Mme Fontanet et ses paravents

Imprimer

 
Sur le vif - Mercredi 27.01.21 - 14.17h
 
 
Désolé si je suis très seul à le dire et si je jette un froid, mais je ne suis absolument pas convaincu par la passion que semble investir Mme Fontanet dans les questions liées au genre, à l'anti-discrimination et à l'égalité.
 
Thèmes à la mode, éminemment rassembleurs. Nul n'osera s'y opposer, de peur d'avoir face à lui la meute communautariste des collectifs et des associations, dûment subventionnés par le contribuable pour rugir, s'indigner, anéantir toute opinion contraire à leur dogme, dresser le bûcher des hérétiques.
 
J'en veux à Mme Fontanet de tant insister sur ces sujets. Je ne suis pas dupe de son petit jeu : en brandissant des questions sur lesquelles le Parlement sera d'accord (en vertu des contraintes et intimidations énumérées plus haut), on s'achète à bas prix un label de rassembleuse, celle qui sait dégager des majorités, oh la grande dame, que même la gauche applaudira.
 
Eh bien moi, je n'aime pas ce procédé. La ficelle est lisible, pour qui sait lire, c'est une forme de populisme, que personne n'osera condamner, puisqu'il va dans le sens de la doxa ambiante.
 
J'y vois surtout un immense paravent. Habile, la ministre nous jette un rideau de fumée avec un sujet de société où elle sait qu'elle sera gagnante. Et ce procédé de trompe-l’œil lui permet de cacher quoi ? Réponse : l'essentiel de sa mission ! L'état terrible des Finances genevoises, dont elle a, jusqu'à nouvel ordre, la responsabilité. Les déficits se cumulent, la dette se creuse à n'en plus finir, Mme Fontanet elle-même s'y est convertie, nous allons laisser à nos enfants une ardoise hallucinante. Nous allons à la catastrophe.
 
Dans ces conditions, en termes d'image, mieux vaut avancer des sujets de société où l'on pourra apparaître comme une réformatrice devant l'Histoire. Déjà, la notice biographique est prête. Déjà, le choeur des louanges est programmé. Le salut des contribuables, des classes moyennes, de ceux qui se lèvent le matin pour bosser, ce sera pour une autre vie.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 6 commentaires

Commentaires

  • Genève est en train de couler financièrement mais comme pour le Costa Concordia les capitaines ont déjà quittés le navire.

  • Suite au Genève à chaud sur J. Biden, voici un petit complément d'informations sur le travail colossal effectué par le secrétaire Mike Pompeo sous l'élection de D. Trump concernant la paix au Moyen-Orient et ailleurs (c.f. : compte Tweeter Secretary Pompeo)
    https://twitter.com/SecPompeo/status/1349385724412506116?s=20
    https://twitter.com/SecPompeo/status/1349393269600493571?s=20

  • Une fois de plus, vous dites tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. et ce n'est pas que sur Genève ! Vaud est touché par la même absurdité. Ce qui me stupéfie, c'est qu'il n'y ait pas un recadrage ferme d'aucun parti - à part l'union démocratique du centre, qui ose parles des vrais problèmes. J'appelle cela de la lâcheté. Nos élus ne s'occupent pas du citoyen qui travaille et paie ses impôts sans rechigner. Jusqu'au jour où...

  • Il semble que l'autre argentier, celui de la Ville, le pourfendeur des parkings, soit lui aussi plus enclin et sensible aux questions climatiques, de genre et de mobilité qu'aux questions managériales du Département des Finances.

  • Peut-être étais-je trop long ? Ou bien trop précis ? Ou bien imprécis ?

    Pour être bref : la législation envisagée tend toujours à rétablir l'égalité en faveur des femmes, et il est vrai qu'elle sont souvent défavorisées, mais jamais en faveur des hommes, et ils sont parfois défavorisés.

    Violence et meurtre conjugaux. Que fait-on en faveur des hommes agressés et tués par leur épouse (17 %, chiffre français il est vrai) ?

    Service militaire : droit des femmes de s'y livrer, bien. Mais obligation pour l'homme. Vous me direz que cela n'est pas de la compétence du canton et de Mme Fontanet. Mais le canton est compétent pour combler les lacunes des protections financières fédérales.

    A côté des rentes AVS/AI et des prestation complémentaires fédérales il existe des prestations complémentaites cantonales et, en Ville de Genève, des prestations compémentaires municipales.

    Qu'y a-t'il a coté des prestations de l'assurance militaire fédérale, qui est sensée indemniser ceux qui sont atteints dans leur santé, au point parfois de devenir invalide, en suite d'un service militaire. Rien, nonobstant le coût élevé de la vie à Genève.

    Lorqu'un conscrit invalide militaire atteint l'âge de 65 ans ses revenus sont divisé par deux alors que tel n'est pas le cas de ceux s'agissant d'invalides victime d'un accident civil, couvert par une assurance (LAA) qui, elle, couvre homme et femme.

  • Mme Fontanet me fait un peu penser aux RINO's américains. Dans son cas ce sera "liberal in name only", toujours à courir après ce qui est perçu comme l'air du temps.

Les commentaires sont fermés.