Il y a pire compagnie, au coeur de la nuit

Imprimer

 
Sur le vif - Vendredi 19.03.21 - 10.40h
 
 
Hier soir, juste avant minuit, Mitteldeutscher Rundfunk (Sachsen-Anhalt, Thüringen, notamment). La Thomaskirche de Leipzig. L'une des versions les plus habitées de la Johannespassion, BWV 245. De celles qui vous saisissent. Par leur simplicité, leur nudité.
 
Un concert pour le temps de Covid. L'église où Bach fut Cantor dès le Vendredi Saint 1724, vide. Pour interpréter la Passion, un clavier, un marimba (quel magnifique instrument, dans l'acoustique des pierres), un soliste à la fois. C'est tout. Le choeur est figuré par zoom, écran constellé d'hommes et de femmes qui chantent chez eux, en même temps, juste une oreillette pour le retour d'ensemble. Communauté des vivants. Communion des saints ?
 
Et si la musique, comme aussi la poésie, se construisait à partir du vide ? Autour du vide. Dans la peur et pourtant l’attraction du vide. Tout élève confronté au solfège, que découvre-t-il, très vite ? Des soupirs. Des pauses. Des rondes. L'expression notée du silence, marqué dans la durée. Et si la première note, au premier matin du monde, était née de la première panique face au vide ? Toute musique contient du son, et elle contient aussi du vide, et le vide est son, il est son du silence.
 
Quand on pense "Passion de Bach", on se figure une église pleine à craquer, un orchestre solide, un choeur immense, sur les gradins, quatre solistes, et un public jusqu'au fond de la salle.
 
Là, le vide. Dans l'église même de Jean-Sébastien Bach ! Passio secundum Johannem. Première exécution ici même, le 7 avril 1724. L'église où Martin Luther avait prêché, pour la Pentecôte 1539. Des bombes, le 4 décembre 1943, mais la structure, sauvée. Le souvenir de Mendelssohn, qui redécouvre Bach. La Thomaskirche de Leipzig, c'est le coeur battant de l'âme allemande, l'un des hauts lieux de vibration spirituelle et musicale, dans le monde. Pour moi, un repère, aussi puissant que Rome ou Jérusalem.
 
Et là, hier minuit, le vide. Le soliste à la voix douce nous chante la Passion, là où elle fut jouée pour la première fois. Et nous sommes là, emportés par la sobriété, la douceur aussi. La langue allemande, celle de la traduction de Luther, en 1522. Le marimba, qui intègre toutes les tonalités du monde. Juste être là. Chanter le texte. Jouer les notes. Accomplir la Passion. Faire office. Nul ornement. Nul pathos. Juste l'exécution du signal donné.
 
A la vérité, dans ce concert de la Thomaskirche pour temps de Covid, nous n'étions pas si seuls. Disons, pour demeurer dans le seul ordre du temporel, qu'il y avait Bach. Et qu'il y avait Martin Luther. Il y a pire compagnie, au coeur de la nuit.
 
 
Pascal Décaillet

Lien permanent Catégories : Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • L’hymne à la joie allège le confinement


    Les êtres qui sont confinés

    Ne se laissent pas dominer

    Par un virus machiavélique

    Qui les rendraient mélancoliques,

    Car cantonnés dans leur demeure

    Ils rêvent de belle clameur.

    .................

    Soudain des gens sur le balcon

    Sortent de leur triste cocon,

    Et chantent mélodieusement

    L’hymne à la joie. Du firmament,

    Beethoven, de sa surdité,

    Élève la félicité.



    Que la joie divine étincelle

    Chantent les voix de violoncelles ;

    Du joyeux hymne on peut extraire

    « Tous les hommes deviennent frères ».



    Aussi peut-on y ressentir

    Ces mots qui ne peuvent mentir :

    "Si le virus las nous sépare,

    Unissons les amours épars

    Sous cette ode jubilatoire

    Aux rêveries prémonitoires :



    Les âmes forment un seul dieu

    Où brillent des myriades yeux

    Buvant la parfaite allégresse

    Des mamelles de la tendresse."



    De quelques balcons retentit

    L’impénétrable ressenti

    De Beethoven, le musicien,

    Composant l’hymne pour les siens,

    Ces gens de bonne volonté

    Donnant l’amour à satiété.

    ..................

    C’est ainsi qu’ils vivent chez eux,

    Rassérénés comme pas deux.



    https://www.youtube.com/watch?v=EfuBE5EPMZs

Les commentaires sont fermés.