DIP : directeurs du Collège "maltraités" par le Département

Imprimer

 

INFO DECAPROD - Samedi 06.03.21 - 17.53h

 

Au Département genevois de l’Instruction publique, les directrices et directeurs du Collège de Genève ne se sentent absolument pas écoutés par les plus hautes autorités du DIP. Plusieurs échanges de lettres, datant du second semestre 2020, font état d’un très grave malaise entre ces directeurs d’établissements et la direction de l’enseignement postobligatoire, dont ils dépendent. Un message, adressé le 17 juillet 2020 à la magistrate en charge du Département, évoque implicitement, dans son titre même, une « maltraitance institutionnelle des directrices et directeurs ».

 

« Il est insupportable, estiment les directeurs dans un message adressé le 17 juillet 2020 à la Conseillère d’Etat, que les directrices et directeurs soient à ce point maltraités ». Objet de leur colère : l’absence totale d’écoute, de la part de leur hiérarchie, quant à leurs planifications en cas de retour d’une situation de crise sanitaire. Dans ce message, ils font plusieurs fois usage des mots « maltraitance », « malmenés », et « maltraités ».

 

Les directeurs regrettent amèrement que « le souci premier des autorités du Département soit celui de la gestion de l’image donnée, obnubilées par les risques d’images, au point de considérer comme des risques toute particularité ou organisation spécifique des écoles ». Les directeurs auraient souhaité une marge de manœuvre dans le plan d’action contre un retour de l’épidémie, ils se sont heurtés à un mur. D’où leur colère. Et la récurrence de l’usage du mot « maltraitance » à leur égard.

 

Dans un autre message, daté du 4 novembre 2020, les directrices et directeurs du Collège de Genève adressent à la Secrétaire générale du DIP cette phrase sans ambiguïté : « Aujourd’hui, les rapports de confiance avec notre hiérarchie sont malmenés au point que l’exercice de notre fonction en est affecté ».

 

A noter que la tension entre directeurs du Collège et direction du postobligatoire n’est pas nouvelle. L’AGENCE DECAPROD en avait déjà fait état, dans une dépêche, datée du 25 avril 2013.

 

Pascal Décaillet

 

 

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • "le souci premier des autorités du Département soit celui de la gestion de l’image donnée"
    Triste qu'on en soit là!

  • L'islamo/gauchisme mine aussi nos écoles, nos collèges et nos universités! Un mal imaginaire pour la gauche, mais qui va finir par ruiner tout l'enseignement, comme il ruine aussi la justice! C'est sans doute l'objectif tant la volonté de ne rien voir est profonde! Un système inclusif qui est bien trop intrusif!

  • Les directeurs et directrices du secondaire 2 sont dirigés par un petit maître incompétent qui les soumet par la crainte, comme font souvent les piètres managers. Ils sont sur un siège éjectable et n'ont pas de rapport de confiance avec leur hiérarchie. La souffrance professionnelle est bien réelle dans les écoles et la rhétorique du DIP, qui dit oeuvrer contre toute forme de maltraitance, contraste avec ce qui se passe vraiment dans les coulisses. Merci de lever ce lièvre. Quant à la politique scolaire du DIP qui se résume à la gestion d'image, c'est tellement vrai. Et tellement creux!

Les commentaires sont fermés.