascal Décaillet
 
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 11 commentaires

Commentaires

  • Max Weber (ou était-ce Carl Schmitt ?) avait défini le souverain comme suit:

    "Est souverain qui est capable de décréter l'état d'urgence."

    Eh bien maintenant en Suisse nous sommes fixés : notre souverain a un nom: il s'appelle : ROCHE/NOVARTIS.

    Les élus, quels que soient leurs partis, sont à son service, pas au service du peuple.

  • J'apprécie beaucoup la puissance de vos propos qui sonnent tellement juste et sont si pleinement en contact avec tous les habitants concernés dans leurs quotidiens non seulement économiques mais aussi sociaux, amicaux et fraternels. Leurs élans vitaux qui animent leurs activités sont carrément castrés.
    Ceux qui prennent de telles décisions n'ont pas beaucoup de créativité dans la mesure où il s'agit d'un calcul élémentaire : confinement = moins de cas, ce qui est très facile à décréter. De plus, avec davantage de créativité, ils sauraient trouver d'autres solutions.
    En outre ils ne proposent rien pour que la population soit plus attentive à se renforcer face à ce virus couronné et à gérer elle-même ses conditions de vie en relations avec des informations bien plus développées que de simples données chiffrées.

  • Je suis fonctionnaire fédéral mais je dis bravo pour votre courage. Nous allons droit dans le mur...

  • L'effondrement économique est nécessaire pour que les peuples acceptent que dis-je, réclament, le "Grand Reset" avec Agenda 2030. La gauche est parfaitement au courant du fait et s'en réjouit car le Nouvel Ordre Mondial post-Covid est un socialo-communisme. Le CF est partie prenante. Un nouveau confinement en Suisse est nécessaire, car les dégâts économiques suite au premier sont insuffisants. Black-out des grands merdias pour ne pas réveiller le peuple. Pourtant, il n'y a rien de caché, aucun complot, car tout a été annoncé explicitement. L'essentiel sur ce site : https://lilianeheldkhawam.com/

  • Il faudrait aussi savoir pourquoi le traitement, empiriquement efficace, du professeur Raout n'est volontairement pas utilisé. D'ailleurs, quand la chloroquine était encore utilisée en Suisse romande, elle était prescrite trop tard et sans le zinc et l'antibiotique annexe. Pourquoi ? Cependant, certaines petits malins ayant des relations semblent néanmoins pouvoir en bénéficier, d'après certains bruits de couloir.

  • Tout cela devient surréaliste, et montre de quel pouvoir de nuisance sont capables les médiocres. Je suis citoyen et, bien sûr, je dis NON! Cordialement!

  • M. Décaillet,

    Toussaint sanglante pour l'économie.

    L'exercice des fonctions productives ne sont pas interdites. Seule une partie de la valeur ajoutée est touchée. Celle qui rapporte peu à ceux qui y oeuvrent comme employés ou entrepreneurs et qui donc paient, en général, peu d'impôts.

    L'écomomie des wagons est touchée, pas celle des locomotives et les locomotives devront venir en aide aux wagons.

    Mais je suis triste. Comme vous. Très triste car toutes ces personnes sont, comme vous, ou moi ou, peut être Longeole, des entrepreneurs ou des travailleurs dont le travail est nécessaire et respectable. Et ils veulent travailler et non pas être aidés. Ils ont leur dignité et l'on se doit de la respecter.

    Mais sacrifier leur dignité de travailleurs, au nom du respect de la vie d'hommes et de femmes, âgés ou non, prédisposés ou non, est pour eux faire montre d'une dignité bien plus grande et profonde encore.

    Une Toussaint où l'on n'aurait rien fait aurait été celle de la danse sur les cadavres, du tri préconisés par certains monstres, pour qui certaines vies ne valent pas grands choses.

    Une triste Toussaint a été préférée à une Toussaint de sinistre mémoire. Et c'est bien comme ça.

  • Le conseil d'Etat confond la Toussaints avec la fête des morts de l'économie.

  • En apparence cette politique de destruction totale de l'économie est aberrante. C'est du suicide social. Cela ne peut qu'échouer car les peuples vont se soulever, pour ne pas crever.

    Et pourtant le pouvoir mondialiste sait ce qu'il fait en créant ces virus et en les lançant dans la nature, pour mettre en place une dictature mondiale. (On nous prépare un .Covid 21 après le 19 ! vous verrez)

    Ce pouvoir mondial ne craint pas les faillites d'entreprises. Ils veut les provoquer au contraire, pour supprimer toutes les classes moyennes et mettre tout le monde en esclavage en opérant un ''grand reset''.

    Pour comprendre le fond de l'affaire il faut absolument visionner ctte vidéo en entier:

    https://odysee.com/@Radio-Quebec:a/Le-général-Flynn-confirme-le-coup-d'Étta-mondial-contre-les-peuples:7

  • Il y a un truc totalement insupportable dans les déclarations du conseil d'état. On nous parle des commerces ''non-essentiels'', qui doivent fermer.

    Qui c'est qui décide quel commerce est essentiel ou pas?

    On va s'en souvenir aux élections. Tous ces politiciens sont non-essentiels. On va le leur montrer.

    Mauro Poggia tu es non-essentiel, mon vieux. On peut se passer de toi. Dégage !

  • « le "Grand Reset" avec Agenda 2030 »

    C'est LE SPECTRE qui est derrière tout ça. Je le sais, c'est dans le testament du Grand Ecossais: Il a vu Soros avec un Ragdoll aux yeux bleus sur ses genoux. Et Bill Gates en tonton-mentor d'une Greta... pressentie comme appât, pour un 007 complètement bourré et dépravé...

    Svp, M. Bricolage, pour le synopsis, royalties pour mézigue...

Les commentaires sont fermés.