L'allume-cigare

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 02.12.20

 

Tout le monde le sait, tout le monde le dit : le Conseil d’Etat, depuis les premiers jours de la crise sanitaire, ce printemps, a pris beaucoup trop de pouvoir à Genève. Directives, ukases, puissance d’une bureaucratie sanitaire à laquelle nul ne semble s’opposer, conférences de presse où le pouvoir exécutif, sans appel, a pris l’habitude de délivrer ses décisions, sans le moindre antagonisme en face, Parlement en veilleuse, opinion publique patiente ce printemps, beaucoup moins cet automne.

 

Cette situation ne peut tout simplement plus durer. Regardez-les, ces conférences de presse, où des Conseillers – et Conseillères – d’Etat nous font la leçon, à nous le peuple souverain, nous parlent comme des régents, ou des maîtresses d’école, nous tapent sur les doigts, nous infantilisent. Et personne, en face, pour les contredire !

 

Personne, et surtout pas le Parlement ! Il s’est refusé à lui-même les moyens de contrôle que certains de ses membres lui proposaient, notamment des Commissions d’enquête. Nos députés sont bien gentils, mais il faudrait peut-être leur offrir à chacun « L’Esprit des lois », de Montesquieu. Leur rappeler que les pouvoirs sont séparés. Que le contrôle de l’action du gouvernement constitue pour eux une mission obligatoire, au nom du peuple, et non une option, comme un allume-cigare dans une voiture neuve. Trop de députés, sur les cent du Parlement, semblent ignorer l’essence même, depuis la fin du dix-huitième siècle, de leur Chambre. A nous, le peuple souverain, de le leur rappeler. Avec une certaine férocité.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 3 commentaires

Commentaires

  • Exactement. Le parlement a disparu, sauf pour signer les chèques qu'il tire sur nos comptes.

    Trois vices fondamentaux.

    - La loi fédérale sur les épidémies et son article 40 sur lequel repose les compétences cantonales. Article 40 qui dit au canton de faire ce qui est utile sans plus de précisions. Qui donc lors de la votation référendaire a contesté cette loi ? Qui parmi les candidats au Conseil d'Etat ?

    - La loi cantonale sur la santé et son satané article 127, qui donne compétence. pour adopter la réglementation fondée sur l'article 40, au médecin cantonal ! Pas au Grand conseil, pas au Conseil d'Etat, pas à un département, au médecin cantonal le pouvoir d'édicter des restrictions de liberté concernant toute la population et sur une base floue ! Certes le Conseil d'Etat a évoqué à lui ces questions, et c'est tant mieux. Mais qui s'est offusqué de cette compétence législative attribuée au médecin cantonal ? Qui s'est offusqué que le Conseil d'Etat devienne législateur ? Quel candidat au Conseil d'Etat a proposé les modifications qui s'imposent (ratification par le Grand conseil par une loi soumise a référendum, par exemple) ?

    - Le contrôle judiciaire est mort. Non par inexistence mais par lenteur et donc inutulité, Pourquoi ? Jurisprudence discutable mais constante et connue de tous les avocats et loi cantonale sur la procédure administrative. Qui s'est élevé contre cette lacune, contre l'absence d'un référé-liberté ou d'une procédure équivalente ? Qui parmi les candidats au Conseil d'Etat a proposé une modification législative ?

  • "La loi cantonale sur la santé et son satané article 127, qui donne compétence. pour adopter la réglementation fondée sur l'article 40, au médecin cantonal !"


    Le-La-Lalala médecin-e cantonal-e, sur qui le pouvoir politique se décharge pour tâcher de préserver ce qui peut l'être de la symbolique de l'appareil politique lorsque la katastropherie le met à l'épreuve.

    A la manière du Général.

    Euh ... non. Pas celui-là.

    Celui-ci ...

    https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/019083/2020-02-10/

    Si le Général a réussi lui à insuffler un "esprit de résistance à l'armée et à la population", la médecine cantonale a elle plutôt insufflé un esprit de soumission.

    La question c'est à qui.

    Au pouvoir politique ?
    Au pouvoir financier ?
    Au pouvoir religieux ?

  • Incidemment, le médecin comtonal du compté de Los Angeles vient de déclarer que ne pas porter un masque est un acte de terrorisme.


    A ce stade, autant déclarer que ne pas porter de préservatif l'est aussi.


    https://www.dailynews.com/2020/11/27/lancaster-calls-special-meeting-to-call-no-confidence-vote-in-ferrer-and-consider-own-public-health-department/

    “If it were up to me, anybody not wearing a mask when they are out in public would be arrested,” Parris said. “That’s an act of domestic terrorism and should be treated like one.”

Les commentaires sont fermés.