Pas dans dix mille ans !

Imprimer

 
Sur le vif - Jeudi 10.12.20 - 11.00h
 
 
Dans le décryptage du réel en politique, j'aime avoir quelques longueurs d'avance. Je suis, depuis toujours, pour une conception vive, réveillée, simultanée, de mon rôle de commentateur. Parce qu'arriver après tout le monde, cinq ans après, une fois que les acteurs ne sont plus au pouvoir, qu'il n'y a plus d'enjeu, plus de prise de risque, plus de danger... Je laisse à d'autres. Innombrables, au portillon. Les courageux de la 25ème heure !
 
François Longchamp, c'était du temps de ses réseaux de l'ombre qu'il fallait en parler, pas maintenant. Pierre Maudet, du temps où il faisait valser les fusibles, pas quand il est à terre. Le Triste Sextuor, pire Conseil d'Etat depuis Fazy, équipe grave et préjudiciable pour la République, c'est maintenant qu'il faut souligner ses errances. Maintenant, vous m'entendez, pas demain !
 
Maintenant. Pas dans dix mille ans.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Et si on passait le sextuor à l'audition un à un sur cette affaire Maudet?
    Pascal! Pourquoi vous n'entreprendriez pas de les inviter pour un Talk Show sur Léman Bleu, par exemple: Une émission d'information politique sur des politiques à propos de politiques.


    J'aimerais voir et entendre chacun du sextuor en tant qu'individu, en tant que politique, en tant qu'humain, en tant que leader de quelque chose.

    Pour l'instant, on a l'impression d'avoir dans un panier, six serpents. Ils glissent entre les doigts, ils glissent les uns sur les autres, mais pas un seul ne sait se planter sur ses pattes pour dire son sentiment personnel de la situation. Ce qui n'empêche pas la collégialité dans la gestion des biens publiques.

    Ah! Notre sextuor veut une analyse approfondie du département de P. Maudet! Quelle bonne idée! Qu'on demande la même chose pour les autres six départements.

    Simon Brandt avait fait cette semblable proposition pendant la campagne pour l'exécutif de ville. Ô combien il avait raison de vouloir un état des lieux avant installation au cas où il serait élu.

Les commentaires sont fermés.