Madame Fontanet, songez au plus grand nombre !

Imprimer

 
Sur le vif - Dimanche 07.02.21 - 16.39h
 
 
Madame Fontanet, regardez SVP les VRAIS PROBLÈMES de la population genevoise : économie exsangue, retraites qui stagnent, primes qui s'envolent, classes moyennes qui étouffent sous VOTRE pression fiscale, pour payer VOTRE dette, puisque désormais vous en acceptez le principe, pouvoir d'achat qui s'effondre.
 
Comment, dans ces conditions, ne pas prendre comme un écran de fumée, ou un paravent sémantique et rhétorique, votre Croisade sociétâââle ? Parler d'autre chose, pour faire oublier l'essentiel.
 
Madame Fontanet, songez SVP au plus grand nombre. Ceux qui souffrent de la crise. Ceux qui n'en peuvent plus de payer, et ne peuvent pas mettre un sou de côté. Ceux dont personne ne parle jamais, parce que prendre leur défense ne relève d'aucune mode. Ils sont innombrables, c'est pour eux que nous tous, citoyennes et citoyens de ce canton, devons nous mobiliser à fond.
 
Les questions sociétâââles ? Nous les traiterons aussi. Nous n'en sous-estimons pas la substance. Mais désolé, le degré d'urgence, et surtout la masse des gens concernés, n'ont strictement rien à voir. On doit faire de la politique en priorité pour le plus grand nombre, sauf à sombrer dans une béatitude bobo à laquelle, jusqu'à récemment, vous me sembliez heureusement avoir échappé.
 
Alors, désolé de vous le dire, mais votre credo sociétâââl, s'il a certes la fougue des néo-convertis, apparaît comme particulièrement décalé, en termes d'urgence, dans les circonstances actuelles, à une bonne partie de la population.
 
Je pensais jusqu'ici que ce décalage était la marque de fabrique d'une certaine gauche bobo-urbaine, branchée, déracinée de la classe ouvrière et du prolétariat. Je ne pensais pas qu'il irait jusqu'à contaminer la magistrate compétente que vous êtes, soucieuse du bien public.
 
Je m'étais apparemment trompé. Comme sur votre collègue M. Dal Busco, qui ne rêve plus que mobilité douce, pistes cyclables, transferts modaux, et reports de charges.
 
Nous sommes bien peu de choses face à la ductilité de la nature humaine.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.