La Présidente et l'art du dérapage

Imprimer

 
Sur le vif - Mercredi 03.03.21 - 08.51h
 
 
Je l'ai dit sur le moment, je le répète : la manière dont Pierre Maudet a été traité par le Triste Sextuor, et notamment par une troïka d'entre les Six, et tout particulièrement par la Présidente du Conseil d'Etat, est totalement inadmissible.
 
La Présidente n'avait pas à nous jouer la comédie des grands airs graves et moraux, lorsque le Sextuor a retiré à Pierre Maudet ses ultimes prérogatives, ce qui était un règlement de comptes politique.
 
La Présidente n'avait pas à prendre la parole au lendemain du verdict de première instance, évoquant une rupture de collégialité sur le budget, qui n'est nullement, contrairement à ce qu'elle affirme, de nature à "briser la confiance".
 
La Présidente n'avait pas à s'ingérer dans le processus électoral en cours pour le 7 mars. Cette élection ne la regarde pas. Elle est l'affaire du peuple genevois.
 
La Présidente n'avait pas à faire de la propagande climatique, dans sa missive envoyée à tous les élèves du canton. Des milliers d'entre eux ont le droit de vote. Le soutien subliminal à la candidate Verte est totalement inadmissible.
 
On nous a beaucoup parlé de l'affaire Maudet. On pourrait peut-être s'intéresser au cas de Mme Emery-Torracinta. Trop de dérapages, depuis quelques mois.
 
Je ne parle pas ici de la gestion du DIP, où Dieu merci, comme chacun sait, tout n'est qu'ordre et beauté.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Malheureusement cela ne ferra pas la une des journaux comme pour l’affaire Maudet ceux-ci étant à gauche et on ne s’attaque pas à son propre camp.

Les commentaires sont fermés.