Genève et le conformisme du semblable

Imprimer

 
Sur le vif - Jeudi 04.02.21 - 10.17h
 
 
Pour graviter dans les cercles du pouvoir, à Genève, il faut désormais accepter le corset d'une Trinité idéologique bien précise : être d'accord avec la dictature sanitaire, combattre le réchauffement climatique, épouser le féminisme, en reproduisant fidèlement son sabir. Hors de cette triple allégeance, point de salut.
 
Pour avoir donné l'impression d'enfreindre, oh certes du bout des lèvres, l'une de ces trois injonctions, Fabienne Fischer a failli payer le prix fort.
 
Au sein de l'actuel Sextuor, une magistrate de droite a même décidé d'en surajouter, érigeant les questions sociétâââles en absolue priorité de son discours, alors qu'elle a la charge écrasante de nos Finances, qui justement vont très mal. Elle creuse la dette, en en parlant le moins possible, et dans le même temps, elle nous déplie un immense paravent de belles paroles sur l'égalité, en prenant soin de n'oublier aucune minorité, surtout pas la plus infinitésimale.
 
Il n'y a bientôt plus de liberté d'expression à Genève. Il faut accepter le moule. Se fondre dans la doxa. Il faut être coroniste, climatiste, féministe. Sinon, vous êtes hors du Cercle.
 
Le Valais conservateur de la pire époque, seconde partie du 19ème siècle, quand les radicaux devaient s'exiler dans les communes de l'Est vaudois pour y tenir leur droit de réunion, était-il vraiment pire que cela ? Il y avait un dogme. Il y avait une obligation d'adhérer. Il y avait le poids étouffant d'un Clergé. Il y avait un conformisme du semblable. Genève, aujourd'hui, ne vaut guère mieux : la férule d'une triple idéologie dominante s'exerce. Et tout le monde fait allégeance. A commencer par nos magistrats - et magistrates - exécutifs. La liberté de pensée, la passion des idées, valent mieux que cette triste uniformité.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Nidegger au CE

Les commentaires sont fermés.