Le trumpisme n'est pas mort !

Imprimer

 
Sur le vif - Samedi 07.11.20 - 18.14h
 
 
 
Il faut les entendre, les surexcités de la RTS, à commencer par leur envoyé spécial qui nous a dégommé Trump, tous les samedis, pendant toute la campagne, jouir de l'élection de Joe Biden. Ils n'en peuvent tout simplement plus.
 
C'est vrai, Biden a gagné. Il faudra que tout cela soit confirmé, il y aura des recours, mais enfin, sauf énorme surprise, l'ancien Vice-Président d'Obama deviendra, le 20 janvier 2021, le 46ème Président des États-Unis. Il faut lui souhaiter bonne chance. Il en aura besoin.
 
Biden a gagné. Mais Trump obtient plus de 70 millions de voix. Le moins qu'on puisse dire, au-delà du destin personnel de l'homme (tentera-t-il de revenir, dans quatre ans ?), c'est que le trumpisme n'est pas mort. L'immense mouvement conservateur, protectionniste, anti-multilatéralisme, amorcé il y a quatre ans, représente aujourd'hui près d'un Américain sur deux. C'est une lame de fond, puissante, dont on n'a pas fini de parler.
 
En quatre ans, Donald Trump a relevé l'économie de son pays, et s'il n'y avait eu le Covid (dans lequel il n'est pour rien), sans doute aurait-il été réélu. En quatre ans, Trump n'a engagé les États-Unis dans strictement aucun conflit. C'est le Président ZÉRO GUERRE. Nous verrons, dans quatre ans, pour peu que nous soyons encore de ce monde, si on pourra en dire autant de Joe Biden. On connaît la réputation des Démocrates en termes de bellicisme.
 
J'étais favorable à Trump il y a quatre ans, je le demeure. La veille de son élection, en novembre 2016, une chroniqueuse du Temps, plutôt inspirée d'ordinaire par la culture que par la politique, jugeait bon de brocarder Trump sur son physique : la couleur de ses cheveux ! Ils ont détesté cet homme parce qu'il est assez vulgaire (c'est sans doute vrai, mais ça m'est totalement indifférent), parce qu'il n'est pas d'une sensibilité extrême au féminisme ou au climatisme. Bref, ils l'ont attaqué sur des éléments de style, plutôt que sur son programme.
 
En Europe aussi, le protectionnisme est là. Le souverainisme. Le rejet d'une toile multilatérale née en 1945, qui a montré avec éclat sa vanité. Trump va (sans doute) quitter la Maison Blanche le 20 janvier. Mais le mouvement politique, économique et social qui l'inspire représente aujourd'hui, chez nous, une valeur montante. Pas encore majoritaire. Mais montante.
 
Prochain test, grandeur nature : la France, au printemps 2022.
 
D'ici là, chez nous comme ailleurs, souverainistes et cosmopolites s'érigent, l'un face à l'autre, comme deux fronts totalement antagonistes. Inconciliables. Qui ne dialoguent plus. L'heure n'est plus au débat, dont il ne faut d'ailleurs pas surestimer les vertus. Non, l'heure est au combat. Chacun, de son côté, aiguise ses armes et prépare ses munitions.
 
Les lignes de fracture, entre nous ici en Suisse, de novembre 2016, demeurent, au millimètre, celles de novembre 2020. Les ruptures de l'époque demeurent valables. Nous sommes face à deux conceptions du monde. Ce sera l'une ou l'autre. Cela porte un nom : cela s'appelle la guerre.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 17 commentaires

Commentaires

  • Tout d’abord il faut féliciter Biden pour sa victoire, le peuple a décidé. Même Fox News vient de reconnaître. Ensuite il faudra analyser pourquoi il a perdu. Bien sûr les sondages sont une catastrophe, peut-être il faut les interdire ou en rire. Ensuite les grands médias conservateurs comme Fox News ou Drudge devront choisir leur nouveau représentant du conservatisme. J’espère quelqu’un de plus chrétien (Catholique ou Évangélique) et moins vulgaire pour aller chercher les votes des Latinos et Noires ainsi que des femmes. La victoire sera ensuite facile en 2024.
    Pour moi je suis plus intéressé par la guerre médiatique que la politique, c’est en amont que cela se joue. La guerre des idées.
    Quand on lit que le New Yorke Times si libéral a plus de 7 millions d’abonnés dans le monde et peut-être plus d’abonnés en Suisse que le Temps, on voit le guerre idéologique qui se joue.
    Donc ces 4 années Biden va probablement renforcer les médias conservateurs et j’espère diminuer le pouvoir monstrueux du New York Times ou du Washington Post. Ces journaux influencent tellement la France et la Suisse.
    Ps. Déçu que Le Temps appartienne à Rolex si je résume et simplifie, une opaque fondation qui ne sert pas la Suisse romande mais alors pas du tout. Mieux vaut un patron de presse ou milliardaire en cher et en os comme Murdoch.

  • Ce soir J. Covo commence le JT de la RTS en nous disant que Biden a été nommé OFFICIELLEMENT 46eme président des USA ... puis elle nous passe un reportage où l'on voit un des présentateurs de CNN nous dire que Biden est "the projected president". Bref, Biden a été déclaré président UNIQUEMENT par les grands médias comme CNN qui ont toujours été contre Trump.

    Ce sont ces mêmes médias et cette même RTS qui nous ont menti en répétant pendant de semaines que Trump était à la traîne dans les sondages et devancé par Biden d'au moins 10 points dans les Swing States et ailleurs. Ceci n'a absolument rien d'officiel et c'est même scandaleux quand on sait qu'il y a bel et bien de la fraude dans de très nombreux états:

    https://odysee.com/@Vivresainement:f/fraude-massive-aux-elections-americaines-censure-youtube:2

    Le médias sont pressés de déclarer Biden vainqueur pour empêcher et décrédibiliser toutes les enquêtes pour fraude qui sont en cours. C'est une manière indigne d'empêcher tout retour en arrière. C'est comme si les médias se permettaient de déclarer un accusé innocent avant l'issu d'un procès. Voilà où on en est arrivé dans notre monde occidental en totale déliquescence par la faute des mondialistes de gauche comme de droite.

    Macron vient de féliciter Biden sans attendre le résultats des enquêtes ... ce même Macron qui nous dit que le président Lukashenko doit démissioner, car selon Macron et l'UE il a été élu grâce à la fraude.

    Il y aurait donc une bonne fraude et une mauvais fraude? Expliquez-moi!

  • Est ce qu'il est normal que dans certains états il n'est pas nécessaire de présenter sa carte d'identité pour voter??? On peut donc voter 60 fois sans problème!

  • Il ne faut pas vendre la peu de l'ours...

    Trump n'a pas encore perdu... Il y a de très sérieuses procédures engagées sur des cas de fraudes massives. Et, si l'on en croit le psychiatre américain Steve Pieczenik proche de la CIA, le camp démocrate a de très sérieux soucis qui l'attendent... des pièges anti-fraude auraient été tendus et ils sont tombés dedans comme des gamins... à suivre.

    [ https://bit.ly/3eA63Y5 ]

  • Merci monsieur Décaillet pour avoir mis quelques points sur les i. A l'heure où nombre de personnes prennent des vessies pour des lanternes, les éclairer à la lumière des faits leur donnerait une vue objective. Bon dimanche

  • Au moins, vous n’avez pas peur de déplaire! Cela est une grande qualité pour un journaliste et montre votre indépendance d’esprit! Bravo!

  • Nous vivons des temps objectivement historiques. On le voit avec tous les dirigeants occidentaux qui félicitent déjà Joe Biden comme nouveau président (y-compris le premier-ministre israélien, c'est pas la reconnaissance qui l'étouffe, celui-là) , alors qu'il n'a pas été officiellement confirmé (sauf par les merdias) et que des recours sont toujours activés. C'est simple, nous voyons devant nos yeux un coup d'état mondial se dérouler, avec l'établissement qui tente de faire avancer encore plus l'avènement d'un monde définitivement globalisé et normalisé. Et je pense que cet établissement va commencer à devenir vraiment méchant envers les gens comme nous, avec notamment une presse monolithique qui ne nous donnera plus qu'une information "rochebinisée" et des réseaux sociaux qui nous banniront (je ne sais pas pour vous, mais d'avoir vu Jack Dorsey répondre comme il l'a fait à Ted Cruz a fait naître chez moi une profonde haine, une haine froide et rationnelle, envers ces grands "moguls" du net). Prochaine étape, la fin de la monnaie physique et le bannissement également des moyens de paiement pour les cas les plus "graves" (par exemple, le fondateur du réseau social Gab est banni à vie de tout système de cartes de crédit, ce qui équivaut à une mort sociale). Ne parlons même pas de l'accès aux armes: si Biden est confirmé, cela entraînera forcément dans tout l'Occident un processus similaire à ce qui s'est passé au Royaume-Uni et plus récemment au Canada et en Nouvelle-Zélande. Et si le système arrive à truquer une élection aux USA, imaginez bien que des résistants aux NOM comme Orban ou Bolsonaro ne feront malheureusement pas long feu, étant donné l'apathie et la stupidité de la majorité des gens (sans oublier la lâcheté attentiste de la droite classique). Et plus largement au niveau métapolitique, ce qui est probablement le plus important, même si c'est diffus et que peu de gens arrivent à le comprendre, c'est que si le "trumpisme" au sens archétypal est défait, ce sera le règne du "normisme", pour très très longtemps, avec tout ce qu'il entraînera de terrible en matière de chute anthropologique et de destructions des structures. Je pense qu'à terme, il va nous falloir réapprendre à nous battre et à être méchant.

  • Regarder en détails les résultats est très très instructif ! si on regarde les cartes couleurs (bien présentées sur le site cnn.com ) on voit que pratiquement partout - et surtout dans les états clés - Biden gagne les grandes villes et Trump tout le reste de l'état. Or ce sont précisément les grandes villes qui donnent lieu à ce simulacre d'élection qu'est le vote par correspondance. O
    La suisse connaît ce système mais les bulletins non-arrivés avant la fin du scrutin (dimanche midi) ne sont pas pris en compte. Or en Pennsylvanie, les bureaux, sous la responsabilité démocrate, ont continué d'accepter et de compter les votes arrivés mercredi, jeudi, vendredi , samedi donc bien après le scrutin "officiel". ET, bizarre vous avez dit bizarre, ces derniers votes sont TOUS, oui vous ne rêvez pas, tous en faveur de Biden.
    Mais pour revenir au début de mon commentaire on assiste, comme partout à une cassure entre les grandes villes (écolo-gauche) et le reste du pays (plus partagé.
    La responsabilité du mode de scrutin étant laissée aux états (machine à voter, bulletin papier, ou autre mode) on assiste en fait à 50 élections présidentielles selon des modes et des pratiques fort différentes d'un coin à l'autre des usa.
    Pour ma part, même si Biden semble finalement devoir l'emporter, le vrai vainqueur est le trumpisme qui a réussi à mobiliser un nombre impressionant d'américains. On peut (ici) se moquer de Trump mais on ne saurait mépriser ses électeurs avec la condescendance affichée ici et là sur nos media.
    On saura - bien plus tard (trop?)- ce qui s'est réellement passé dans ces états clés, tout comme on l'a su pour Kennedy, pour G.W. Bush, et peut-être d'autres encore.

  • Une moitié des américains a changé la couleur de sa voiture et croit qu'elle va rouler beaucoup mieux. L'autre moitié qui roule en 4X4 depuis longtemps sait qu'au delà des apparences c'est surs des chemins embourbés qu'il va falloir continuer d'avancer. Le vieux routard de la politique qui roule en "Sedan deville" depuis près d'un demi-siècle, accessoirisé de son sourire de jour d'anniversaire et de son pas sautillant de gazelle ne pourra pas faire grand chose dans le bourbier qui l'attend. Que sa plaise ou non aux électopédaleurs de la RTS.

  • Magnifique victoire de Joe Biden contre un président sortant. Il a été chercher ce succès avec les dents et calmement. Il gagne dans des Etats républicains et récupère ceux gagnés par Trump en 2016. 4 millions de voix en plus contre un très bon score de Trump avec une magnifique participation qui honore les Américains. 74 millions de votes d'espoir contre 70 millions de votes de peur et de chimère. Effectivement le Trumpisme n'est pas mort... il n'a jamais existé en tant que pensée politique, il est mort né.
    Parler de guerre, d'opposer systématiquement les souverainistes aux cosmopolites, refuser le débat, aiguiser les couteaux...Seigneur ! Quel programme.
    Joe Biden a gagné parce qu'il a rassemblé et rassemblera encore. Trump était trop clivant et diviseur. Les Américains n'aiment pas beaucoup les outrances.
    Le prochain test au printemps 2022 en France... quel test ?
    Tout le monde sait bien que Marine Le Pen ne peut pas gagner. Les français ne veulent plus de Macron.
    Le Général Pierre de Villiers vient de sortir un nouveau livre...."l'équilibre est un courage".
    Effectivement il faut du courage pour tenter l'équilibre....comme notre ami Joe.

  • "Joe Biden a gagné parce qu'il a rassemblé..."


    ... parce qu'il a rassemblé des Jeeps vides sur un parking au-milieu de nulle part:

    https://www.youtube.com/watch?v=CgRvRF1SRnQ

  • @ Dominique Degoumois : il est vrai qu'on peut voter sans pièce d'identité dans certains états. Il faudra décliner identité, date de naissance et adresse et remplir un "provisional ballott", un bulletin provisoire, qui sera mis de côté et fera l'objet de vérifications lors du décompte des voix. Chaque bulletin provisoire est vérifié un à un par des jurés qui connaissent bien les procédures.
    Même si cela peut sembler bizarre, cette marge de manoeuvre (voter sans pièce d'identité) a plusieurs raisons:
    - les USA ne connaissent pas la notion d'office de la population/contrôle des habitants/etc... C'est pourquoi il appartient au citoyen de veiller à ce qu'il soit bien inscrit sur les listes électorales. Pour chaque élection/votation. Et vérifier si on est bien inscrit, s'inscrire ou se réinscrire n'est pas simple du tout : les distances peuvent être énormes, heures d'ouverture, etc... (l'espace d'une minute, apprécions notre système genevois qui livre le matériel de vote à notre domicile...). Certains diront même que tout est fait pour décourager les moins bien lotis de voter.
    - prouver son identité aux USA n'est pas une mince affaire: la carte d'identité n'existe pas; la plus grande partie des américains n'ont pas de passeport (ce document coûte cher et ne leur sert à rien s'ils ne voyagent pas à l'étranger); reste le permis de conduire (à condition d'en avoir un). Sinon on demandera d'avoir plusieurs identifications avec photos qui devront concorder, par exemple carte de bibliothèque+carte de transport+carte d'assurance, etc... Il en faut souvent minimum deux, en réalité trois.
    Vous trouverez un petit fascicule sous www.ifes.org, en français, qui explique assez bien les élections américaines. Il date de 2015 je crois mais me semble toujours d'actualité.

  • Pour rebondir sur les registres, les USA ne connaissent pas non plus le principe du registre foncier. Le propriétaire d'un bien-fonds reçoit seulement un titre de propriété. L'absence de registre officiel contribue à expliquer pourquoi il y a eu (et il y a encore) tant de disputes et procès pour spoliations de terres, par exemple les nations amérindiennes ou des familles d'esclaves noirs auxquelles on avait donné un bout de terrain lors de l'abolition de l'esclavage; et quelques décennies plus tard, il s'avère que ce bout de terrain, qui était limite insalubre, est en fait un trésor car en bord de mer (situations rencontrées en Géorgie, Caroline Nord et Sud, etc...).
    Belle soirée

  • @MarieG : pour avoir vécu en Californie, je vous informe qu'il y existe une carte d'identité (format , forme et validité identique au permis de conduire).
    Pas de contrôle réel de la population, c'est vrai ! Donc il est possible pour un parti bien organisé d'aller faire du porte à porte avec des bulletins vierges et de les faire remplir avant de la ramener au lieu de dépouillement, là où le contrôle étant "léger" on ne va pas tout vérifier ... (rappel , c'était déjà le cas lors de l'élection de Kennedy !).
    Pour terminer, chaque état est responsable de l'élection mais à l'intérieur de l'état chaque county organise le vote selon sa volonté propre (machine, papier, lecteur optique, comptage manuel , etc...). Bien surprenant pour nous mais logique pour eux, à chaque pays ses traditions.

  • On devrait obliger la RTS à diffuser cette vidéo claire et impartiale sur les fraudes pour bien montrer à tous à quel point tous nos "journalistes" nous mentent. Asselineau nous donne ici une leçon de vrai journalisme à ne pas manquer et on peut même télécharger le texte en PDF:

    https://www.upr.fr/actualite/biden-president-la-reaction-de-francois-asselineau/

  • Une minorité de "cosmopolite" et de "souverainiste" prône la "guerre". Trump, pour le camp souvaireniste, fait partie de cette minorité. Son instinct politique lui a permis d embarquer les foules. Bravo. L'idée souvaireniste n est absolument pas morte mais elle pourrait s incarner dans un projet plus constructif que celui proposé par M Trump ces dernières années. Défendre sa ligne avec des idées et des propositions associées. Respecter l autre camp. Défendre l ensemble des Américains en ayant le souci des plus faibles. Trump a fait l'inverse, il s est nourri des oppositions et les a alimentés au travers de ses tweets intempestifs et irresponsables....

  • Vous avez bien raison M. Pascal Décaillet de dire:"Le trumpisme n est pas mort". Néanmoins, M. Trump est mort et c est là que le bât blesse. Si la moitié des américains sont pro-Trump, il y a un grave problème là bas au niveau du sens du business, de l hégémonie, de la science, de l honnêteté et de la volonté que les USA vont guider le monde qui lui n est pas ni apte à ni capable à gérer ses propres affaires selon M. Biden, son successeur. M. Trump n était que le chantre qui célèbre un service religieux et il n est pour rien quant au contenu des chants de ladite messe. Pardonnez moi M. Pascal Décaillet de dire que Trump était un commercial un peu voyou.

    Ne rappelle t on pas du dicton qui dit:"On a les Présidents qu on mérite" sauf si le Trumpisme pense toujours que M. Trump n avait pas été élu en 2016 mais qu il serait tombé du ciel comme disait son ex-ministre de l Energie (Energie? oui il devrait savoir beaucoup dans ce rayon!) M. Rick Perry en novembre 2019:" Vous savez, Barack Obama (ndr: que M. Perry déteste...) ne devient pas président des Etats-Unis si Dieu ne l'a pas décrété. Et Donald Trump non plus ».

    Est ce Dieu aujourd hui qui a décrété qui est le nouveau Président dès 20 janvier 2021? Et si le Trumpisme le pense aussi, il doit respecter la volonté de Dieu entre choisir un qui perd et l autre qui gagne ....et basta.. sinon que Dieu fasse alterner entre M. Trump et M. Biden chaque 18 mois comme M. Netanyahou et son ancien rival M. Benny Gantz pourvu que la Justice et la Police israeliennes n attraperaient pas M. le 1er comme celle, peut être, de la Justice américaine contre M. Trump une fois il n a plus l immunité présidentielle...Et la danse de la chaise musicale, n existe t elle pas aussi comme une drôle alternative?

    Bien à Vous M. Décaillet,
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.