Commission d'enquête : urgente, indispensable !

Imprimer

 
Sur le vif - Samedi 21.11.20 - 15.54h
 
 
Le pouvoir politique genevois n'y échappera pas : un jour ou l'autre, et le plus tôt possible, une Commission devra mettre son nez dans la chaîne des décisions prises depuis ce printemps, face à la crise sanitaire.
 
Il faudra tout éclaircir, tout établir. Pourquoi le politique, dès ce printemps, s'est-il dessaisi de son pouvoir constitutionnel de décision, en faveur d'une "Commission sanitaire" dépourvue de toute légitimité démocratique ?
 
Pourquoi nous a-t-on, pendant des mois, noyés de courbes, de graphiques, de "nombres de cas", et pourquoi ces données - pour peu qu'elles fussent exactes - ont-elles constitué une sorte de dogme, une vérité révélée, inattaquable ? Qui nous a monté cette propagande d'Etat, sous le paravent d'une gentille donnée d'informations, bien neutre, bien objective ?
 
Qui sont les gens de cette "Commission sanitaire" ? Comment sont-ils arrivés là ? Qui les a nommés ? Le Parlement a-t-il été régulièrement informé ? Les confinements de printemps, puis d'automne, les fermetures de magasins, de cafés, de restaurants, de coiffeurs, ont-ils vraiment joué un quelconque rôle dans la "baisse des cas" ? Peut-on le prouver ?
 
Ces décisions, totalement dramatiques dans leurs conséquences économiques et sociales, sans doute aussi psychiques, n’ont-elles pas été totalement démesurées, dictées par la peur, la méconnaissance, voire par des collusions avec des intérêts dans le monde médical ou pharmaceutique ?
 
Qui, à l'intérieur du Conseil d'Etat, a-t-il été, depuis le début du printemps, le moteur politique de ces décisions, de ces délégations de pouvoir à une "Commission" non-démocratique, de cette instrumentalisation des chiffres, des données, des courbes, pour impressionner l'opinion publique ?
 
Telle sera la tâche d'une Commission d'enquête. Si les partis, le Parlement, le petit monde de la barbichette à Genève, réussit à empêcher la création d'une telle Commission (oh, ils vont s'y employer !), alors il faudra donner toute la puissance du seul véritable souverain dans notre pays : le peuple.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 15 commentaires

Commentaires

  • Vous raisonnez - volontairement, je n'en doute pas - comme si les choses se déroulaient de manière "normale", selon les "règles" habituelles. Or, à l'évidence, on est sorti de la "normalité". Il faut faire exprès pour ne pas voir qu'un Coup d'Etat planétaire est en cours, dont le Covid est le prétexte. Des événements inédits et inouïs se déroulent : fraudes massives coordonnées à l'élection US, désinformation uniforme généralisée et assumée par la totalité des grands merdias qui, en plus, terrorisent les populations, censure effarante de la part des GAFAM (même le président des USA est censuré), système médical corrompu par les big farmas (Lancetgate, interdiction de tenter de soigner précocement les malades avec une molécule à effet placebo dans le pire des cas, etc.), euthanasie sans complexe dans les ehpad français, enfermement de la moitié de la population de la planète, ausweis pour sortir de chez soi en France, poursuite par la police en hélicoptère de 2-3 randonneurs, lois effarantes en France, en Angleterre et en Allemagne notamment, hystérie plus que suspecte en faveur de "vaccins" d'un nouveau type jamais testés sur l'humain et fiancés par un milliardaire malthusien. Et j'en passe. Avec un "Grand Reset" économique imminent (les taux négatifs sont un symptôme d'un système financier à l'agonie) et une "mise au pas" à la chinoise de toute l'humanité. Un Coup d'Etat que l'on peut qualifier de "bolchévique" et... "fractal" : en effet, on le retrouve à toutes les échelles : civilisations, états, régions (cantons en Suisse, Agenda 2030 au Conseil d'Etat VD p. ex.), communes. A Genève, au niveau cantonal : le pouvoir extraordinaire d'une "commission sanitaire dépourvue de toute légitimité démocratique"...

  • Les processus juridiques ne fonctionneront pas. Il n'y aura pas de volonté politique dans ce sens, et le peuple est globalement content de ce qui se passe. Seule une minorité de personnes a perdu quelque chose dans cette aventure, pour l'instant. Tant que les gens n'ont pas encore compris qu'ils n'auront pas de retraite, et qu'ils ne pourront pas faire des croisières, des thalasso et des safaris comme les retraités jusqu'à l'année passée, tant qu'ils n'auront pas compris que l'on ne peut pas exiger simultanément le maintien de "droits acquis" et la décroissance, ils estimeront que tout va bien.

    Ce sont les historiens qui se pencheront sur la situation, qui essaieront de comprendre comment des plans pandémie pouvaient avoir été mis au point au cours de dernières décennies, et encore mis à jour tout récemment (nouvelle loi fédérale en 2012, nouveau plan fédéral en 2018), pour que nous soyons finalement aussi mal préparés. Ils s'étonneront de ces images de mi-janvier 2020 (à une époque où on savait qu'il se passait en Chine quelque chose de grave - le 31 janvier 2020 c'était l'état d'urgence en Italie), des images de mi-janvier 2020, donc, où l'on voit un ministre de la ville, et un du canton, installer des panneaux féminisés dans des rues qui allaient être désertes deux mois plus tard. Ils chercheront des bases légales. Ils chercheront à comprendre.

    C'est un échec beaucoup trop collectif pour faire l'objet d'une commission d'enquête.

  • Et les autres cantons romands on fait du suivisme, parce que Genève donne le "La"... avec le concours du "Quai d'Orsermet".

    D'aucuns l'on déjà dit maintes fois, faudrait rendre cette enclave aux «Shadoks» !

  • « Un Coup d'Etat que l'on peut qualifier de "bolchévique" et... "fractal" »

    En y regardant de très près, ça a toutes les caractéristiques... oui, oui.

  • N'y a-t-il pas eu une motion parlementaire le 5 mai 2020 demandant une commission d'enquête? Qu'en est-il?

  • Voici pour les imposteurs qui gouvernent ce pays tant au niveau fédéral que cantonal. C'est la somme de tous les délires sur les mesures prises par nos exécutifs par ordre chronologique.

    https://youtu.be/vvqhwG3EYfU

    Les mensonges prennent l'ascenseur? La vérité a pris les escaliers, mais là, on arrive à un tournant et il faudra bien que nos exécutifs et ceux qui les ont conseillés payent.
    Peut-être faudrait-il commencer à remettre en état la guillotine.

  • Cerveau-choc a tout compris.

  • @Raphaël Baeriswyl

    Si vous croyez que ''le peuple est globalement content de ce qui se passe'' et que ''seule une minorité de personnes a perdu quelque chose dans cette aventure, pour l'instant'', vous vous trompez.

    Pour le moment il y a encore beaucoup de décérébrés qui croient les mensonges officiels, c'est vrai, et qui pensent, par exemple, que l'hydroxychloroquine n'était pas la solution, et que l'industrie pharmaceutique dit la vérité et veut notre bien.

    Oui c'est vrai qu'il y a des gens qui se laissent faire par ces décisions scélérates. Il y a aussi les sycophantes comme CEDH qui font du zèle au service la propagandastaffel. Mais chaque jour qui passe des secteurs de plus en plus larges de la population sont touchés par la précarité. Il existe encore dans beaucoup de familles des réserves d'épargne accumulées pendant les bonnes années qui permettent à certains de voir venir. Mais c'est un basculement dramatique. Tout l'acquis d'un siècle d'efforts et une prospérité durement gagnée est en train de fondre comme neige au soleil. La paupériastion est générale. Tout le monde est touché, directememnt ou indirectement.

    Pour le moment ceux qui ont encore un salaire ou un revenu ou un bas de laine, retiennent leur souffle, c'est pourquoi il y a un calme... apparent, et trompeur

    Mais la colère gronde.

    Tout cela annonce une révolte, même en Suisse car les Suisses ne sont pas encore devenus complètement idiots. Ils sont massivement en train de se réveiller comme dans les autres pays

    La preuve: le film hold up, qui démontre la vérité, est regardé chaque jour par des millions de gens, aussi en Suisse. Même la télévision, gardienne du mensonge officiel, a du s'en inquiéter et en parler, en diffamamnt bien entendu et parlant de complotisme. Mais ils perdent leur salive, ça ne prend plus. Tout le monde est complotiste désormais car tout le monde ouvre les yeux.

    La tentative de hold up mondial est déjouée puisque les gens ont compris. C'est l'erreur de trop de l'oligarchie. Cette fois elle a ouvert la boîte de .Pandore. A partir de maintenant le pouvoir va perdre le contrôle et la répression ne leur permettra pas de le reprendre

    Les gens vont prendre conscience majoritairement que c'est leur survie qui est en jeu et ils vont se soulever en sortant leurs fourches (au propre ou au figuré) pour chasser les coupables, ou alors ils feront de la résistance passive. Ils feront les deux. ils se révolteront et ils feront de la résistance passive.

    L'ère du popuilisme triomphant commence.

    C'est le peuple qui gagnera, pas Klaus Schwab ni Mauro Poggia..

  • Géographiquement parlant Genève est un peu le croupion de la Suisse!!! Nos structures administratives et sociales sont trop lentes et trop lourdes. et les décisions tardent à venir! La manchette de la Tribune de ce jour "Venir au secours des plus démunis d'entre nous"???? J'espère que l'on ne va pas faire de ségrégation dans l'horreur et que l'on sera capable cette fois, d'aider ceux qui en ont besoin et qui d'habitude n'ose pas demander! A Genève quand on n'ose pas demander on ne reçoit pas! J'ai contacté monsieur Apothéloz pour une dame de 58 ans, amputée d'une jambe, en chaise roulante, expulsée de son logement, parce que le bail était au nom de sa mère partie en EMS! Elle doit dormir dans la rue depuis près d'un an avec son chat sur les genoux! Dans un mail récent je demandais à ce monsieur qu'elle puisse avoir une assistante sociale pour s'occuper de ces démarches administrations, il m'a envoyé aux pives, sans me donner de réponses concrètes! Et des cas de ce genre dans notre république il y en a des dizaines de milliers! Il faudra que nos politiciens se réveillent et vite! Il faut des logements d'urgence pour des gens d'ici expulsés pour milles raisons de leurs logements, entre autre chose! Chacun d'entre nous peut en ce moment aller vers les autres pour aider, mais aussi pour dénoncer ce qui ne va pas!

  • Je n'ai rien à ajouter aux messages de Cerveau-choc et de Raphaël Baeriswyl, ils sont parfaits dans la description d'un véritable coup d'état mondial contre les classes moyennes occidentales (comme tout a déjà été volé, c'est là le seul terrain de razzia qui reste pour l'oligarchie, avec la destruction des petites et moyennes entreprises et bientôt la fin de la propriété individuelle et de la monnaie physique) . J'apprécie vous lire, Monsieur Décaillet, mais il me semble que vous êtes bien trop confiant dans la nature humaine quand vous imaginez que le camp d'en face jouera selon les règles dites "démocratiques". Ces règles, le camp d'en face, les a d'abord utilisées pour nous étouffer, comme il maîtrise quasiment tous les canaux de décision et tous les processus de narration. Et maintenant que nous pourrions invoquer ces règles "démocratiques" pour nous défendre (on voit bien ce que fait notre Parlement des initiatives qui passent), le camp d'en face choisit simplement la voie autoritaire, sous une façade de démocratie et de progrès. Monsieur Décaillet, quand les forces d'intervention de la gendarmerie genevoise débarqueront dans votre studio pour vous arrêter, il sera trop tard. J'affabule ? Regardez simplement ceci, la police allemande qui défonce la porte d'un médecin, parce que celui-ci n'est pas sur la ligne de l'état...

    https://www.shorenewsnetwork.com/2020/11/19/watch-german-anti-lockdown-activist-dr-andreas-noack-arrested-during-livestream/

    ... c'est proprement terrifiant.

  • A propos des écrits de "gilet jaune"
    --------------------------------------------
    Rappelons que "Reductio ad Hitlerum" désigne le procédé rhétorique consistant à disqualifier les arguments d'un adversaire en les associant à Adolf Hitler. Tel est le cas lorsque "gilet jaune" écrit :

    "Il y a aussi les sycophantes comme CEDH qui font du zèle au service la propagandastaffel."

    En effet, la Propagandastaffel désignait des services de propagande nazie et de censure implantés par le régime d'Adolf Hitler en France.

    Autant dire que "gilet jaune", faute d'argument sérieux à l'appui de ses thèses qui, prises dans leur ensemble, sont délirantes, se voit obligé de me nazifier. Ce mode de faire est clairement attentatoire à l'honneur pénalement protégé.

    Pour que sanction pénale il y ait, il faudrait retrouver l'individu en question et donc faire perdre son temps à M. Décaillet, pour finalement constater que l'individu en question est pénalement peu responsable pour être atteint dans sa santé mentale. Ce qui tendrait à démontrer que la covid rend fou, puisque cet individu en a été atteint, sans le prouver pour autant car peut-être que l'individu était-il déjà fou auparavant.

    Mais pourquoi faire souffrir ce pauvre homme que le virus a fait souffrir dans sa chair avant que l'atteindre dans ses biens, qu'il défend férocement ? Pourquoi faire souffrir cet homme qui a besoin de personnifier les sources de sa souffrance en désignant ceux qui l'ont privé du médicament qu'il considère comme miracle, ou en désignant telle personne physique légitimement élue, qu'elle soit fédérale ou cantonale, pour finalement devoir recourir à un scenario complet de persécution généralisée pour expliquer sa souffrance. Pauvre homme.
    Comme quoi on peut être fou en étant un parfait honnête homme.

  • Les fleuristes sont ouverts..... Nous sommes sauvés! Pas déenterrements... mais des fleurs! Pas de mariages ni réceptions... mais des fleurs!?

    Je cherche l'erreur :))))

  • Naturellement lire: « d’enterrement »

    La récolte..... commence

  • @ D.Devoumois

    Il fallait l’accompagner dans le service social de son quartier, et suis certaine qu’une assistante sociale se serait occupée de cette dame. Il n’y a aucune raison que cela soit le contraire, à moins de n’être à disposition que des migrants qu’on loge gratuitement dans les hôtels!? Faudrait-il que les citoyens dans la précarité revendiquent leurs droits avec violence comme avoué par des assistantes sociales qui s’exécutent souvent sous la menace? Des témoignages en ont fait état dans un article la TdG d’il y a quelques temps .

    Je profite de ce deuxième passage pour corriger: « d’enterrements « 

  • @ Patoucha

    Nul besoin de cérémonies pour vous faire tenir des fleurs.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel