Lex Décaillet - Simple, claire, rapide !

Imprimer

 
Sur le vif - Jeudi 19.11.20 - 14.43h
 
 
Les fonctionnaires cantonaux ne doivent pas être éligibles au Grand Conseil.
 
Les fonctionnaires municipaux ne doivent pas être éligibles au délibératif de leur Commune.
 
Les fonctionnaires fédéraux ne doivent pas être éligibles aux Chambres fédérales.
 
Chacune de ces trois catégories doit pouvoir être éligible, sans problème, aux deux autres échelons.
 
C'est quand même pas compliqué à mettre sur pied, ce que je propose là !
 
Citoyennes, citoyens, réveillons-nous ! Les patrons, c'est nous. Pas les profs de droit.
 
La politique a besoin de bon sens et de simplicité. Pas de pisseurs de thèses en circuit fermé. Dissimulant leur carte du PS sous leurs leçons de morale.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 5 commentaires

Commentaires

  • "Les fonctionnaires cantonaux ne doivent pas être éligibles au Grand Conseil."

    C'est qui, qui en 1998 a modifié l'ancienne constitution cantonale pour que, sauf quelques exceptions, les fonctionnaires cantonaux puissent être députés ?

    C'est qui, qui a adopté la nouvelle constitution cantonale pour maintenir le même principe ?

    Les citoyennes et les citoyens !

    Posons la question au peuple. Après tout la nouvelle Constitution cantonale, c'était un paquet ficelé.

  • Cher Monsieur Décaillet,
    Vous avez tellement raison, à quand une initiative pour mettre en place ce que vous suggérez, Genève est malheureusement dirigé par les fonctionnaires comme en France, mais la population s'en rend même pas compte, comme exemple la nouvelle imposition des biens immobiliers pondue par les fonctionnaires des finances certainement de gauche, et pourtant à la tête du département des finances nous avons une personne de droite.

  • Un prof de droit un tant soit peu au fait de principes constitutionnels (tirés de la théorie générale de l'Etat (allgemeine Staatslehre)) devrait, théoriquement, être d'accord avec vous. Par ailleurs, pour parler un langage plus à la mode, accepter des membres de l'administration dans un parlement est, sur le principe, une entorse à une règle élémentaire de "gouvernance" (vous ne pouvez pas rendre des comptes à ceux qui vous rendent des comptes). Mais bon, c'est l'une des évolutions néfastes que nous a values la décennie des années 1990, et qu'il sera désormais impossible d'effacer avant longtemps. Les principes ignorés n'ont pas fini de se venger.

  • < C'est quand même pas compliqué à mettre sur pied, ce que je propose là ! >
    Pas compliqué, non. Ça s’appelle lancer une initiative populaire. Le demos décidera.

  • "Pas compliqué, non. Ça s’appelle lancer une initiative populaire."


    Et en bonus ... réclamer une baisse d'impôts bien populaire, pour le petit peuple et le petit commerce, ... pour que la perte de l'annuité des fonctionnaires bénéficie à tout le monde !

Les commentaires sont fermés.