Le petit théâtre de l'exécution

Imprimer

 
Sur le vif - Mercredi 02.12.20 - 14.42h
 
 
Les conditions de mise à l'écart de Pierre Maudet par ses pairs, je l'ai dit dès le premier jour, sont totalement inacceptables.
 
Le montage savant du Triste Sextuor, avec leurs mots techniques insupportables, style "diagnostic organisationnel", ne trompe personne. Il y a eu LIQUIDATION FROIDE de l'un des membres du collège par les six autres, parmi lesquels un quarteron d'ambitieux qui veulent augmenter leur influence, à l'interne.
 
Face à ce coup de majesté, Pierre Maudet - quelles que fussent ses errances passées - est parfaitement en droit de se rebeller. Et son avocate, de soutenir sa défense. Les grands airs pénétrés du Triste Sextuor, avec cette fausse douceur de certain(e)s, ne sont que de la piètre comédie.
 
À cet égard, le flux direct offert, chaque mercredi, au Conseil d'Etat pour qu'il s'exprime sans filtre, sans médiateurs, sans questions dérangeantes, se retourne contre lui. Le public est de moins en moins dupe de ce petit théâtre de l'exécution.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Le plus pitoyable dans cette affaire aura été l'attitude entendu de Mme Fontanet et celle de l'incongru de cet aréopage Hodgers grâce à qui nous avons perdu la présidence unique, en raison de son inégalable médiocrité.
    Sans parler du reste de clique qui est tout aussi nuisible à la république qu'un essaim de frelons à une ruche ouvrière.
    Cette élection à venir devrait remettre en jeu la totalité de ce gouvernement.
    Une chose est certaine, à ce stade il n'y a guère que Maudet qui tienne la route. Les autres sont des faire-valoir, au mieux.

Les commentaires sont fermés.