Nathalie Fontanet : éloge de la dette !

Imprimer

 
Sur le vif - Mardi 16.02.21 - 18.54h
 
 
 
Dans le Temps, Nathalie Fontanet défend la dette. Elle en minimise les effets. Un discours de gauche. C'est au moins clair. Sur cet aspect, comme en termes de Mobilité, le Conseil d'Etat est déjà à gauche !
 
Le candidat Cyril Aellen, du même parti (PLR), est, lui aussi, entré en matière sur la dette. A plusieurs reprises. Il ne tenait pas ce discours comme bouillant - et brillant - député de droite.
 
En termes de rupture, sur cet objet précis, il n'y a qu'un homme : Yves Nidegger.
 
Je ne dis pas que le choix du 7 mars doit s'opérer sur ce seul critère. Ni pour qui je vote. Non, je dis juste ce qui est. Je dis les faits.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Tout à fait d’accord
    Entre la dette abyssale et sans contrôle
    L’immobilité voulue et organisée sciemment
    Le conseil d’état est à gauche tout

    Et qui va régler la note

    J’ai déjà la réponse toujours les mêmes

    Meilleures salutations

  • Yves Nidegger est en rupture sur tous les fronts et ne s'en cache pas. C'est la raison pour laquelle il n'a que peu de chances d'être élu. Car il mettra à mal la collégialité ce qui n'est pas pour rassurer le citoyen lambda.
    J'ai suvi le débat organisé par le club de la presse et je suis sidéré par le décalage entre lui et ses rivaux. Il est tellement au dessus du lot qu'il en devient inaccessible.
    C'est cela que le bon peuple ne semble pas lui pardonner. Comme Jésus, il faut le crucifier. Il est trop bon, il brille trop, son message est si fin, subtil qu'il en devient éthéré.
    Si nous avions la chance d'avoir des décideurs de cet acabit, je réviserais ma décision de ne plus participer à la chose publique, ni en tant qu'acteur, ni en tant que simple citoyen. Je ne vote plus depuis la décision de ne pas rendre les multinationales responsables de leurs exactions. Mais j'ai fait une entorse à mes résolutions en votant pour cet être exceptionnel. Au deuxième tour, si mon favori est éjecté, je voterai Maudet, pour mieux dénoncer l'hypocrisie politique qui s'attaque à un homme plutôt qu'à un système.
    En ce sens, je suis à l'opposé de votre démarche qui consiste à se prononcer sur des sujets plutôt que sur des élus. Car sans des personnes compétentes, motivées, sincères et dévouées, rien ne se fait.
    Et comme j'ai la chance de connaitre un peu ces deux phénomènes, je ne suis pas victime de la propagande partisane dont souffrent la plupart des électeurs.
    Les autres me laissent indifférent. A part peut-être Morten qui parle vrai et sans calcul.

Les commentaires sont fermés.