Giscard, fauve politique et rêveur mélancolique

Imprimer

 
Sur le vif - Mercredi 02.12.20 - 23.12h
 
 
 
Giscard est mort, je l'apprends à l'instant. J'avais seize ans à son élection, vingt-trois à son départ, c'est une partie de ma jeunesse qui s'en va, comme pour tous ceux de ma génération.
 
Il y aurait tant à dire sur cet homme, allons à l'essentiel. Une brillante intelligence. Une connaissance parfaite des rouages de l'Etat. Un engagement européen, du temps où cette aventure-là était très belle, parce qu'elle reposait sur la réconciliation franco-allemande. Le couple formé par Valéry Giscard d'Estaing et Helmut Schmidt (que j'ai eu l'honneur d'interviewer à Hambourg, en 1999) était remarquable, doublé d'une très belle amitié entre les deux hommes.
 
Député à 30 ans (1956, l'année de la vague poujadiste), Secrétaire d'Etat en 1959, Ministre des Finances du Général de Gaulle, puis de Georges Pompidou, Président de la République de 1974 à 1981, VGE dit "Au revoir !" aux Français en 1981, il n'a que 55 ans. Il hantera encore longtemps la vie politique, mais plus au niveau suprême.
 
Très proche des gaullistes de gauche (eh oui !) dans ma jeunesse, puis mitterrandien, j'ai mal perçu Giscard lorsqu'il était au pouvoir. La droite orléaniste n'est pas mon fort, le libéralisme encore moins. Avec le recul, je m'en rends compte depuis quelques années, j'ai été, sur le moment, trop sévère envers cet homme aux éclatantes qualités intellectuelles, qui rappellent celles d'un André Tardieu, dans l’Entre-deux-guerres.
 
Pendant toutes les années 1974-1981, j'étais abonné au Nouvel Observateur, qui accompagnait la montée de la gauche vers le pouvoir, et qui cassait du Giscard à longueur d'année. Nous n'avons pas reconnu la classe de l'homme, son intelligence diplomatique dans la question européenne, son savoir-faire avec l'Allemagne, son ouverture réelle sur les questions de société. Nous avons eu tort. J'ai eu tort.
 
Et même son orléanisme, son libéralisme façon Second-Empire, ses accents d'enrichissement à la Guizot, nous les avons caricaturés, je m'en suis rendu compte en vieillissant. Car entre Giscard et les petites frappes de l'ultralibéralisme financier des années 1990, puis 2000, il y avait un monde, qui s'appelle l'Etat. VGE en était issu. Il a été un homme d'Etat, il a fait ce qu'il a pu, malgré les chocs pétroliers, la montée du chômage.
 
Cet hommage, écrit à vif, arraché à ce début de nuit, est donc aussi l'histoire de ce qui fut, de ma part, et de beaucoup de mes contemporains, une profonde incompréhension face à un homme étiqueté comme un défenseur des seules valeurs pécuniaires, ce que manifestement il n'était pas.
 
La France perd un homme d'Etat. Un fauve politique de première catégorie. Un rêveur mélancolique, bercé dès la naissances de tant de fées. Peut-être trop. Il nous reste une grâce, un style, une intelligence, au service de l'Etat. Au-revoir, Monsieur VGE.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires

Commentaires

  • Brillamment écrit Monsieur Décaillet, bravo et félicitations !

  • Le plus important n'est pas dit ici, ce fut l'homme du regroupement familial (sous l'influence active de Simone Veil), bref un des plus actifs et efficaces fossoyeurs de la France. Comme on m'a appris que l'on ne dit pas du mal des morts, je m’arrête là.

  • Ce que je ne savais pas...

    https://www.fdesouche.com/2020/12/03/quand-giscard-denoncait-linvasion-migratoire-en-1991/

    ... mais le mal était fait, la brèche déjà trop large.

  • Malgré le premier choc pétrolier, il fut, en un sens, le dernier président de gauche. En effet, c'est sous Giscard que la croissance des salaires les plus faibles fut la plus importante sans que cela ne le soit des salaires et revenus les plus élevés. Comment a-t'il fait au vu du premier choc pétrolier ? En en donnant plus au travail et moins au capital. Il y a quelques années un candidat de gauche faisait remarquer qu'il n'y aurait pas de problème de retraite en France si l'on retrouvait la même répartition qu'au temps de Giscard. Et il avait raison. Giscard dernier président de gauche pour les travailleurs.

    @Ours
    Exact, mais il a reconnu son erreur. Et c'est aussi celle de ceux qui l'on suivi en n'y changeant rien alors qu'ils en avaient la conséquence sous les yeux.

  • Sa famille a annoncé qu'il était décédé suite au Covid19...

    Par décence on ne mettra pas en doute cette affirmation; mais, en en y regardant de plus près, c'est tout bénéf pour la classe politique de son bord au pouvoir.

    Une "maousse" raison de plus, pour le gouvernement français de prolonger sa gestion ubuesque de la crise.

    Après les absurdités émises par le premier ministre à propos des Français qui voudraient aller skier en Suisse... cette illustre «victime» du Covid tombe à pic !

  • Et coureur - nocturne - impénitent :)

    « Et qui cassait du Giscard à longueur d’année »

    Comme pour Trump !

  • Zemmour ici...

    https://www.lesalonbeige.fr/zemmour-giscard-a-favorise-une-societe-de-lindividu-qui-va-aboutir-a-la-tyrannie-des-minorites-contre-linteret-general-il-a-instaure-le-regroupement-familial/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=zemmour-giscard-a-favorise-une-societe-de-lindividu-qui-va-aboutir-a-la-tyrannie-des-minorites-contre-linteret-general-il-a-instaure-le-regroupement-familial

    ... implacable sur le désastre pour la France Giscard.

Les commentaires sont fermés.