Joe Biden : Bonne nuit, les petits !

Imprimer

 
Sur le vif - Samedi 27.02.21 - 16.54h
 
 
Non, chers amis de Biden, vous qui avez passé quatre années à vomir sur Trump, quoi qu'il fît, votre vieux monde ne renaîtra pas.
 
Votre champion, c'est celui de la Restauration. Dans vos têtes, Trump n'a été qu'une parenthèse. Un cauchemar. Avec Biden, on se réveille, on revient à la vraie vie, celle d'avant. On rétablit, comme en 1815, l'ordre ancien, celui qui à vos yeux n'aurait jamais dû disparaître.
 
L'ordre ancien, c'est celui d'une Amérique qui camoufle son hégémonie mondiale derrière le paravent de la toile multilatérale. En Corée, puis beaucoup plus tard dans le Golfe persique, on ne disait pas "expédition américaine", mais "troupes de l'ONU". Quand on a bombardé Belgrade, en avril 1999 (pendant que j'interviewais l'ancien Chancelier Helmut Schmidt, dans son bureau de Hambourg), on disait "troupes de l'OTAN".
 
Troupes de l'ONU, troupes de l'OTAN : personne n'est dupe, personne ne l'a jamais été. Derrière ces entités prétendument pluralistes, il y a une puissance, un empire, devenu hégémonique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : les États-Unis d'Amérique. Il faut nommer les choses pour ce qu'elles sont.
 
L'ordre multilatéral, 1945-2016, c'est le Congrès de Vienne des vainqueurs américains à l'Ouest, qui ne disent pas "Nous dominons le monde", mais "L'ordre du bien, dont nous ne sommes que l'une des parties, doit s'imposer". C'est un mensonge, tout le monde le sait : il ne sont pas "une partie", ils sont le moteur, le chef.
 
Pendant quatre ans, Donald Trump nous a proposé autre chose. Conformément à ses engagements de campagne, il a retiré son pays de cette toile mondialiste dont il saisissait parfaitement la vanité. Il a rompu avec le discours de gendarme du monde, ou ne l'a tenu que pour défendre, là où il fallait des signes, les intérêts supérieurs de son pays. Dans le même temps, à l'interne, il a redressé la situation économique et sociale, jusqu'à la crise sanitaire, dont je ne sache pas qu'il faille lui imputer la responsabilité. Début 2020 encore, les États-Unis avaient renoué avec une santé économique plus vue depuis longtemps.
 
Joe Biden fera-t-il mieux ? Nous verrons. Mais pour l'heure, il apparaît comme le farouche restaurateur de l'Ancien Monde. Pendant huit ans, sous Barack Obama, il était le vice-président des États-Unis d'Amérique. Il partage en cela toute la responsabilité de ce qui a été commis, notamment en termes de bombardements continuels, sur des théâtres d'opérations souvent peu médiatisés. Il n'est pas le successeur de Donald Trump. Il est son prédécesseur. Il incarne la vision du monde de la seconde partie du vingtième siècle, 1945-2016. Il veut à tout prix restaurer cet Ancien Régime, qui conditionne tous les logiciels de son cerveau.
 
Il est une sorte de Louis XVIII, apaisant et débonnaire. Il ne déborde jamais, ne dérape jamais, ne transgresse jamais la bienséance de cette Amérique-là. On le verrait presque en Nounours, ou en marchand de sable, du sommet de son nuage, nous disant avec une paternelle bienveillance : "Bonne nuit, les petits !".
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 8 commentaires

Commentaires

  • En effet, les bombardements américains ont repris, 5 semaines après le changement de capitaine à la barre. Et la presse est étrangement silencieuse...
    Si cela avait été Trump qui avait envoyé des bombes sur la Syrie, les réseaux sociaux se seraient enflammés, on en parlerait en boucle à la télé, cela ferait la une de tous les journaux, il y aurait des manifs et des drapeaux US brûlés.

    Mais si c'est Biden qui le fait, alors c'est forcément bien.....

  • "Pendant quatre ans, Donald Trump nous a proposé autre chose".
    Trump n'a lancé aucun conflit durant son mandat. C'est un fait indéniable. Il a certes hérité des conflits déclenchés par Bush et Obama. Mais il s'est érigé en chef de guerre en adoptant un langage belliqueux notamment contre le régime des barbus de Téhéran. Il a ordonné l'assassinat d'un général iranien janvier 2020. Il a ordonné des bombardements massifs en Afghanistan pour pousser les talibans à négocier.
    Source https://www.theguardian.com/us-news/2020/jan/28/us-afghanistan-war-bombs-2019?CMP=Share_iOSApp_Other

    On peut également citer les opérations désastreuses au Yémen et en Somalie. Les frappes aériennes par drones ont continué pendant les années Trump.

    Il faudrait donc nuancer le bilan guerrier de Trump. Cela dit je ne ressens aucune sympathie pour Biden pas plus que pour Trump.

  • Juste un détail qui n'en est pas un : Biden est un vieillard usé jusqu'à la corde et il a une vice-présidente...

  • Voyons un peu.... Je me arme de kleenex:

    "Selon les données de l'ONU, les États-Unis sont responsables de la moitié des 1149 morts de civils attribués aux forces progouvernementales en Afghanistan au cours des trois premiers trimestres de 2019."

    Et l'activiste de service occulte le massacre de ceux qu'il soutient: Assad et Poutine: Trump lui, soutient Israël... forcément..... Et la mauvaise foi entre dans la danse:

    - Selon le centre de réflexion britannique " Oxford Research Group ", sur 113 735 morts civils et combattants recensés au total pendant l'actuelle guerre de Syrie, ce sont 11 420 enfants syriens (âgés de moins de 17 ans) qui ont été tués.

    Selon le centre de réflexion britannique " Oxford Research Group ", sur 113 735 morts civils et combattants recensés au total pendant l'actuelle guerre de Syrie, ce sont 11 420 enfants syriens (âgés de moins de 17 ans) qui ont été tués.

    Liste de massacres de la guerre civile syrienne — Wikipédia
    fr.wikipedia.org › wiki › Liste_de_massacres_de_la_guerr...
    À propos des extraits optimisés

    Guerre en Syrie: 6800 morts en 2020, plus faible bilan depuis ...
    www.swissinfo.ch › fre › guerre-en-syrie--6800-morts-...
    31 déc. 2020 — La hausse du nombre de morts cette année est la plus faible, les combats ayant largement baissé en intensité en 2020 à la faveur d'un cessez-le ...

    Syrie : plus de 380 000 morts en neuf ans de conflit - Le Point
    www.lepoint.fr › International
    14 mars 2020 — Le conflit syrien a débuté en mars 2011. Selon un nouveau bilan, au moins 384 000 personnes y ont péri, dont 116 000 civils parmi lesquels ...

    La Syrie compte près de 1900 morts durant les... - Arcinfo.ch
    www.arcinfo.ch › articles › monde › la-syrie-compte-pres...
    La Syrie compte près de 1900 morts durant les pourparlers de Genève ... Le nombre de morts en neuf jours est effrayant alors que les discussions de Genève II ...

  • J ai toujours pensé qu il n y aurait aucune différence entre les nuances Démo-Publicains et Répu-Crates sauf le design et l habit qui change . Les USA sont devenus un Etat politiquement voyou rien que ça!

  • Avec les remarques du style "je me arme d'un kleenex (SIC) .....oui mais ailleurs c'est pire", nous n'irons pas très loin. C'est vrai que certains esprits sont loin d'être subtiles. Les crimes du dictateur Assad contre son peuple n'excusent pas les opérations militaires décidées par Trump. Mais bon quand on ne veut pas comprendre....

  • Une détestation des démocrates avec des arguments qui se tiennent. Je penche plutôt démocrate mais entend ces reproches et fais ainsi mon auto-critique. Mais je n'explique toujours pas pourquoi vous ne faîtes aucune critique du bilan de Trump, cela frise l'aveuglement ou l'idolatrie. Excepté sa politique au Moyen-Orient, il y a quand même matière à débattre des choix faits par l'administration Trump ces 4 dernières années (baisse des impôts des plus riches, suppression de la couverture médicale, déni sur le COVID, "enfumage" sur un mur anti-immigration, exercice du pouvoir clivant et solitaire, retour sur l'accord nucléaire et diabolisation iranienne, diffusion de fausses informations,...). Au plaisir de vous lire.

  • Une précision relatif à mon commentaire qui n'était pas clair sur un point. Je considère que la politique de Trump au Moyen-Orient est mauvaise mais ce point semble partagé dans ses posts par l'auteur de ce blog (d'ou le "excepté sa politique au Moyen-Orient"!). Merci pour la correction.

Les commentaires sont fermés.