Le populisme n'est pas une parenthèse !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.01.21

 

Il fallait les voir, le clan Clinton, le clan Obama, se pavaner sur le parvis du Capitole ! Après quatre ans de règne de Trump, le grand retour de l’Ancien Régime. Et cette petite phrase, terrible, dévastatrice, sur leurs lèvres et sur celles de la quasi-totalité de nos braves médias européens : « La parenthèse est refermée, désormais tout va rentrer dans l’ordre ».

 

Quel ordre ? Le leur, bien sûr ! L’ordre du Parti Démocrate. L’ordre de l’avant-Trump, et celui de l’après-Trump, immédiatement restauré, et proclamé comme tel, à la seconde même de la prestation de serment de Joe Biden. Prenez les textes, reprenez les émissions : tous nous entonnent le même refrain, celui de la saine Restauration, avec un grand R, le retour de trois petits rois, en 1814/1815, après un quart de siècle de Révolution française, de Consulat et d’Empire. Allez dans la rue, faites un micro-trottoir : tous connaissent Napoléon, personne ne sait qui est Louis XVIII.

 

Le peuple américain a élu Joe Biden, c’est en ordre. Mais il n’a pas voté pour voir le retour des grandes familles Démocrates devant le Capitole. Il n’a pas voté pour ce petit goût, très désagréable, de déjà-vu. On a l’impression qu’on a changé de Série, mais que l’éternel générique de Dallas, avec son monde impitoyable, et son casting sans cesse recommencé, nous est à nouveau imposé. Et puis, 75 millions d’électeurs ont voté pour Trump, près d’un Américain sur deux. Les Etats-Unis sont coupés en deux, Joe Biden le sait, il doit en tenir compte, toute insolence du nouveau pouvoir, face à ces gens-là, serait une immense erreur.

 

Cet arrière-goût de Restauration, nous avons aussi pu l’éprouver en Suisse, suite à l’éviction, le 12 décembre 2007, de Christoph Blocher. Ils étaient tous d’accord, ceux qui l’avaient dégommé, pour nous persuader que c’était pour notre bien : ils avaient abattu le tyran, comme Brutus et Cassius, les assassins de César dans la pièce de Shakespeare, ils l’avaient fait pour le bien suprême, pour la démocratie. Ils restauraient le monde d’avant la parenthèse. Et nous, peuple suisse, devions leur être éternellement reconnaissants de leur acte salutaire.

 

Dans les deux cas, Trump, Blocher, il y a juste un petit problème. Au-delà des hommes, les idées demeurent. Le courant conservateur, y compris dans ses composantes « populistes », est là, il se porte à merveille, il est en phase ascendante. Protectionnisme, soutien aux agriculteurs, lutte contre la mondialisation, retour aux frontières, contrôle drastique des flux migratoires, défense des classes moyennes, étouffées par la fiscalité, méfiance face à la démocratie représentative, besoin irrépressible de démocratie directe, tout cela existe, avec une force inouïe, au sein des peuples. Les grandes familles, qui semblent considérer le pouvoir comme leur propriété privée, leur fief, auront beau se lover sur les marches du Capitole. En face, il y a les autres. Ils n’ont certainement pas dit leur dernier mot.

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 8 commentaires

Commentaires

  • Ne manquez pas cette interview sur Trump, Biden et plus. Voilà un homme de gauche qui lui à tout compris et ose examiner les faits de manière impartiale, ce qui désormais est interdit dans nos médias:

    https://www.youtube.com/watch?v=UqHarnj-8vA&feature=youtu.be

  • Je vois un petit problème dans votre argumentation. Les partisans de Trump qui ont fait leur marche sur le Capitole n'étaient pas là pour défendre "un besoin irrépressible de démocratie directe", plutôt leur rejet anti-démocratique du verdict des urnes... Et Trump est une grande famille dynastique du capitalisme à la "Dallas"... Ce n'est pas si simple. Le problème, avec le populisme, ce que ce n'est pas vraiment soluble dans la démocratie.

  • "Le problème, avec le populisme, ce que ce n'est pas vraiment soluble dans la démocratie." On aimerait bien voir une démonstration de cette affirmation...
    Et les putschistes d'extrême-droite du Capitole ne représentent certainement pas la majorité de ces 75 millions d'électeurs pro-Trump, loin de là...

  • @Agathe Menuisier

    https://pbs.twimg.com/media/Esods_KXIAATlVg?format=jpg&name=900x900

  • La nature reprend toujours ses droits et les démocrates ne sont pas la nature profonde l'Amérique. A vouloir chassez les vrais américains par la porte les démocrates vont les voir revenir par la fenêtre et sans frapper cette fois parce qu'ils sont chez eux !

  • Exactement ce que j’ai perçu, si j’avais été présente je les aurais hué ces mauvais coucheurs! Merci M. Décaillet!

    « 75 millions »...... avec les morts et les SDF qu’ils ont fait voter deux fois! Cette présidence est volée! Il ne faut pas l’oublier!

    J’attends la suite de cette « présidence partagée « ....Rien n’a été écrit sur Robinette avant l’élection, Contrairement au .tableau boueux sur Trump! Les électeurs ont été trompés et beaucoup regrettent d’avoir voté pour lui après avoir lu et vu - Trop tard - des vidéos de cette famille et son niveau de corruption .

    De toute façon il ne faut d’attendre à rien de bon et je crains le pire...... à moins que y Trump nous réserve des surprises!?

  • « 75 millions »...... avec les morts et les SDF qu’ils ont fait voter deux fois! Cette présidence est volée! Il ne faut pas l’oublier!


    On attend toujours les preuves des avocats dégoulinants et du clan Trump, au dernière nouvelle il y a toujours rien, donc à un moment il faut se faire une raison et arrêter avec cette affirmation.

  • M. Décaillet, comme j'aimerais que vous ayiez raison ! J'apprécie beaucoup votre travail de journaliste (dont vous êtes l'honneur, tout le monde le sait), et suis personnellement touché par votre amour de la musique allemande, Bach en particulier. Mais je crains que vos nombreuses qualités (dont l'ouverture d'esprit, la tolérance, etc., plus de ce monde), et votre immense culture vous entraînent à "planer" au-delà des basses couches de l'atmosphère.

    D'abord Blocher : depuis son éviction suite à un complot (détaillé dans un "Temps Présent" consacré à l'événement; tiens donc, les "complots" existent !), l'UDC conservatrice a régressé au niveau national et a perdu quasiment tous ses référendums/initiatives. Malheureusement. Les globalistes/internationalistes ont gagné sur toute la ligne.

    Ensuite, le "courant conservateur" qui se "porte à merveille" et est "en phase ascendante". Là, j'hallucine (Excusez l'expression) :

    - Protectionnisme : je ne vois que la signature de traités de libre-échange. Dont le récent traité (scélérat !) entre la Suisse et la Chine (en plus, signé par un "conservateur" UDC);
    - Soutien aux agriculteurs : je ne vois que la disparition des petites exploitations, pour ne pas parler du nombre effarant de suicides d'agriculteurs en France (et en Suisse !?);
    - Lutte contre la mondialisation : je ne vois qu'extension de la mondialisation, à tous les niveaux;
    - Retour aux frontières, contrôle drastique des flux migratoires : alors là, j'espère que vous plaisantez ! Je vois l'invasion, oui, l'invasion (!), de l'Europe augmenter année après année et que tout est fait par les autorités pour que cela en soit ainsi (Le successeur de Merkel est immigrationniste...). La population suisse augmente chaque année de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Cette invasion de l'occident est un META-événement cataclysmique ! (Entendu parler de Coudenhove-Kalergi ?)
    - Défense des classes moyennes, étouffées par la fiscalité : je ne vois nullement les "classes moyennes" voter pour les conservateurs. Au contraire des classes populaires, elles sont les premières à s'indigner, voire à exclure, lorsqu'on exprime un point de vue "populiste".
    - Besoin irrépressible de démocratie directe : je vois surtout une avancée du non-respect de la démocratie et une avancée de la dictature (c.f. non respect des votations en Suisse et à l'étranger, sans même parler d'une récente élection présidentielle pour le moins suspecte).

    Enfin, dans les basses couches de l'atmosphère, à moins d'un miracle, se profile un effondrement économique aux proportions bibliques (le virus ayant pour rôle de devenir le bouc-émissaire), accompagné d'un Grand Reset nous promettant un avenir radieux qui ressemble fort à du communisme : "Vous ne posséderez rien et serez plus heureux" ! (Etant entendu que la Nomenklatura, dont certains vivant dans de somptueuses villas à Cologny, posséderont tout et décideront de tout). Immensément désolé, mais je ne vois guère de "courant conservateur... se porter à merveille, être en phase ascendante"... Au contraire. Vraiment désolé.

Les commentaires sont fermés.