La Genève des camarades

Imprimer

 
Sur le vif - Jeudi 18.03.21 - 10.34h
 
 
Le Conseil d'Etat doit rendre des comptes sur l'affaire des directrices et directeurs "maltraités" au Collège de Genève.
 
Le Conseil d'Etat doit rendre des comptes sur ce qui se passe à la Chancellerie.
 
Le Conseil d'Etat doit rendre des comptes sur l'intervention totalement intempestive, en plein processus électoral, de sa Présidente, contre l'un des candidats en lice.
 
Le Parlement, instance de contrôle de l'exécutif, doit exiger du Conseil d'Etat toute la lumière sur ces affaires, parmi tant d'autres.
 
Si on fait tant de tintamarre sur un "problème de RH" dans un Département, alors on applique la même exigence de lumière là où éclatent des cas similaires. M. Fonjallaz a sans doute du temps libre.
 
La presse de gauche, toujours aussi unilatérale et lamentable, moraliste à vomir, juste là où ça l'arrange, se fait la complice de la loi du silence. Et cela, pour une seule raison : pas de remous avant le 28 mars. Pas de remous avant l'élection, tant espérée par eux, de la candidate Verte.
 
Et puis, une fois qu'elle sera élue ? Eh bien je vais vous le dire, moi : TOUJOURS PAS DE REMOUS ! La gauche genevoise aura un relais de plus, au sein du collège, pour étouffer ce qui doit l'être.
 
C'est cette Genève-là que vous voulez ? La Genève des camarades.
 
 
Pascal Décaillet
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 7 commentaires

Commentaires

  • « C'est cette Genève-là que vous voulez ? La Genève des camarades. »

    Espérons pour elles et eux, que les Genevoises et Genevois ne se tirent pas une/un balle dans le/la pied.

    Mais si dans le fond, elles et ils en décident ainsi... j'en ai finalement rien à battre, je ne vis pas à Genève...

  • Aïe, si même petard se met au langage inclusif, épicène et parfaitement indigeste, on a du souci à se faire.

  • A moins qu'il se foute de notre gueule...
    En poussant la logique jusqu'à l'absurde par une belle démo.

  • Cher.e.x.s tou.t.e.x.s.

    Le language épicène est une ignominie reflet d'un féminisme dépassé, pas même intersectionnel, parce que renvoyant à une vue binaire d'une sexualisation archaïque du monde des êtres humains.

    Quant à faire, force est de relever que la candidate de l'extrême, qui en tant que bourgeoise avocate d'affaire ne pratique guère le language épicène, est parfaitement dépassée.

  • @Jenni

    Imaginez Gabin, Blier, Ventura se plier à pareil sabir !? Des pains dans la gueule, ouais !

    Je me disais qu'à Genève, ce langage innommable était en parfaite adéquation avec les gueules élastiques qui déballent leur venin contre un homme mis à terre.

  • Ouf, me voilà rasuré. Petard se fout bien de notre gueule et ça me fait du bien.
    Nos gueules élastiques se sont distendues et céder à ce sabir est une soumission à la bien pensance qui ridiculise les tempéraments, les caractéristiques, les différences et nivelle par le bas.
    De là à suggérer que Maudet est à terre, je trouve l'image un brin excessive pour ce phénomène qui souffre visiblement de l'hubris mais dont Genève ne devrait pas pouvoir se passer si elle ne veut pas sombrer dans la médiocrité.

  • C'est qui les ¨camarades¨ ? Des souverainistes conservateurs, patriotes et sociaux qui préfèrent un mondialiste, européiste, invité de Bilderberg et de Davos, golden boy des youngs leaders global....Genève mérite mieux, plus simple. plus vrai !

Les commentaires sont fermés.