Religions antiques : comme mille lumières

Imprimer

 
Sur le vif - Vendredi 15.01.21 - 17.26h
 
 
Se plonger dans l'Histoire des religions antiques, c'est s'immerger dans une extrême complexité, une infinie variété des cultes, très locaux, qui rompt totalement avec la prétention chrétienne à la totalité. Le mot katholikos, en grec, signifie "universel". Bien qu'issu de ce monde, et avec quelles racines, je n'ai jamais partagé cette aspiration à la religion planétaire.
 
J'ai été éduqué dans le catholicisme, je l'assume totalement, mais tout autant (par un homme d'exception le Père Louis Collomb, aumônier du primaire entre 1965 et 1969), à un RESPECT TOTAL des autres courants spirituels de notre monde. Notamment les deux autres grandes religions du Livre, le judaïsme et l'islam. Et puis, tous les autres, que je connais moins, faute de les avoir étudiés.
 
Ce qui frappe, dans la diversité cultuelle de l'Antiquité (en Grèce, à Rome, chez les Étrusques, etc.), c'est l'absence de prétention à l'unité, même si les courants dits "monistes" (un seul Dieu) apparaissent déjà, dans la philosophie grecque, avant le christianisme. Les dieux sont multiples, les divinités sont locales, les cultes sont villageois, familiaux même, les images racontent les mythes, par exemple sur les vases à figures rouges : l'occasion pour moi de vous recommander à tout prix mon musée préféré à Rome, celui de la Villa Giulia. Mais aussi, les musées étrusques du Latium, ou de Toscane.
 
Cette complexité antique, je l'aime infiniment, depuis que je l'ai fréquentée, dans ma jeunesse. Dans cet univers, ni pape, ni dogme. La pluralité s'exprime, sans Livre saint, juste la modestie familiale des lieux de culte, les variations d'images sur les thèmes de la mythologie. On retrouve l'infinie diversité des papyrus, avec leurs fragments.
 
C'est cela, dans la redécouverte de la Grèce à la fin du dix-huitième siècle, qui a tant frappé les esprits allemands. Un génie de la fulgurance de Friedrich Hölderlin. Mais aussi, plus prosaïquement, des générations de philologues, qui se sont patiemment mis à nous restituer ces textes, en les éditant. Ils méritent notre reconnaissance, par leur plongée dans les particularismes. Ils sont des donneurs de vie. Grâce à eux, la Grèce d'il y a vingt-cinq siècles vient frapper de plein fouet nos âmes d'aujourd'hui. Et cela, c'est un petit miracle, sans cesse recommencé.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Les cités ont toutes leurs dieux, même dans le catholicisme médiéval elles avaient leurs anges ou leurs saints protecteurs distincts, mais l'humanité une a un dieu protecteur unique, à mon avis c'est ce que le catholicisme a essayé d'exprimer à juste titre. Encore à l'époque moderne, des prêtres catholiques tels que Louis Rendu et Pierre Teilhard de Chardin ont espéré un régime de droit public universel à base chrétienne, et des variations coutumières seulement selon les nations, pour ainsi dire comme des anges soumis au dieu unique, quoique existant pleinement, ayant des personnalités propres. N'est-ce pas l'image du fédéralisme suisse - intégrant cantons catholiques, protestants ou "radicaux" ? Car dans le catholicisme, au-delà de la haute pensée universelle, ou en deçà, il y a aussi les coutumes locales des pays ou régions habitués à la soumission aux prêtres romains. Mais vous savez bien, Pascal, que le vrai catholicisme théorique est bien celui de Louis Rendu et Pierre Teilhard de Chardin.

  • Vous avez bien raison Monsieur Décaillet, mais sachez que les gens comme vous se font très rares.

    Si nous ne nous réveillons pas tous très très VITE, il ne restera rien de tout de ce dont vous parlez, car voilà notre avenir et ce à cause de notre lâcheté:

    https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/histoire-litterature-education-les-nouveaux-progressistes-en-guerre-contre-le-passe-126887

Les commentaires sont fermés.