Le printemps des moralistes

Imprimer

 
Sur le vif - Mardi 23.02.21 - 09.59h
 
 
Le printemps approche, les moralistes bourgeonnent ! Ils sont partout. Vocations ratées de pasteurs, de curés, d'aumôniers de centres aérés, de confesseurs pour âmes en peine. L'index érigé vers le ciel, l’œil bienveillant de celui qui a saisi l'essence précieuse du bien, et daigne vous en laisser perler quelques gouttelettes, en échange de votre contrition. Ils bourgeonnent, ils fleurissent, ils pullulent, ils sont la pollution nocturne de l'enfant de choeur.
 
Ils analysent la politique à la seule aune de la morale. Ils n'ont jamais lu Machiavel, ni Tocqueville, mais sans doute la Comtesse de Ségur, Camille, Madeleine, Sophie, le Cousin Paul, Madame de Réan, l'ignoble Madame Fichini, la punition, le fouet. Leur univers n'est pas celui de l'analyse, ni du recul, ni de la patience par les textes, ni de l'ascèse dans le chemin de connaissance. Non, il est forgé de pulsions de châtiment, le bien, le mal, la rédemption, le "travail intérieur", le "chemin sur soi".
 
Mais qu'ils se convertissent, les tièdes agneaux ! Le Cloître les attend, sandales et robes de bure, laudes et matines, règle de Saint-Benoît, férule de l'horaire, plain-chant, suprême jouissance de se relayer, pendant le repas silencieux, pour lire à haute voix la Sainte Parole.
 
Pour notre part, nous continuerons à prendre les hommes comme ils sont. Dissocier le temporel du spirituel. Laisser la morale aux moralistes. Nous continuerons, infatigablement, de nous renseigner sur l'Histoire telle qu'elle fut, avec sa part de noirceur, ses guerres, ses traités, l'analyse des besoins économiques, les massacres, les luttes pour le pouvoir, les prétextes moraux jetés en pâture. A des agneaux, sur le chemin.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Et bien, vous êtes en forme.

  • Vous qui connaissez si bien l'histoire de l'Allemagne, tant politique que philosophique, vous devriez savoir mieux que quiconque que si la morale est remisée aux oubliettes, le pire ne tardera pas à se produire. Alors oui, allons au-delà de la morale comme ce philologue allemand n'a cessé de le pérorer sur tous les tons et voyons ce qui s'est passé moins d'un demi-siècle après sa mort dans son propre pays à force d'avoir été lu et trop bien compris.

  • Ne posez-vous pas également un avis moral pour dire que la morale utilisée par d'autres n'est pas de votre gout? Ce ne serait donc pas le plan moral qui est en cause mais une mauvaise utilisation ou un excès d'utilisation.
    Peut-être pourriez-vous alors, avec vos atouts et vos mots, aller voir pourquoi et comment ces gens qui parlent trop de morale, ont été dépouillés du simple droit de vivre par d'autres qui se voient simplement supérieurs, alors qu'ils ne réussissent que par des privilèges légalisés? C'est à dire une violence permanente et protégée par la trahison du contrat commun qu'est la Constitution? Une violence qui constitue en fait un esclavage de plus sous une forme plus perverse et surtout beaucoup plus efficace. La suppression de la violence n'est-elle pas ce qui justifie le Droit et la force publique dans le but de la paix qui profite à tous ?

Les commentaires sont fermés.