Le Rayon Vert

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 17.02.21

 

Sur quelle planète le Conseil d’Etat vit-il ? Sur Sirius, l’étoile blanche d’un autre monde ? Comment peut-il, en pleine crise économique et sociale due aux mesures sanitaires imposées, d’en haut, par les autorités elles-mêmes, venir nous annoncer une augmentation des taxes pour véhicules ?

 

Comme si les détenteurs de voitures lourdes, ou anciennes, étaient tous des nababs ! Alors que justement, ce sont souvent des usagers à revenus modestes, ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir s’offrir un nouveau véhicule, bien hybride et bien conforme à la doxa Verte, tous les cinq ans ! Avec ce système, on va réjouir les bobos urbains bien douillets, les caresser dans le sens du poil, et on va pénaliser la bonne vieille voiture familiale, à laquelle s’accrochent tous ceux qui ne peuvent pas s’acheter une nouvelle auto. A se laisser irradier par le Rayon Vert, on finit par faire de l’anti-social, grave !

 

Décidément, le Triste Sextuor qui fait encore figure de gouvernement a perdu tout sens de la mesure, tout ancrage dans les réalités sociales de notre Canton. En matière de Mobilité, il s’est laissé complètement contaminer par l’idéologie des Verts, qui sont pourtant loin d’être majoritaires à Genève. Le ministre, élu dans le camp bourgeois (PDC), s’est totalement rallié à la vision des Verts, au point qu’il l’anticipe dans ses décisions, comme s’il était terrorisé à l’idée de leur déplaire. Nous avons deux Verts au Conseil d’Etat. Et, à partir du 28 mars, peut-être trois. Que du bonheur !

 

Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 2 commentaires

Commentaires

  • Une Genève sans voitures serait sans aucun doute le Paradis! On est loin de l'époque où, notamment grâce à l'ignoble capitaliste Ford et sa fille T, l'homme de la rue (pardon pour l'expression anti-féministe et anti-inclusive) a pu rejoindre son riche patron dans sa capacité de se déplacer après la disparition du cheval.
    Je ne suis pas certain de regretter la future Genève paradisiaque promise par les Verts, car je vois bien d'autres menaces (et bien plus réelles) à l'horizon.

  • Bonjour,

    Tous ces vélos et pistes cyclables ainsi que les petits feux de signalisations y relatifs (toujours pas respectés par la majorité des cyclistes) payés avec nos deniers et sans le consentement du peuple me rappellent la Chine. Nous ne sommes plus en démocratie depuis bien longtemps mais malheureusement personne ne fait rien... Triste réalité, pareil pour le magnifique bâtiment universitaire Institut Confucius, enfin propriété au bord du lac interdit d'accès au public (faites vos recherches) alors que nos étudiants en mathématiques sont parqués aux Acacias dans des locaux commerciaux vétustes etc. Triste Genève, réveille-toi et ramène la lumière après les ténèbres !

Les commentaires sont fermés.