C'est nous les patrons : vive le peuple !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 25.11.20

 

« Nous sommes ici par la volonté du peuple, et n’en sortirons que par la force des baïonnettes ! ». La phrase de Mirabeau, lors du Serment du Jeu de Paume (20 juin 1789), résonne en moi, depuis l’enfance, comme l’une des plus belles jamais prononcées dans l’espace politique. Elle sonne au fond, plus encore que la Prise de la Bastille (14 juillet 1789), le vrai lancement de la Révolution française, que j’ai toujours considérée comme l’enchaînement d’événements le plus important de l’Histoire. Elle sonne la charge, parce qu’elle affirme la primauté du peuple, par la voix de ses représentants, sur toute chose. L’exact inverse, donc, de la Monarchie absolue, où le souverain est quasiment d’essence divine. Le contraire, surtout (parce que le bouleversement est plus structurel), du système de castes, avec la Noblesse et ses privilèges, le Clergé qui les partage, le Tiers-Etat qui tente de survivre.

 

Je suis un Suisse passionné depuis toujours par la Révolution française. Mais aussi par ses suites chez nous, en Suisse romande : la République Helvétique (1798), l’essor des mouvements républicains sous la Restauration, qui sont les ancêtres des radicaux, et surtout le bouleversant « Printemps des Peuples », en cette année 1848, la plus importante de toutes, qui marque le début de la Suisse fédérale, la Suisse moderne. J’ose dire que les événements du treizième siècle, autour de 1291, avec toute la part du mythe qui le dispute à l’Histoire vérifiée, me touchent moins. Mais enfin, je suis Genevois d’origine valaisanne, ou Valaisan de Genève si on préfère : dans les deux cas, mes ancêtres (de Salvan ou d’Orsières) ne sont pas Suisses avant 1815 ! Le treizième siècle, dans cette mémoire-là, intellectuelle, familiale, spirituelle, affective, c’est vraiment très loin. Si j’étais originaire de Stans, Sarnen, Glaris, Appenzell ou Herisau, je verrais assurément les choses autrement. L’Histoire suisse, c’est le choc dialectique de ces deux champs de références : le treizième siècle, le dix-neuvième.

 

En Suisse, nous avons encore mieux que la démocratie représentative, celle de Mirabeau : nous avons la démocratie directe ! Et là, il faut rendre hommage, j’en conviens, à des traditions plus ancestrales que le Siècle des Lumières, celles des Landsgemeiden par exemple, même si nos droits populaires modernes datent de la fin du dix-neuvième siècle. J’aime la démocratie directe, passionnément, parce que, comme dans la phrase sublime de Mirabeau, elle rend hommage à ce qui vient d’en bas. Non plus seulement le choix des personnes, mais celui des thèmes ! Hommage absolu au fleuron de nos droits : celui d’initiative, qui permet à une poignée de citoyennes et citoyens d’interpeller, un beau dimanche, la totalité du corps électoral suisse !

 

Telles sont nos valeurs. Tel est notre trésor commun. Dans le beau temps comme dans la tourmente, dans la santé comme dans la crise sanitaire, ne renonçons jamais à exercer la démocratie. C’est nous les patrons : vive le peuple !

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 7 commentaires

Commentaires

  • On pourrait aussi se rappeler Murat et son « Foutez-moi tout ça dehors ! »

  • Beau texte ! Je le copie et le garde !
    Moins historique mais significative pour moi, la phrase qu'a prononcée Uli Maurer, alors Président de la confédération : "Je suis l'employé du peuple."
    Une phrase, en résonance avec le titre de votre papier, que l'on n'est pas prêt d'entendre dans la bouche d'un(e) socialo !

  • Bientôt chez nous ?

    https://twitter.com/YellowCube7/status/1331572386005540865

    PS: moi qui croyais que l'Australie était un pays "cool". Bon, encore un pays qui n'aura jamais mon argent de touriste.

  • Très bien dit.

  • Dites nous tout. La famille Décaillet de Salvan et Orsières, Jeune Suisse ?

  • @Un-Ours
    J'y ai fait plusieurs séjours, généralement en route pour la Papouasie Nouvelle-Guinée, j'y ai quelques très bons amis. A part cela je peux dire avec regret qu'à part les animaux non humains, ses habitants ne valent pas mieux que les Suisses, et comme je suis Suisse, je dirais même qu'ils valent un peu moins.
    P.S. Pardonnez-moi, amis australiens, mais un certain "esprit de corps" est indispensable à la survie. Mais il est évident ces jours-ci que Maradona est un dieu.

  • "Je suis l'employé du peuple."

    C'est... éééééénorme ! comme dirait Fabrice Luchini... ééééééééénorme !!!

    ... ah que, je suis d'accord ! comme dirait...

Les commentaires sont fermés.