Blanc bonnet, bonnet blanc

Imprimer

 
Sur le vif - Samedi 09.01.21 - 12.33h
 
 
Pour moi, un candidat de droite qui accepte la dette, face à une candidate de gauche qui (par nature) accepte la dette, c'est blanc bonnet, bonnet blanc.
 
Deux candidats qui se sont déjà rangés (l'un par une surprenante conversion, l'autre par orthodoxie) au défaitisme financier des deux dernières années de législature. La première, à droite, à se convertir fut l'actuelle Ministre des Finances. Le ton était donné. L'ampleur du passage dans l'autre camp, sans ambiguïté. On l'a vécu à la Mobilité, on l'a vécu aux Finances : de facto, l'actuel Conseil d'État est déjà à gauche !
 
Cette politique de l'endettement constamment creusé n'est pas la mienne, vous le savez pour me lire depuis des années. Je ne veux pas qu'on taxe encore plus les classes moyennes, les indépendants, les petits entrepreneurs, les gens qui se lèvent le matin pour aller bosser.
 
Je n'attends rien de la gauche. Et je constate le passage de la droite libérale (dont je n'ai jamais rien attendu, sauf justement en matière de rigueur financière) dans l'autre camp.
 
Blanc bonnet, bonnet blanc. Dans les deux cas, davantage d'impôts pour les classes moyennes. Je voterai donc pour Jacques Duclos, le 7 mars.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 9 commentaires

Commentaires

  • Voilà comment la majorité des politiciens du centre-droit devrait être traitée:

    https://www.mediaite.com/trump/lindsey-graham-swarmed-by-trump-supporters-at-airport-chanting-traitor/

  • Vous n'y êtes pas. La haute finance veut l'hélicopter money et le great reset. C'est à dire que la notion chère à Pascal Décaillet (et à moi) d'un état qui gère les finances publiques en bon père de famille, cela fait partie du monde d'avant. C'est dépassé d'aujourd'hui, comme le sexe binaire. Ce qu'il peut être rétrograde ce Décaillet. On a inventé (les grands économistes qui donnent le ton) une nouvelle doctrine économique et financière appelée Modern Monetary Theory, selon laquelle il n'y a plus besoin d'équilibrer les comptes de l'état. Il faut vous renseigner messieurs dames. C'est incroyable, je constate que les lecteurs des blogs de La Tribune ignorent les nouvelles tendances intellectuelles dominantes. Les gouvernements peuvent, et même doivent, créer de la monnaie ad libitum pour la distribuer aux gens et ainsi faire tourner la machine à consommer. On remplace la fiscalité et l'endettement, par la création monétaire. Ou plutot on commence par imposer aux Etats un endettement impossible à rembourser (par le confinement et les dédommagements qu'on devra payer) puis quand tous les Etats seront en faillite (même la Suisse, mais la Suisse ayant des réserves ce sera un objectif plus dur à atteindre en Suisse qu'ailleurs) alors on proposera la solution: on transformera la dette en monnaie. Tout le monde, y compris les Etats seront dépossédés, mais tout le monde sera heureux, c'est ce qu'on nous promet, puisqu'on abolira la propriété privée. Pas la richesse. Les immenses fortunes de l'hyperclasse seront préservées. Mais la classe simplement aisée devra disparaître. C'est le nouveau concept communiste promu par les élites de Davos.
    Voir cette vidéo:
    https://m.youtube.com/watch?v=NcAO4-o_4Ug
    L'économie des petites entreprises indépendantes doit disparaître. Plus de cafetiers restaurateurs, plus de commerçants, plus de taxis. Seulement Uber, Amazon, Mac Donald, Starbucks, etc. La classe moyenne doit disparaître. C'est le plan. Les gens doivent rester chez eux confinés et ces multinationales ("responsables" bien sûr et politiquement correctes, gay friendly) leur livreront la marchandise à domicile, par Uber, ou même par drone. Mais alors, me direz-vous? Comment les gens vont-ils vivre si toutes les P.M.E pourvoyeuses d'emploi comme les restaurants etc., n'existent plus? La haute finance a prévu tout cela. Il y aura un "revenu de base inconditionnel", et aussi un "revenu de transition écologique" qui permettra aux "inutiles" (c'est ainsi qu'ils sont désignés par les grands planificateurs et prophètes du monde d'après comme Yuval Harari) de survivre sans gêner le système de la haute finance. Les inutiles ce sont ceux qui ne trouveront pas leur place dans le monde hyperconnecté, post moderne, transhumaniste, hyperprofitable de l'intelligence artificielle, etc. Ceux là devront recevoir une pitance pour survivre et continuer à alimenter la machine de la consommation. Il faudra que tout le monde ait un iPhone, un iPad, etc. On leur donnera l'argent de poche nécessaire pour ça. C'est ça l´helicopter money! C'est le Revenu Inconditionnel de base que tout le monde acceptera avec reconnaissance, même les ci-devant cafetiers restaurateurs, après que tout le monde aura été ruiné comme les "commerçants non essentiels". Depuis un hélicoptère on arrosera tout le monde d'argent, littéralement, pour qu'il continue à consommer. C'est un prix à payer, raisonnable, pour permettre aux privilégiés de l'économie hyperprofitable du monde d'après de jouir des avantages de la situation. Il y aura deux mondes: les inutiles, au RIB, Revenu Inconditionnel de Base, et les gens bien intégrés dans l'économie hyperprofitable. "Ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien", disait Macron. Ceux qui ne sont rien recevront le RIB, qui sera très chiche,evidemment, faut pas rêver, mais ce sera ça ou crever la bouche ouverte. Alors tout le monde acceptera. Mais d'abord il faut à tout prix que les retardataires comme les commerçants et artisans, les cafetiers restaurateurs, etc., les gens indépendants qui ont un bas de laine, donc sont dangereux pour le projet, soient complétement supprimés, éradiqués, ruinés, puis réduits au revenu inconditionnel de base comme tout le monde. Bref il faut réduire la classe moyenne en esclavage. C'est le projet, je vous dis. Et on pourra compter sur toutes les nunuches progressistes vertes pour se faire les avocates de ce monde nouveau et merveilleux où on rasera enfin gratis. L'utopie réalisée, enfin.
    Bien sûr que la gauche et la droite c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Qu'est-ce que vous croyez? Dans le monde issu de la révolution française c'est la haute finance qui est sacrée. La haute finance veut l'hélicopter money et le great reset. Elle veut la mort de la classe moyenne. Alors la gauche et la droite obéissent. Ben voyons, la gauche et la droite appartiennent à la haute finance toutes les deux. C'est bien normal.

  • @ Longeole

    - "Comment les gens vont-ils vivre si toutes les P.M.E pourvoyeuses d'emploi comme les restaurants etc., n'existent plus?"

    En réalité vous défendez votre intérêt personnel. C'est tout. Si la restauration est pourvoyeuse d'emploi, elle l'est essentiellement pour des étrangers.

    La Tdg du jour rapporte :

    "Les préoccupations de la branche ne sont pas nouvelles, souligne pour sa part la «SonntagsZeitung». Même avant le déclenchement de la pandémie, la plupart des restaurants suisses se portaient mal. Selon l’enquête 2020 de GastroSuisse, seuls 38% des établissements généraient un rendement suffisant par rapport au capital investi."

    Pourquoi en est-il ainsi ? Parce qu'il y a trop de troquets. Certes, le covid-19 est une subite remise à l'ordre. Mais les entrepreneurs, qui ont choisi de ne pas être employé, doivent subir les conséquences de leur choix.

    Quant aux employés étrangers, s'ils ne retrouvent pas d'emploi et n'ont pas de moyens d'existence suffisants, ils devront quitter la Suisse, comme en 1974. Cela sera plus lent qu'en 1974 pour les citoyens européens, qui auront une plus grande chance de ne point quitter la Suisse aux termes de la lettre et de l'esprit de l'ALCP, sauf pour les frontaliers.

    Les établissements en nombre diminué auront plus de clients, seront plus rentables, pourront mieux rétribuer leurs employés. Sans compter que les contribuables n'auront plus à payer un surcroît d'impôt pour compenser le fait que les employés sous-payés du secteur ne peuvent pas en payer, subventionnant par là chroniquement ce secteur.

    - Et oui, des établissements il y aura encore. Ceux qui seront là le printemps venus auront plus de clients que jamais. Le monde que vous décrivez n'adviendra pas et ne vise qu'à inspirer la terreur afin d'obtenir ce que vous voulez :
    La liberté de mettre en danger votre prochain.
    Des subventions.
    De l'hydroxychloroquine.
    Une surpopulation corvéable.
    Bloquer tout progrès technologique pour conserver vos avantages.
    Des changements politiques vous servant.

    - Vous semblez soutenir qu'il adviendra deux classes : les hyperpropriétaires et les inutiles. Pourtant vous mentionnez ceux qui s'y retrouvent dans un monde d'intelligence artificielle, de transhumanisme, etc... C'est-à-dire dans ce qui fait une nouvelle révolution technologique. A vrai dire deux révolutions qui se superposent.
    Ces personnes forment elles une troisième classe, ou alors a laquelle des deux classes la raccrochez vous ? Ne serait-ce pas la nouvelle classe moyenne ? La classe pauvre connaissant une nouvelle pauvreté : la non-pauvreté humaniste.
    Connaissez-vous une révolution technologique qui n'ait pas purement et simplement laissé tomber ceux qui ne pouvait s'adapter à la nouvelle technologie ? Moi non. Alors celle-ci, qui n'abandonne pas les plus mal lotis, n'est pas à rejeter.
    Seuls rejettent la transition ceux qui s'accrochent à leurs privilèges acquis sous l'empire de l'ancien contexte technologique. Et tel est votre cas.

    Enfin, tout cela en se situant dans votre cadre de pensée. Parce que -3 % de PIB en 2020 (premier choc pétrolier : -7 %) et +3 % en 2021 augure plutôt d'un retour au "business as usual" avec quelques perdants et quelques gagnants, la crise covid-19 n'ayant fait qu'accélérer le cours des choses.
    Dès lors la Suisse doit
    - Ne pas perdre sa réputation et son âme en laissant la surmortalité croître;
    - Se garder de subventionner les canards boiteux;
    - Réguler en douceur (l'ALCP le commande) mais fermement (l'ALCP le permet) sa population étrangère.

  • "Même avant le déclenchement de la pandémie, la plupart des restaurants suisses se portaient mal. Selon l’enquête 2020 de GastroSuisse, seuls 38% des établissements généraient un rendement suffisant par rapport au capital investi.""


    Vous voulez plutôt dire par rapport aux loyers exigés par les détenteurs des actifs immobiliers, n'est-ce pas ?

  • @ Chuck Jones

    "Rendement par rapport au capital investi." Et donc non par rapport au loyer exigé.

    Le loyer ne fait d'ailleurs pas partie du capital investi mais des charges. Pareille confusion met en exergue que le fait certains que ne sont pas fait pour être entrepreneur.

  • @ CEDH, votre aigreur répétée envers les petits entrepreneurs, en particulier les cafetiers et autres restaurateurs, que vous qualifiez de "troquets", qui devraient assumer seuls leur choix d'être indépendants, ne pas se plaindre et cesser d'exploiter les étrangers, devient vraiment déplaisante.
    Qu'avez-vous contre les indépendants ?
    N'y a-t-il que les salariés, publics ou privés, et autres rentiers qui trouvent grâce à vos yeux et méritent aide et considération ?

  • @ Pierre-Alain Tissot

    Faut-il applaudir l'un des secteurs qui fait appel le plus à des "sans-papier" et, ainsi, sombre plus qu'à son tour dans la délinquance ?

    Faut-il applaudir un secteur qui a dû relever ses salaires en suite de l'introduction du salaire minimum voulu par le peuple de Genève ?

    Faut-il soutenir économiquement ceux des exploitants de troquets, nombreux, qui de toutes les manières auraient disparus en 2020 sans le covid-19 ?

    Faut-il soutenir un secteur qui fait appel à une main d'oeuvre mal payée, peu qualifiée, déserté tant faire se peut par les suisses et qui, ainsi, favorise une immigration qui provoque des problèmes d'infrastructures, d'occupation du territoire et l'augmentation des loyers au détriment de la classe moyenne autochtone ?

    Devrait-on soutenir par une intervention ponctuelle un secteur à faible valeur ajoutée qui est chroniquement soutenu par nos impôts puique nous devons compenser ceux que leurs employés ne peuvent guère payer ?

    Ne devons nous pas mettre fin à cette subvention indirecte à la charge des payeurs d'impôts ?

    Vous réponses sont oui, moi non. Et bien subventionnez les de vos deniers. Quant à votre déplaisir, je le regrette pour vous, mais, comme le dit l'adage, il n'y a que la vérité qui blesse.

    Enfin, approuvez vous la déclaration radiophonique du vice-directeur de l'USAM qui estime que ceux qui décèdent du covid-19 ont fait leur temps ? Où est votre protestation au sujet de cette déclaration ? Et celles des gastrochoses ? En ce qui me concerne je la trouve odieuse.

    Au surplus, pourquoi entretenir la confusion entre TPE et troquets ?

  • IMPORTANT:

    Tout citoyen digne de ce nom devrait s'intéresser au GREAT RESET ou si vous préférez "la grande réinitialisation", car c'est un projet titanesque dont le but est de changer complètement nos vies et notre civilisation. En fait, il a déjà commencé depuis longtemps (la cancel culture en fait partie par exemple). Ce qui nous attend désormais c'est l'estocade finale, mais chez nous quasiment personne n'est au courant.

    Ouvrez donc les yeux en lisant ce court article où vous apprendrez que le plan des mondialistes est le suivant, comme le dit Klaus Schwab, Président et fondateur du World Economic Forum, ou Forum de Davos.

    “« Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses vont revenir à la normale. La réponse est : jamais », « Cela n’arrivera pas parce que cela ne peut pas arriver »

    Voici l’article:

    https://www.cnip.fr/great-reset/

    Puis, si vous ne croyez toujours pas ce que vous avez lu, écoutez donc Klaus Schwab vous le dire de vive voix:

    https://www.youtube.com/watch?v=2Pa78aEyajc

    Et si ça ne vous suffit toujours pas, vérifiez par vous-mêmes dans le livre de Klaus Schwab (version française) que l'on peut télécharger ici gratuitement:

    https://drive.google.com/file/d/1r5omofAb7lvh8DzKwFhPIRQfKCDf3psU/view

    Ensuite, écrivez à la RTS pour demander aux journaleux de service pourqoi ils n'en parlent pas au JT et n'y consacrent pas au moins une émission Infrarouge (qui de toute façon serait biaisée comme toujours). Ils vous répondront que c'est une théorie du complot et qu'il ne faut pas diffuser de Fake News. Alors, complètement rassuré par la bonne parole, vous pourrez continuer à mener votre petite vie pépère, jusqu'à ce que ... mais ça c'est une autre histoire qui sera beacoup mois drôle. Certains de l'autre côté de l'Atlantique viennent à peine de commencer à comprendre.

  • @Boudica

    On appelle cela du progressisme et je m‘arrête là!

Les commentaires sont fermés.