Les réseaux oui, la censure non !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.01.21

 

Je suis, vous le savez, un partisan acharné des réseaux sociaux. Ils ont changé ma vie, je l’assume totalement, comme celle de centaines de millions de gens sur la planète. Grâce à eux, toute personne peut, si elle le souhaite, créer un espace d’expression où elle sera souveraine. Vous y écrivez ce que vous voulez, vous choisissez les thèmes, le fond, la forme, les angles d’attaque, les titres : bref, vous êtes votre propre éditeur. Ainsi, le privilège que j’ai dans ce journal, celui de m’exprimer librement sur un sujet de mon choix, les réseaux sociaux nous l’offrent à tous. Pour peu que nous sachions à peu près nous tenir : respect de la loi, pas de diffamation, pas d’atteinte à la sphère privée, etc.

 

Donc oui, vivent les réseaux sociaux ! On n’y sent peut-être pas l’intimité d’une rédaction, comme dans le journal que vous tenez entre les mains. Mais tout de même : vous y découvrirez l’infinie diversité de l’humanité, avec parfois de très belles plumes, vives, surprenantes, venant de parfaits inconnus : sans les réseaux, comment des talents insoupçonnés auraient-ils pu partager leurs enthousiasmes, leurs connaissances, leurs vibrations face à la vie ? De quel droit des « esprits supérieurs » pourraient-ils se permettre de prendre de haut cet accès de tous à l’expression ? Les puristes du style littéraire n’ont d’ailleurs pas de souci à se faire : les qualités de plume se voient, quel que soit le support, les déficiences aussi.

 

Les réseaux ont fait irruption, et ils vivront. Leur accessibilité à tous, leur immédiateté, leur simultanéité face à l’événement (qui les rapproche beaucoup de mon média préféré, celui auquel j’ai le plus donné dans ma vie, la radio), tout cela donne un vertigineux coup de vieux au bon vieux monde des éditeurs, de livres ou de journaux, des intermédiaires, et même des « rédactions », avec leurs séances lourdingues, leurs pesanteurs, leurs hiérarchies, leurs rivalités internes. Face à ce marécage des ambitions, le réseau est vif, direct, il fuse, il pulvérise les codes.

 

Bref, un espace de liberté. D’où notre stupeur à tous, lorsque nous avons vu un grand réseau mondial couper le sifflet, d’un coup, à un Président américain, comme par hasard au moment où tout le monde le quitte : les courageux censeurs de la vingt-cinquième heure ! Quoi qu’on pense de Trump, cette initiative catastrophique jette une ombre. D’autant plus avec la chasse aux sorcières qui a suivi : des milliers de fermetures de comptes, non pour atteinte à la loi, mais pour délit d’opinion.

 

Aujourd’hui, Trump et les siens. Demain, qui ? Demain, nous tous ! Chacun de nous peut, à tout moment, déplaire, c’est même éminemment souhaitable dans une démocratie ! Alors, quoi ? Une instance supérieure (je ne parle pas ici de la loi) viendrait nous couper la chique, sous prétexte que nous ne serions pas dans le sillage du convenable ? Et ce sillage, qui le trace ? Une oligarchie ? Si nous allons à cela, alors toute l’expérience des réseaux, si libératrice dans un premier temps, se transformerait en une pitoyable machine à épouser la pensée dominante. Vous avez envie de ça, vous ?

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 4 commentaires

Commentaires

  • Trump a été censuré sur tous les réseaux sociaux et ce n'est pas seulement lui qui est censuré. Beaucoup de comptes des ses partisans ont été fermés. Concernant la crise 'sanitaire' actuelle, si vous avez un point de vue critique envers les vaccins, vos articles sont censurés sur les réseaux sociaux.

  • La bien-pensance érigée en dogme nous fait chier. Les réseaux sociaux sont mauvais dès qu'ils cessent d'être des réseaux pour devenir des fossoyeurs de la liberté d'expression.

  • "Les réseaux ont fait irruption, et ils vivront."

    S'ils vivent, ce sera toujours sous la menace du système:

    https://twitter.com/BrndBenjamin/status/1348632101520814080

    Les GAFA et les systèmes de paiement peuvent faire crever n'importe quel indépendant, grand ou petit, d'un simple clic de souris.

    Quant à l'accessibilité, la technique du "shadowban" est d'une efficacité diabolique.

  • M. Décaillet, vous employez un mot bizarre : "démocratie" (copié-collé). Quèsaco ?

Les commentaires sont fermés.